topblog Ivoire blogs

14/06/2017

COTE D'IVOIRE, les cris de mon corps, de mon cœur et de mon âmes qui saignent...


COTE D’IVOIRE :
LES CRIS DE MON CORPS, DE MON CŒUR ET DE MON AME QUI SAIGNENT FACE A CERTAINES PRATIQUES MAFIEUSES DANS LA GESTION DES FONCTIONNAIRES ET AGENTS DE L’ETAT COTE D’IVOIRE :

En République de COTE D’IVOIRE, après cinquante sept
(57) ans d’indépendance, la gestion de l’Administration publique ou la Gouvernance administrative est un véritable « casse-tête chinois » à cause des pratiques mafieuses dues aux refus de changements des mentalités et des comportements…
Malgré les grandes et nobles visions de modernisation de Son Excellence Monsieur Le Président de la République, de Son Gouvernement, malgré les discours et les efforts de l’actuel Ministre chargé de la Fonction Publique, de nombreux, de sérieux problèmes, obstacles et handicaps demeurent, imposant et constituant ainsi, un enfer pour de nombreux fonctionnaires parmi lesquels, votre modeste serviteur, moi TANOH Niamké Djohn qui, au moment où j’écris cette contribution, je serais actuellement programmé, dans un avenir très proche, pour passer devant le Conseil de Discipline de la Fonction Publique…Pour une banale affaire de mon absence au contrôle informatique au mois de juin 2016, ladite affaire ayant déjà été justifiée par un certificat médical et une attestation de présence délivrée par mes Autorités supérieures et compétentes du Ministère des Affaires…
En attendant de revenir sur cette affaire me concernant, intéressons-nous à la Fonction Publique ivoirienne :
Selon les chiffres officiels récemment communiqués, le nombre total des fonctionnaires et agents de l’Etat ivoirien est de cent quatre vingt mille (180.000) personnes à la date de ce mois de juin 2017.
-Au fait, y a-t-il, vraiment et réellement, un seul pilote dans ce gros bateau ivre et qui tangue dans toutes les directions?
-Son Excellence Monsieur ABINAN KOUAKOU Pascal, maitrise-t-il, dirige-t-il et contrôle-t-il, vraiment et réellement, le ministère de la fonction publique et de la modernisation de la République de COTE D’IVOIRE ?
-Si oui : Pourquoi une certaine mafia administrative sévit-elle encore, sabote les efforts, les instructions et les décisions dudit Ministre dont les compétences sont reconnues et approuvées, pour le moment, au plus haut sommet de l’Etat?
-A quels jeux dangereux et corrompus jouent-ils et pour qui roulent-ils, certains agents, certains sous-directeurs et certains directeurs, tapis dans l’ombre de l’immeuble fraichement rénové du Ministère de la fonction publique et la modernisation de l’administration ?
-En République de COTE D’IVOIRE, la bonne Gouvernance administrative serait-elle encore un mirage, une vaniteuse propagande officielle et une escroquerie morale, sans changements de comportements et de mentalités ?
-Devrait-on continuer à corrompre, comme par les temps anciens, certains fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions ?
-De quoi s’agit-il dans cette contribution participative aux travaux de la bonne Gouvernance administrative et de l’émergence ivoirienne, en vue de bâtir une COTE D’IVOIRE nouvelle avec des ivoiriens nouveaux, justes, talentueux, compétents et incorruptibles ?
Feu le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, apôtre de la paix, bâtisseur et père-fondateur de la République de COTE D’IVOIRE moderne et modèle, nous a enseigné et il disait souvent que « l’homme qui a faim n’est pas un homme libre… »
Moi, TANOH Niamké Djohn : Diplomate ivoirien de carrière, très expérimenté, ayant déjà servi, loyalement et dignement, mon pays au Brésil, en Israël, en Corée du Sud, en France : Et également, fonctionnaire ivoirien titularisé depuis trente (30) années d’anciennetés, étant seulement à sept (7) petites années de ma retraite méritée :
Depuis bientôt six(6) mois :
Je suis l’objet d’un véritable complot, d’une honteuse machination et d’un chantage machiavélique, en vue de briser ma carrière de fonctionnaire et de me rayer de la liste du Corps diplomatique ivoirien : En effet, sans salaire ni solde depuis six (6) mois :
Je suis placé et classé sous le vocable provocateur et méprisant de : « Agent placé sous le contrôle du Ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration. Sans salaire ni solde… »
Oui et mille fois oui : Vous avez bel et bien lu, que votre humble serviteur que je suis, est bel et bien privé de solde et de salaire depuis le mois de janvier 2017…
En un mot comme en mille mots : Je suis un homme qui a faim et un homme qui n’est pas libre…Privé de salaire et de solde depuis six(6) mois…
• Peut-on frapper et brimer un enfant et l’empêcher de pleurer ?
• Peut-on affamer, volontairement et malicieusement, un fonctionnaire et l’empêcher de revendiquer ses droits ?
C’est pourquoi, j’ai choisi pour ma défense au stade actuel de cette affaire, librement et publiquement, en ma qualité d’écrivain, de chroniqueur diplomatique, de blogueur et de leader d’opinions, de m’adresser et de prendre le peuple ivoirien à témoin dans cette « petite et banale affaire administrative » qui risque, très bientôt d’être le sujet de plusieurs publications, d’être une jurisprudence et surtout d’être une affaire historique en République de COTE D’IVOIRE …
• Prions Dieu, le Tout-Puissant, pour que Sa Sagesse divine habite « mes bourreaux et mes persécuteurs »,
Prions Dieu : Pour que la mainlevée soit rapidement délivrée pour que je perçoive ma solde : sinon…
Permettez-moi de vous résumer, sommairement, en quelques mots, l’historique et la genèse de cette petite affaire, déjà réglée en ma faveur par les Autorités compétentes, pour laquelle j’attends la simple délivrance d’une mainlevée sur ma solde…Mais que des mains ténébreuses et obscures compliquent pour saboter le travail du Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration…
Oui et mille fois oui : Malheureusement, en lieu et place d’une délivrance rapide d’une mainlevée sur ma solde bloquée : Des « mains obscures, sataniques et diaboliques » ont décidé de ruser avec mon Dossier et de tromper les plus Hautes Autorités compétentes, en suggérant ma comparution très prochaine devant le Conseil de Discipline de la Fonction Publique…
Je vous prie de noter et de souligner les différents points suivants :
Premièrement : Depuis le premier Mars 2017, j’ai officiellement adressé une correspondance et un dossier médical justificatif, à Son Excellence Monsieur Le Ministre des Affaires Etrangères qui est mon Ministre de Tutelle.
Les copies de ce dossier ont été attribuées et traitées, diligemment et intelligemment, par les services compétents du Secrétariat Général et de la Direction des Ressources Humaines :
Une attestation de présence enregistrée officiellement (Numéro 298/MAE/SG/DRH/GPPE/KGA/BAM/17 datée du 10 Avril 2017) m’a déjà été délivrée et elle est cosignée, respectivement, par l’Ambassadeur LY DJEROU Robert, le Secrétaire Général Adjoint, et par l’Ambassadeur FAGNIDI Philibert, Directeur des Ressources Humaines.
Enfin, par le bordereau numéro : 266/MAE/SG/DRH/GPE/KGA/BAM/17 daté du 13 Avril 2017, mon dossier a été, officiellement transmis, aux services compétents du Ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration.
Deuxièmement : A la même date du premier Mars 2017,
J’ai personnellement transmis, une copie de la même lettre sus visée, à Son Excellence Monsieur Le Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration.
Troisièmement : Après réception et lecture de mon courrier sus visé, le lundi 6 Mars 2017, Son Excellence Monsieur ABINAN KOUAKOU Pascal, lui-même en personne, Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, s’est entretenu avec moi, avec beaucoup de courtoisie, et surtout en me donnant les assurances que ses services compétents rétabliront, très vite, ma solde, dès qu’ils recevront mon attestation de présence délivrée par les Autorités compétentes du Ministère des Affaires Etrangères, étant entendu que, dans ma lettre du premier mars 2017 que ledit Ministre avait déjà reçu, j’avais déjà produit et joint le certificat médical et mon dossier sanitaire, justifiant ainsi les raisons de mon absence au contrôle informatique du mois de juin 2016.
Quatrièmement : C’est avec beaucoup de douleur et de déception que, le 9 Juin 2017 dans la matinée, je suis informé du refus de la mainlevée sur ma solde, par les services compétents du premier étage de l’immeuble du Ministère de la Fonction Publique.
Selon eux, ils me conseillent de me préparer pour mon passage devant le Conseil de Discipline de la Fonction Publique…
• Que prévoient les Statuts Particuliers portant création du Corps diplomatique ivoirien ?

En Conclusion de cette contribution :
Mon corps saigne ; mon âme saigne ; mon cœur saigne ;
Après trente(30) années de bons et loyaux services, en ma qualité de diplomate et de fonctionnaire : Je n’ai jamais été sanctionné, ni au premier degré et ni au deuxième degré.

Je ne dis pas plus, car j’espère encore une suite heureuse pour cette affaire…
Sinon…
Très haute et fraternelle considération.
TANOH NIAMKE Djohn
-Diplomate, Ecrivain, Blogueur,
-Chroniqueur diplomatique et politique
-Précédemment Conseiller Technique de Cabinet Ministériel
-Auteur de plusieurs Livres et Publications, parmi lesquels :
1. COTE D’IVOIRE : La Guerre des imbéciles ?
2. COTE D’IVOIRE : Cahier d’un Retour à la Case-départ
3. COTE D’IVOIRE : Bulletin de Notes d’une Dictature avortée.
4. Laurent GBAGBO, Héros sacrifié ?
5. Pour l’émergence économique, Voici l’Afrique que Nous voulons.





07/04/2017

Analyse et Commentaires de l'Actualité ivoirienne

Analyse et commentaires de l’actualité ivoirienne
(Une contribution de Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain.)
Thèmes et Objets :
1. COTE D’IVOIRE : Un cantique de résurrection pour une diplomatie à la conquête d’un siège de membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.
2. COTE D’IVOIRE : Un chant pascal pour une trêve sociale, pour une cohésion nationale et pour une réconciliation nationale.
3. COTE D’IVOIRE : Une litanie des Saints et des Apôtres de l’émergence et de la naissance d’une vraie puissance économique africaine.

-Chers compatriotes : Ivoiriennes mes sœurs et ivoiriens mes frères ;
-Chers amis, lecteurs et lectrices de mes livres, de mes sites et blogs, de mes chroniques diplomatiques et politiques ;
-Chers internautes ivoiriens, africains et d’ailleurs :
Avant tout propos, permettez-moi, en guise d’introduction à cette présente publication de presse, qui est ma première contribution intellectuelle, diplomatique et politique de l’année 2017, permettez-moi dis-je, de rendre gloire et honneur à L’Eternel, DIEU Notre Père Céleste, pour sa puissante protection divine sur notre Pays, la République de COTE D’IVOIRE.
Je saisis également cette solennelle occasion, humblement et à titre personnel, pour remercier Notre Seigneur et Notre Sauveur Jésus-Christ, qui m’a ressuscité de la maladie et de la mort, comme Lazare Son Ami, dans la Sainte Bible.
(Evangile de Saint Jean, Chapitre 11).
Egalement : Comment ne pas témoigner et rendre gloire aux miracles de Dieu dans ma longue et modeste carrière diplomatique, mille fois assassinée et mille fois ressuscitée par la puissance du Saint-Esprit ?
Merci Seigneur pour ta Miséricorde Divine et mille fois merci d’avoir fait de moi ton ami, comme Lazare, le frère de Marie et de Marthe…
En effet, ni Satan et ni ses nombreux démons ne pourront jamais avoir la victoire sur les Nations, les Pays, les hommes et les femmes : Les vrais croyants, les vrais fidèles et les vrais amis de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, l’Unique Agneau de Dieu, dont le Précieux et le Puissant Sang, nous a déjà purifiés, justifiés et sanctifiés…
• Après ce premier trimestre tumultueux de l’année 2017, dans notre pays, en République de COTE D’IVOIRE : Pourquoi les vrais croyants ivoiriens ne continueraient-ils pas encore, de prier et de demander des messes de remerciements, des cultes d’adoration et d’actions de grâce, pendant cette période pascale, temps favorable de pardon, de pénitence et de repentance ?
• Non et mille fois non : Plus jamais de coups de fusils et de canons, civils ou militaires, aux crépitements intempestifs, nocifs et imbéciles, pour revendiquer des avantages pécuniaires, matériels ou sociaux…Comme dans « des films western » et dans une banale République bananière, Bana-Bana et Wouya-wouya… Trop c’est trop !
• Non et mille fois non : Plus jamais d’appels d’incivisme, d’insurrection, d’indiscipline, de chienlit, et de désordre ne devraient être tolérés, dans notre beau et grand pays , qui doit définitivement cesser d’être « Un éléphant d’Afrique aux pattes d’argile, un tigre en papier ou un lion en pièces détachées… » Trop, c’est trop !
• Ce qui s’est passé, récemment dans notre pays en ce premier trimestre de l’année 2017 est grave, honteux, humiliant et insultant ; mais cela est déjà du passé et devrait être oublié et pardonné, en ce temps pascal, temps favorable d’amour, de pardon, de pénitence et de repentance…
• Mais attention et mille fois attention :
Le Pouvoir Suprême ivoirien dirigé par les houphouétistes et conduit par Son Excellence Monsieur Le Président Alassane OUTTARA, devrait redoubler de vigilance, de rigueur, de fermeté et d’efforts pour que notre beau et grand pays, la République de COTE D’IVOIRE cesse de ressembler à « une éternelle jungle et à une terre de prospérité prise en perpétuels otages par des prédateurs voraces et sanguinaires, de tous les bords et de tous les acabits… » Trop, c’est trop !
• Le vaillant peuple ivoirien est déjà trop fatigué et déjà trop traumatisé : Il mérite la paix, la protection, le respect et la considération de la part des éternels mutins, des sempiternels syndicalistes et des fossoyeurs politiciens de métiers, calculateurs et manipulateurs, déjà en campagne présidentielle pour l’année 2020 !
• Oui et mille fois oui : Ma présente contribution est une occasion courageuse et audacieuse de vérités crues ;
Une sorte de séance publique d’exorcisme apostolique pour chasser, loin de nous, les démons des instabilités chroniques, les démons des guerres de successions et les démons des divisions en République de COTE D’IVOIRE…
• Oui et mille fois oui : Cette chronique-ci est une sorte de prière de délivrance et de guérison de la COTE D’IVOIRE.
• Oui et mille fois oui : Seigneur Jésus-Christ, Toi qui a vaincu Satan et ses démons, par Ton Précieux et Puissant Sang, chasse loin des ivoiriens et de notre pays la COTE D’IVOIRE, les malédictions, l’obsession et l’oppression démoniaques, les envoutements et les possessions sataniques. Amen ! Amen ! et Amen !
-Chers lecteurs et chères lectrices :
Par la prière ci-dessus, après avoir lavé et purifié la COTE D’IVOIRE, le cœur de chaque ivoirien et de chaque ivoirienne, à présent, nous pouvons traiter les thèmes et les objets de notre chronique diplomatique et politique du premier trimestre de l’année 2017 :
• Premier point : COTE D’IVOIRE, un cantique de résurrection pour une diplomatie à la conquête d’un siège de Membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.
-Ivoiriens et ivoiriennes,
-Sous le haut patronage du Chef de l’Etat et Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA ;
-Sous la haute autorité de Son Excellence Monsieur Marcel AMON-TANOH, Ministre des Affaires Etrangères de notre Pays, en si peu de temps, des miracles diplomatiques sont en train de se produire pour le repositionnement et le rayonnement de l’image de marque de la République de COTE D’IVOIRE, à la quête et à la conquête d’un siège de membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.
-Chers frères ivoiriens, chères sœurs ivoiriennes : Chantons, ensemble dans l’union, dans la discipline et dans le travail, un cantique de résurrection pour notre Diplomatie qui est en pleins chantiers de rénovations et à la quête et à la conquête d’un Siège de Membre non Permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.
Il est à noter et à souligner, par les ivoiriens, par les diplomates, par les journalistes et par les pays amis de la République de COTE D’IVOIRE, qu’en si peu de temps, le nouveau Ministre des Affaires Etrangères, Son Excellence Monsieur Marcel AMON-TANOH, dans l’humilité, dans la discrétion et dans la noblesse, est en train d’écrire et d’imprimer, sous nos yeux ébahis d’admiration, d’importantes et historiques pages glorieuses, de « La Diplomatie nouvelle ivoirienne », avec de nouvelles visions et des objectifs précis, dont la priorité majeure, parmi toutes les autres priorités diplomatiques, est et demeure l’acquisition prochaine, par la République de COTE D’IVOIRE, d’un poste de membre non permanent au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU.
Efficacité, pragmatisme, dynamisme, paix et solidarité: Tels sont quelques traits de caractères de « La Diplomatie Nouvelle ivoirienne », en vue du rayonnement et du repositionnement de l’image de marque de la République de COTE D’IVOIRE, en Afrique et dans le Monde.
-Chers Lecteurs et chers amis internautes : A présent, permettez-moi de jeter un regard analytique et critique sur le sujet suivant de notre propos :
• Deuxième point : COTE D’IVOIRE, Un chant pascal pour une trêve sociale, pour une cohésion nationale et pour une réconciliation nationale :
En République de COTE D’IVOIRE, ce premier trimestre de l’année 2017 a été marqué et perturbé par de nombreuses grèves et de nombreuses revendications salariales…
Il est à noter et à souligner que le Nouveau Premier Ministre ivoirien, Chef du Gouvernement, Son Excellence Monsieur Amadou GON COULIBALY, dès sa nomination, n’a pas bénéficié de délai de grâce ni de temps d’installation à la Primature : Deux grands défis et deux douloureux tests l’ont accueilli dès sa prise de fonction à savoir : Les mutineries militaires et les grèves des syndicats d’enseignants…
Bravo et félicitations à Monsieur Le Premier Ministre ivoirien et aux Membres de Son Gouvernement, qui ont su, sincèrement et véritablement, dialoguer et négocier, avec les mutins et avec les syndicalistes, une période de trêve sociale, sans aucune grève ni de désordre, en vue de permettre de travailler pour créer des richesses économiques ivoiriennes, dans la paix et dans la sérénité…
-Chers frères ivoiriens, chères sœurs ivoiriennes : En union, dans la discipline et dans le travail, chantons ensemble, un cantique pascal pour obtenir une trêve sociale de longue durée, car le vaillant peuple ivoirien est, ici sur ce sujet, fatigué et traumatisé par ces nombreuses grèves des syndicats d’enseignants et des autres corporations…
Sans tromperie et ni fourberie, sans faux-fuyants ni intimidations : Nous encourageons le Gouvernement et toutes les Centrales syndicales, à négocier et à signer, « une longue trêve sociale » pour permettre à notre pays de redorer son image de marque ternie par les mutineries militaires, les désordres populaires et les mouvements sociaux ; et surtout en vue de permettre la réalisation des grands chantiers économiques de l’émergence ivoirienne…
Je suggère la rédaction et la signature d’une Charte Nationale, par tout le Corps social ivoirien, et portant sur les grands sujets suivants :
-Une charte nationale pour la trêve sociale (période de 2017 à 2020 inclus) avec toutes les Centrales syndicales, avec des conditions et des compensations à négocier d’un commun accord…
- Une charte nationale pour la cohésion et pour la réconciliation nationales, avec tous les partis politiques, avec tous les syndicats et avec toutes les Organisations de la Société civile.
Selon ma modeste analyse, il faudrait créer toutes les conditions participatives, justes et transparentes pour le règne d’un vrai climat de paix absolue et définitive : C’est à ces prix forts et uniquement, à ces prix-là, qu’on pourra ensuite avoir la véritable et durable paix, pour créer des richesses et pour réaliser les grands travaux économiques de l’émergence.
Et justement, entonnons et chantons, ensemble et ci-dessous, une litanie des Saints et des Apôtres de l’émergence ivoirienne :
• Troisième point : COTE D’IVOIRE, Une litanie des Saints et des Apôtres de l’émergence et de la naissance d’une vraie puissance économique africaine
En ce premier trimestre de l’année 2017, terni et assombri par les revendications salariales des mutins et des syndicalistes, les seules lueurs et les seules lumières d’espoir et d’espérance, ont été marquées par l’organisation à ABIDJAN, en République de COTE D’IVOIRE, de plusieurs réunions économiques internationales, de hauts niveaux, dont la plus grandiose, a été « Le Forum Economique pour l’émergence » .
En renouant avec les grandes Assemblées internationales organisées à Abidjan : Notre Pays est en train de redorer son image de marque et son ambition de devenir une vraie puissance économique régionale et africaine :
En effet, la République de COTE D’IVOIRE est bel et bien, la première puissance économique et la locomotive de l’UEMOA.
Notre Pays est aussi, la deuxième puissance économique de la CEDEAO, cet espace économique africain regroupant « Un Marché » de plus de trois cent millions d’habitants, dans un espace géographique de quinze pays africains.
En un mot comme en mille mots, tous les ivoiriens et tous les habitants de la République de COTE D’IVOIRE, doivent, impérativement et nécessairement, savoir, comprendre et noter que :
Notre Pays n’est pas « Une République bananière, tropicalisée, bana-bana et wouya-wouya ! »
Un véritable «Contrat de Consensus National » devrait lier tous les ivoiriens aux sujets des valeurs institutionnelles, économiques, stratégiques et diplomatiques de la République de COTE D’IVOIRE.
En Conclusion : Pour la République de COTE D’IVOIRE :
• Chers frères ivoiriens, Chères sœurs ivoiriennes : Chantons, ensemble, un cantique de résurrection ;
Chantons, ensemble, un chant pascal ;
Chantons, ensemble, une litanie des Saints et des Apôtres.
Que DIEU bénisse, éternellement, la République de COTE D’IVOIRE, pour que soient éloignés et chassés, loin de nous et de notre Pays, Satan et ses démons…
Ces faux citoyens ivoiriens, bana-bana et wouya-wouya, qui troublent notre paix et notre émergence.
Amen ! Amen ! Et Amen !
Je vous souhaite une bonne fin de carême chrétien, temps favorable d’amour, de pardon, de pénitence et de repentance.
• Bonne fête de « Paquinou » à toutes et à tous.
Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain,
Chroniqueur diplomatique et politique.
Précédemment Conseiller Technique de Cabinet Ministériel.
Mail : djohntanoh@gmail.com
http://www.edition999.info/_Djohn-TANOH-NIAMKE_.html
Auteur de plusieurs livres et essais, parmi lesquels :
1. COTE D’IVOIRE : La guerre des imbéciles ?
2. COTE D’IVOIRE : Cahier d’un Retour à la Case-Départ
3. COTE D’IVOIRE : Bulletin de Notes d’une Dictature avortée
4. Laurent GBAGBO : Héros sacrifié ?
5. Pour l’Afrique, Voici l’émergence que Nous voulons.















12:14 Publié dans Blog, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

06/10/2016

Avis et Communiqué de Remerciements


Avis et Communiqué du décès de Madame AKA HOMA Agnès
• Sa Majesté Nanan BOA Kouassi III, Roi de l’Indénié
• La Reine-Mère et tous les Membres de la Grande Famille Royale de l’Indenié
• Nanan KOFFI Guillaume, Chef canton de Zaranou
• Nanan ANET Kouassi, Chef du Village de Bébou
• Nanan KOUAKOU Hilaire, Chef du village d’Ebilassokro
• Nanan KOUASSI Dihyè, Chef de Bokasso à Ebilassokro
• Son Excellence Monsieur ABINAN KOUAKOU Pascal, Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration
• Son Excellence Monsieur L’Ambassadeur BOA THIEMELE AMOAKON,
Vice-Président du PDCI-RDA
• Monsieur Le Ministre Nicolas KOUASSI AKON, Ancien Maire d’Abengourou
• Madame Le Ministre TEHOUA AMAH Marie, Vice-Présidente de l’Assemblée Nationale
• HONORABLE EHOUMAN BOKO Hubert, Député et Président du Conseil Régional de l’Indénié-Djuablin
• Monsieur AMOAKON KOUAKOU BANGAH, Maire d’ABENGOUROU
• Monsieur MEA TANO Joseph, Conseiller Spécial du Président du Conseil Régional de l’Indénié-Djuablin
• Monsieur COMOE KOUAME AMOIKON, Conseiller Technique du Président du Conseil Régional de l’Indénié-Djublin
• L’Abbé Faustin, Curé de la Paroisse Saint Jacques du quartier HKB
• L’Abbé Anderson, Vicaire de la Paroisse Saint Jacques du quartier HKB
• La grande famille ALLANGOA
• La grande famille KOUAKOU SANBLIN à Ebilassokro, Abidjan et à Abengourou
• La grande famille NIAMKE à Bassam, à Aboisso, à Kouassibéniekro et à Abengourou
• La grande famille AKA à Bassam, à Aboisso et à Abengourou
• La grande famille BROU KOUADIO à Ebilassokro, Agnibilékro et à Abidjan
• La grande famille AGNAMAN à Aboisso, à Abidjan, à Azaguié et à Niamkékro
• La grande famille ELOGNE à Aboisso, à Abidjan et à Niamkékro
• M. DAMOA Adom Ernest et enfants à Abidjan
• Mme DAMOA Yah Manzan et enfants à Abidjan et à Abengourou
• M. KOUADIO Morokro Martin, Mme et enfants à Abidjan et à Abengourou
• Mme MIAN AMA, enfants et petits-enfants au Canada, Allemagne, Suisse, à Abidjan, Taabo et à Abengourou
• Mme TANOH Akoissi Thérèse, enfants et petits-enfants à Gueyo et à Abengourou
• M. TANOH Niamké Djohn, Diplomate au Ministère des Affaires Etrangères, Mme et enfants en France et à Abidjan
• M. TANOH Tanoh Lambert, Enseignant Chercheur, Directeur du Département Mathématiques-Informatique à l’INP – HB, Mme et enfants à Yamoussoukro et à Abidjan
• M. BRIM Kouao Edmond, Chef de Zone ANADER Bangolo, Mme et enfants à Bangolo et à Man
• M. KOFFI Niangoran Raphael et enfants à Abengourou
• Mme GOUTE née KOUASSI Abran Bernadette et enfants à Abidjan
• Mme N’DA née KOFFI Chiadon Elisabeth et enfants à Abidjan et à Abengourou
• M. GNANZA Tanoh, Chef de village de Niamkékro et enfants à Abidjan et à Niamkékro
• M. GNANZA Niamké Jean Baptiste, Mme et enfants à Niamkékro et à Abengourou
• M. TANOH Anoh, Mme et enfants à Abidjan et à Abengourou
• M. N’GORAN Ahoussi, Mme et enfants à Bébou
• M. N’GORAN Oi N’goran, Mme et enfants à Abidjan, et Abengourou
• Mme WADJA Ahoussi Bla Antoinette et enfants à Abidjan et à Abengourou
• M. ATCHE Adou Georges, Mme et enfants en Angleterre et à Abidjan
• M. N’DA Kouao Faustin, Mme et enfants à Abidjan
• Les familles alliées et amies

Ont la profonde douleur de vous faire part du décès de leur fille, mère, tante, sœur, belle-mère, grande mère et arrière grande mère :

AKA HOMA AGNES dit « KADDAFI »

Décès survenu le Dimanche 07 AOUT 2016 à ABENGOUROU dans sa 89e année.
-------------------------------------------------------------------

PROGRAMME DES OBSEQUES

• Vendredi 09 Septembre 2016
- Levée de corps à la morgue d’Abengourou à 16 h, suivie du transfert du corps à la Cour Royale ;
- De 20 h à 24 h, veillée religieuse à la Cour Royale à Abengourou
- De 24 h à l’aube, veillée traditionnelle à la Cour Royale à Abengourou

• Samedi 10 Septembre 2016
- De 8 h à 10 h 30 : Cérémonie traditionnelle
- 11 h : Messe de requiem à la cathédrale Sainte Thérèse d’Abengourou, suivie de l’inhumation au cimetière municipal d’Abengourou
• Dimanche 11 Septembre 2016
9 h : Messe d’action de grâce à la cathédrale Sainte Thérèse d’Abengourou.








Madame AKA HOMA Agnès dit « KADDAFI »
01 Janvier 1927-07 Aout 2016






































08:01 Publié dans Blog, Voyage, Web | Lien permanent | Commentaires (0)