topblog Ivoire blogs

14/06/2017

COTE D'IVOIRE, les cris de mon corps, de mon cœur et de mon âmes qui saignent...


COTE D’IVOIRE :
LES CRIS DE MON CORPS, DE MON CŒUR ET DE MON AME QUI SAIGNENT FACE A CERTAINES PRATIQUES MAFIEUSES DANS LA GESTION DES FONCTIONNAIRES ET AGENTS DE L’ETAT COTE D’IVOIRE :

En République de COTE D’IVOIRE, après cinquante sept
(57) ans d’indépendance, la gestion de l’Administration publique ou la Gouvernance administrative est un véritable « casse-tête chinois » à cause des pratiques mafieuses dues aux refus de changements des mentalités et des comportements…
Malgré les grandes et nobles visions de modernisation de Son Excellence Monsieur Le Président de la République, de Son Gouvernement, malgré les discours et les efforts de l’actuel Ministre chargé de la Fonction Publique, de nombreux, de sérieux problèmes, obstacles et handicaps demeurent, imposant et constituant ainsi, un enfer pour de nombreux fonctionnaires parmi lesquels, votre modeste serviteur, moi TANOH Niamké Djohn qui, au moment où j’écris cette contribution, je serais actuellement programmé, dans un avenir très proche, pour passer devant le Conseil de Discipline de la Fonction Publique…Pour une banale affaire de mon absence au contrôle informatique au mois de juin 2016, ladite affaire ayant déjà été justifiée par un certificat médical et une attestation de présence délivrée par mes Autorités supérieures et compétentes du Ministère des Affaires…
En attendant de revenir sur cette affaire me concernant, intéressons-nous à la Fonction Publique ivoirienne :
Selon les chiffres officiels récemment communiqués, le nombre total des fonctionnaires et agents de l’Etat ivoirien est de cent quatre vingt mille (180.000) personnes à la date de ce mois de juin 2017.
-Au fait, y a-t-il, vraiment et réellement, un seul pilote dans ce gros bateau ivre et qui tangue dans toutes les directions?
-Son Excellence Monsieur ABINAN KOUAKOU Pascal, maitrise-t-il, dirige-t-il et contrôle-t-il, vraiment et réellement, le ministère de la fonction publique et de la modernisation de la République de COTE D’IVOIRE ?
-Si oui : Pourquoi une certaine mafia administrative sévit-elle encore, sabote les efforts, les instructions et les décisions dudit Ministre dont les compétences sont reconnues et approuvées, pour le moment, au plus haut sommet de l’Etat?
-A quels jeux dangereux et corrompus jouent-ils et pour qui roulent-ils, certains agents, certains sous-directeurs et certains directeurs, tapis dans l’ombre de l’immeuble fraichement rénové du Ministère de la fonction publique et la modernisation de l’administration ?
-En République de COTE D’IVOIRE, la bonne Gouvernance administrative serait-elle encore un mirage, une vaniteuse propagande officielle et une escroquerie morale, sans changements de comportements et de mentalités ?
-Devrait-on continuer à corrompre, comme par les temps anciens, certains fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions ?
-De quoi s’agit-il dans cette contribution participative aux travaux de la bonne Gouvernance administrative et de l’émergence ivoirienne, en vue de bâtir une COTE D’IVOIRE nouvelle avec des ivoiriens nouveaux, justes, talentueux, compétents et incorruptibles ?
Feu le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, apôtre de la paix, bâtisseur et père-fondateur de la République de COTE D’IVOIRE moderne et modèle, nous a enseigné et il disait souvent que « l’homme qui a faim n’est pas un homme libre… »
Moi, TANOH Niamké Djohn : Diplomate ivoirien de carrière, très expérimenté, ayant déjà servi, loyalement et dignement, mon pays au Brésil, en Israël, en Corée du Sud, en France : Et également, fonctionnaire ivoirien titularisé depuis trente (30) années d’anciennetés, étant seulement à sept (7) petites années de ma retraite méritée :
Depuis bientôt six(6) mois :
Je suis l’objet d’un véritable complot, d’une honteuse machination et d’un chantage machiavélique, en vue de briser ma carrière de fonctionnaire et de me rayer de la liste du Corps diplomatique ivoirien : En effet, sans salaire ni solde depuis six (6) mois :
Je suis placé et classé sous le vocable provocateur et méprisant de : « Agent placé sous le contrôle du Ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration. Sans salaire ni solde… »
Oui et mille fois oui : Vous avez bel et bien lu, que votre humble serviteur que je suis, est bel et bien privé de solde et de salaire depuis le mois de janvier 2017…
En un mot comme en mille mots : Je suis un homme qui a faim et un homme qui n’est pas libre…Privé de salaire et de solde depuis six(6) mois…
• Peut-on frapper et brimer un enfant et l’empêcher de pleurer ?
• Peut-on affamer, volontairement et malicieusement, un fonctionnaire et l’empêcher de revendiquer ses droits ?
C’est pourquoi, j’ai choisi pour ma défense au stade actuel de cette affaire, librement et publiquement, en ma qualité d’écrivain, de chroniqueur diplomatique, de blogueur et de leader d’opinions, de m’adresser et de prendre le peuple ivoirien à témoin dans cette « petite et banale affaire administrative » qui risque, très bientôt d’être le sujet de plusieurs publications, d’être une jurisprudence et surtout d’être une affaire historique en République de COTE D’IVOIRE …
• Prions Dieu, le Tout-Puissant, pour que Sa Sagesse divine habite « mes bourreaux et mes persécuteurs »,
Prions Dieu : Pour que la mainlevée soit rapidement délivrée pour que je perçoive ma solde : sinon…
Permettez-moi de vous résumer, sommairement, en quelques mots, l’historique et la genèse de cette petite affaire, déjà réglée en ma faveur par les Autorités compétentes, pour laquelle j’attends la simple délivrance d’une mainlevée sur ma solde…Mais que des mains ténébreuses et obscures compliquent pour saboter le travail du Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration…
Oui et mille fois oui : Malheureusement, en lieu et place d’une délivrance rapide d’une mainlevée sur ma solde bloquée : Des « mains obscures, sataniques et diaboliques » ont décidé de ruser avec mon Dossier et de tromper les plus Hautes Autorités compétentes, en suggérant ma comparution très prochaine devant le Conseil de Discipline de la Fonction Publique…
Je vous prie de noter et de souligner les différents points suivants :
Premièrement : Depuis le premier Mars 2017, j’ai officiellement adressé une correspondance et un dossier médical justificatif, à Son Excellence Monsieur Le Ministre des Affaires Etrangères qui est mon Ministre de Tutelle.
Les copies de ce dossier ont été attribuées et traitées, diligemment et intelligemment, par les services compétents du Secrétariat Général et de la Direction des Ressources Humaines :
Une attestation de présence enregistrée officiellement (Numéro 298/MAE/SG/DRH/GPPE/KGA/BAM/17 datée du 10 Avril 2017) m’a déjà été délivrée et elle est cosignée, respectivement, par l’Ambassadeur LY DJEROU Robert, le Secrétaire Général Adjoint, et par l’Ambassadeur FAGNIDI Philibert, Directeur des Ressources Humaines.
Enfin, par le bordereau numéro : 266/MAE/SG/DRH/GPE/KGA/BAM/17 daté du 13 Avril 2017, mon dossier a été, officiellement transmis, aux services compétents du Ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration.
Deuxièmement : A la même date du premier Mars 2017,
J’ai personnellement transmis, une copie de la même lettre sus visée, à Son Excellence Monsieur Le Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration.
Troisièmement : Après réception et lecture de mon courrier sus visé, le lundi 6 Mars 2017, Son Excellence Monsieur ABINAN KOUAKOU Pascal, lui-même en personne, Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, s’est entretenu avec moi, avec beaucoup de courtoisie, et surtout en me donnant les assurances que ses services compétents rétabliront, très vite, ma solde, dès qu’ils recevront mon attestation de présence délivrée par les Autorités compétentes du Ministère des Affaires Etrangères, étant entendu que, dans ma lettre du premier mars 2017 que ledit Ministre avait déjà reçu, j’avais déjà produit et joint le certificat médical et mon dossier sanitaire, justifiant ainsi les raisons de mon absence au contrôle informatique du mois de juin 2016.
Quatrièmement : C’est avec beaucoup de douleur et de déception que, le 9 Juin 2017 dans la matinée, je suis informé du refus de la mainlevée sur ma solde, par les services compétents du premier étage de l’immeuble du Ministère de la Fonction Publique.
Selon eux, ils me conseillent de me préparer pour mon passage devant le Conseil de Discipline de la Fonction Publique…
• Que prévoient les Statuts Particuliers portant création du Corps diplomatique ivoirien ?

En Conclusion de cette contribution :
Mon corps saigne ; mon âme saigne ; mon cœur saigne ;
Après trente(30) années de bons et loyaux services, en ma qualité de diplomate et de fonctionnaire : Je n’ai jamais été sanctionné, ni au premier degré et ni au deuxième degré.

Je ne dis pas plus, car j’espère encore une suite heureuse pour cette affaire…
Sinon…
Très haute et fraternelle considération.
TANOH NIAMKE Djohn
-Diplomate, Ecrivain, Blogueur,
-Chroniqueur diplomatique et politique
-Précédemment Conseiller Technique de Cabinet Ministériel
-Auteur de plusieurs Livres et Publications, parmi lesquels :
1. COTE D’IVOIRE : La Guerre des imbéciles ?
2. COTE D’IVOIRE : Cahier d’un Retour à la Case-départ
3. COTE D’IVOIRE : Bulletin de Notes d’une Dictature avortée.
4. Laurent GBAGBO, Héros sacrifié ?
5. Pour l’émergence économique, Voici l’Afrique que Nous voulons.





08/06/2015

Chapitre 2 de mon Livre Laurent GBAGBO HEROS SACRIFIE

Chapitre 2
Le Président Laurent GBAGBO: L'anti-houphouétiste,
Héro sacrifié et victime expiatoire pour la consolidation de la françafrique et de l'houphouétisme.

De 1960 à 1977: Voici la période du premier miracle économique ivoirien sous le règne du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY.
On peut donc l'affirmer et sans se tromper que: Sur les trente-trois années de gestion du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, la première moitié susvisée était le temps des créations de grandes richesses agricoles et de la prospérité ivoirienne: C'était la période faste des grandes plantations et des sociétés de gestions de café, de cacao, de coton, de palmier à huile, etc.
De 1980 à 1993: L'autre moitié du temps de règne du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY a été marquée et secouée par des crises économiques telles que les chutes vertigineuses des prix des matières premières agricoles.
Cette période est également caractérisée par de nombreuses crises syndicales et politiques, occasionnées et orchestrées par un « Certain KOUDOU Laurent GBAGBO » et ses adeptes qui avaient décidé d'affronter, syndicalement et politiquement, le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY et son régime...
C'est ainsi que sous l'inspiration et la direction de KOUDOU Laurent GBAGBO, naissent de nombreux syndicats d’enseignants (du primaire, du secondaire et du supérieur) et mêmes des syndicats d'étudiants!
Dans la clandestinité puis officiellement, Laurent GBAGBO et ses amis créent, également, leur parti politique de gauche, le Front Populaire Ivoirien, parti populiste, extrêmement patriotique et nationaliste!
De nombreuses grèves sociales, syndicales, des tentatives d'insurrections et de soulèvements populaires contre le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY et son régime, sont planifiés et exécutés par Laurent GBAGBO et les siens!
Voici ci-dessus schématisé les deux camps opposés sur la scène théâtrale du combat de « la grenouille » Laurent GBAGBO contre « le Bœuf » Félix HOUPHOUET-BOIGNY!
En 1990, Laurent GBAGBO est élu député à l'assemblée nationale de COTE D'IVOIRE: La même année, il se présente aux élections présidentielles contre le président Félix HOUPHOUET-BOIGNY qui gagne les élections au premier tour du scrutin, avec un score très élevé de plus de quatre-vingt pour cent (80%) des votants!
Cette même année 1990, Monsieur Alassane Dramane OUATTARA est nommé premier Ministre du Gouvernement ivoirien par le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY qui venait ainsi de dévoiler son jeu, en sortant et en misant sur « son joker politique et économique » ; et surtout, Alassane OUATTARA était « l'arme redoutable et fatale » pour apporter une riposte fatale à l'assaut final de Laurent GBAGBO et des siens!
Sous la Primature d'Alassane OUATTARA (1990 à 1993): L'ordre et la paix étaient rétablis. Laurent GBAGBO et ses marcheurs, violents et impénitents, sont arrêtés en 1992 et tous leurs leaders sont emprisonnés!
En décembre 1993, après l'annonce officielle du décès du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, le Premier Ministre Alassane OUATTARA donne sa démission et celle de son gouvernement au nouveau Président de la République, Monsieur Henri KONAN-BEDIE.
De 1994 à 1999: Sous le mandat présidentiel et le règne du Président Henri KONAN-BEDIE, Laurent GBAGBO et ses camarades continuent leurs luttes syndicales et politiques, avec violence et véhémence...
Le 24 décembre 1999: Le Président Henri KONAN-BEDIE est renversé et destitué par un coup d'état militaire. Cette junte militaire était dirigé par le Général Robert GUEI, qui a régné sur la COTE D'IVOIRE pendant dix mois très pénibles!
Monsieur KOUDOU Laurent GBAGBO et ses adeptes, étaient-ils impliqués dans ce coup d'Etat? L'histoire nous le dira et nous l'enseignera un jour....Ce qui était sûr, c'est que tous les postes stratégiques du Gouvernement ivoirien de transition militaires, étaient occupés par des très proches militants, des amis et des camarades de Monsieur KOUDOU Laurent GBAGBO qui remportait ainsi et indirectement, sa première victoire sur le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY et ses Héritiers politiques...
Oui, l'histoire ivoirienne doit retenir que Laurent GBAGBO et ses Adeptes étaient les principaux bénéficiaires statutaires de ce coup d'état militaire du Général Robert GUEI....
En octobre 2000, après seulement dix mois de gestion commune du Gouvernement de la transition militaire, Laurent GBAGBO et ses camarades « blaguent et trompent la vigilance » du Général Robert GUEI et des Militaires, en les encourageant et leur demandant, d'organiser rapidement des élections présidentielles, en éliminant de cette course Messieurs Alassane OUATTARA, Henri KONAN-BEDIE et tous les Héritiers politiques de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, capables de remporter ledit scrutin présidentiel...
Le vaillant peuple ivoirien fut donc convoqué et convié aux élections présidentielles de ce dernier dimanche du mois d'octobre 2000....
Et ce qui devrait arriver, arriva et certainement: Pendant le dépouillement des résultats du vote présidentiel, une très grave crise de confiance survint entre les alliés censés garder et partager le Pouvoir Suprême, à savoir d'une part le Général Robert GUEI et d'autre part Monsieur Laurent GBAGBO, tous les deux candidats à cette élection présidentielle...
En effet, et sans attendre les résultats officiels à la fin du processus électoral, respectivement et à tour de rôle, Robert GUEI et Laurent GBAGBO se proclament chacun d'eux, Président de la République de COTE D'IVOIRE!
C'est dans ce grand cafouillage que Monsieur Laurent GBAGBO, « grand stratège politique et grand boulanger politique », ordonna et décréta, une révolte et une insurrection populaire, contre le Général GUEI et sa junte militaire qui abdiquèrent et quittèrent ainsi le pouvoir suprême ivoirien dans la confusion, dans la violence, dans la honte et dans la grande humiliation!
Monsieur Laurent GBAGBO et ses Adeptes, de simples civils, ne venaient-ils pas de remporter une grande victoire en chassant des Militaires du Pouvoir Suprême ivoirien?
Rapidement, c'est ainsi qu'en cette fin du mois d'octobre 2000, Monsieur Laurent GBAGBO est proclamé Président de la République de COTE D'IVOIRE...Il est investi officiellement, au Palais présidentiel, juste après des bains de sang humain, sur des dépouilles de nombreux cadavres et des charniers, jonchant par-ci, par-là, tous les quartiers de la ville d'Abidjan, ses banlieues et dans certaines provinces....
De 2000 à 2010: Voici la décennie de règne calamiteux du Président Laurent GBAGBO sur la République de COTE D'IVOIRE...
Ne dit-on pas que « qui tue par l'épée, périt par l'épée? »
En effet, les 18 et 19 septembre 2002, une rébellion composée de militaires, de miliciens et de simples civiles, tentent de renverser le Président Laurent GBAGBO qui lui-même avait chassé des Militaires du Pouvoir en fin octobre 2000!
Cette rébellion a occupé presque la moitié du territoire ivoirien qu'elle a administré sur tous les plans pendant le règne du Président Laurent GBAGBO qui n'a régné que sur une seule moitié de la COTE D'IVOIRE!
En octobre puis en novembre 2010: Le Président Laurent GBAGBO qui durant son mandat présidentiel n'a pas pu mettre ses pieds dans les zones « centre, nord et ouest » contrôlées par la Rébellion, Comment ce candidat-là pouvait-il gagner les élections présidentielles?
Laurent GBAGBO et ses camarades, n'ont-ils pas manqué d'intelligence? Ou bien étaient-ils sûrs de remporter la guerre postélectorale qu'ils ont déclarée contre Alassane OUATTARA, sans savoir que leurs sorts étaient déjà scellés?
C'est dommage et c'est humiliant pour Laurent GBAGBO et les siens!
Ce 11 avril 2011, date de la capture et de l'arrestation de Laurent GBAGBO dans la cave de la Résidence présidentielle officielle, fut une date heureuse et historique pour l'houphouétisme et pour la françafrique...
En effet, après dix années de clandestinité et de luttes syndicales, puis après dix autres années d'opposition politique légale, suivie enfin de dix autres années de règne présidentiel calamiteux, Laurent GBAGBO, le héros patriotique et nationaliste de COTE D'IVOIRE, venait d'être sacrifié, par lui-même, par ses adeptes et par ses adversaires politiques...
De 1980 à ce jour 11 avril 2011: Cela faisait plus de trente années que Laurent GBAGBO proclamait qu'il était le héros libérateur, patriotique et socialiste de la COTE D'IVOIRE...
Aveuglé par le Pouvoir Suprême, Laurent GBAGBO est passé juste à côté de la mort....
Jusqu'à présent, Laurent GBAGBO, ses camarades et ses adeptes, n'ont encore rien compris de leur défaite, ni de la revanche et ni de la riposte fatale de la françafrique et de l'houphouétisme, savamment préparées et exécutées!
Laurent GBAGBO ou « la grenouille » peut-elle encore prétendre se faire aussi grosse que le « bœuf » Félix HOUPHOUET-BOIGNY, actuellement incarné et représenté par son Héritier politique Alassane OUATTARA?
Ce héro-là, Laurent GBAGBO, a déjà été sacrifié à cause de sa paranoïa, de son aveuglement, de son obsession et de sa boulimie pour la prospérité et pour le Pouvoir Suprême ivoirien!
Nous observons et nous notons tous, et tous les jours, qu'en Afrique, le Pouvoir Suprême est synonyme et sources de très grands enrichissements illicites...
Laurent GBAGBO a bel et bien été sacrifié, par lui-même, pour ses propres ambitions démesurées, par sa soif insatiable de grandeur personnelle et historique: Ce héro sacrifié voulait tant ressembler aux Grands Africains et aux Grands du Monde entier!
Laurent GBAGBO a également été l'otage sacrifié par certains de ses propres camarades militants de son parti politique, des extrémistes et des violents qui le poussait à résister et à se maintenir au Pouvoir, quel que soit le prix à payer!
C'est ainsi que, malgré sa défaite présidentielle, Laurent GBAGBO continuait à défier et à narguer Alassane OUATTARA, Nicolas SARKOZY,
Barack OBAMA, l'Union Africaine et l'ONU qui le suppliaient de quitter le Pouvoir Suprême ivoirien en vue d'éviter la guerre...
Enfin, au plan religieux et spirituel, Laurent GBAGBO a été un naïf adepte et fidèle, abusé et sacrifié par de nombreuses sectes évangéliques et les autres Gourous sataniques qui l'ont manipulé par des fausses visions et de fausses prophéties!
En conclusion, il est à noter que Laurent GBAGBO a été sacrifié par ses propres fautes en voulant toujours minimiser ses adversaires et surtout en défiant tous les Grands de ce Monde, et eux-tous en même temps!
Laurent GBAGBO empêchait les relations d'intérêts entre la COTE D'IVOIRE et les autres Etats...Il a donc, rapidement, été sacrifié car les Nations n'ont pas d'amis, elles ont des relations d'intérêts réciproques.
















31/05/2015

COTE D'IVOIRE: Laurent GBAGBO, héro sacrifié et victime expiatoire de la Françafrique

Fiche de Présentation du Livre :
COTE D’IVOIRE
Laurent GBAGBO : Héro sacrifié et victime expiatoire
Pour la consolidation de la Françafrique
Djohn TANOH-NIAMKE

Avertissement
Ce livre est un essai politique au sujet de l'actualité en République de COTE D'IVOIRE: En effet et comme vous le savez certainement, dans ce pays, l'élection présidentielle d'octobre et novembre 2010 a entrainé une guerre avec un bilan officiel de trois mille (3.000) morts!
Le Président Laurent GBAGBO qui a dirigé cette nation pendant dix(10) années (de l'an 2000 à 2010), candidat à sa propre succession, a été officiellement battu par Monsieur Alassane OUATTARA qui dirige la COTE D'IVOIRE, depuis le 11 avril 2011, date de la capture et de l'arrestation de Laurent GBAGBO, emprisonné dans son pays, puis transféré à la Cour Pénale Internationale(CPI) à La HAYE au PAYS-BAS.
Depuis ce temps: Que n'a-t-on pas encore entendu parler et dire de Laurent GBAGBO, tant par ses propres soutiens que par ses détracteurs? Laurent GBAGBO était-il un héro? A-t-il été sacrifié et par qui? Laurent GBAGBO a-t-il été une victime expiatoire pour la consolidation de la françafrique?
La victoire d'Alassane OUATTARA contre Laurent GBAGBO, n'est-elle pas une vengeance du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY et des Houphouétistes?
Autant de questions, mais ce qui est sûr c'est que:
Juridiquement parlant: Un Président de la République, Laurent GBAGBO, candidat à sa propre succession et battu, a refusé de céder le Pouvoir Suprême, ayant entrainé ainsi une guerre de trois mille mort …
N'a-t-il pas de compte à rendre à son peuple et au Monde entier? L'Auteur, Djohn TANOH-NIAMKE.
Avant-propos
Après ses autres livres et essais politiques que sont:
1- COTE D'IVOIRE, la guerre des imbéciles,
2-COTE D'IVOIRE, Cahier d'un retour à la case-départ,
3-COTE D'IVOIRE, Bulletin de notes d'une dictature avortée,
Ce livre-ci, également un essai politique au sujet de la récente actualité en COTE D'IVOIRE, a un ton volontairement pimenté, salé, engagé et très pastoral, comme la prédication d'un Evèque, d'un Prètre, d'un Pasteur, d'un Imam ou de tout autre grand-maitre...
En effet, l'auteur, fidèle à son écriture, définie et dénommée « diplomatie sans frontière », dit sa part de vérité, rien que la vérité qui rougit seulement les yeux, sans jamais les casser!
C'est pourquoi, il ne passe pas par quatre chemins et par des détours pour affirmer, haut et fort, que Laurent GBAGBO est un héro sacrifié et une véritable victime expiatoire:
Oui et d'abord, Laurent GBAGBO a été sacrifié, par lui-même, pour ses propres ambitions démesurées d'affronter Félix HOUPHOUET-BOIGNY, la France, « Les Grandes Puissances », et par son idéologie socialiste, africaniste, patriotique et populaire...
Oui et ensuite, Laurent GBAGBO a été l'otage de sa propre famille, de son propre parti politique et des sectes évangéliques fondamentalistes.
Oui et enfin, Laurent GBAGBO a été une victime pour consolider les intérêts français et ivoiriens. L'Auteur, Djohn TANOH-NIAMKE
Introduction
En République de COTE D'IVOIRE, la vie et l'histoire de Laurent GBAGBO, ressemblent presque, trait pour trait, à l'histoire de « la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf. »
Avez-vous déjà lu cette fable de La Fontaine?
Dans tous les cas, c'est facile à comprendre en l'adaptant à la tragédie ivoirienne qui dure depuis les temps de fin de règne du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, Le Bélier de Yamoussoukro et qui volontairement, j'appelle ici dans ce livre, « le Bœuf de Yamoussoukro» que Laurent GBAGBO « la grenouille de Mama» a toujours voulu vaincre et humilier!
Chers amis lecteurs: Pour comprendre ce livre-ci, retenez que l'histoire ivoirienne est un ensemble de plusieurs témoignages!
En effet et selon l'histoire ivoirienne, Laurent GBAGBO «la grenouille de Mama » a toujours rêvé d'affronter et d'écraser Félix HOUPHOUET-BOIGNY « le Bélier et le Bœuf de Yamoussoukro », pour lui ravir et prendre sa place de Président de la République.
Dans ce livre-ci et comme dans la fable de LA FONTAINE, je me réjouis pour la brillante victoire du Bœuf sur la Grenouille!
Oui, humblement et modestement, dans ce livre-ci, j'affirme, haut et fort que, Laurent GBAGBO s'est d'abord sacrifié, lui-même, en affrontant, trop de « Grands Personnages et Défis ...»
Enfin, oui et mille fois oui: Laurent GBAGBO s'est, bel et bien, sacrifié et il est ensuite devenu une victime expiatoire de la françafrique. Le décor étant ainsi planté, bonne lecture à vous.
L’Auteur, Djohn TANOH-NIAMKE

Liste des Livres de Djohn TANOH-NIAMKE
En vente, en ligne sur internet ou en librairies en France :
1. COTE D’IVOIRE, Laurent GBAGBO, Héro sacrifié et victime expiatoire de la Françafrique et de l’Houphouétisme (Livre en vente en juillet 2015)
2. COTE D’IVOIRE, La dernière guerre des imbéciles Héritiers de Félix HOUPHOUET-BOIGNY :
ESSY AMARA et Charles KONAN-BANNY contre Alassane OUATTARA et Henri KONAN-BEDIE
(Livre en vente AOUT 2015)
3. COTE D’IVOIRE : Bulletin de notes d’une dictature avortée…
(Livre en vente en juin 2015)
4. COTE D’IVOIRE, Cahier d’un retour à la case-départ… (Livre en vente en juin 2015)
5. COTE D’IVOIRE : La Guerre des Imbéciles
(Livre en vente depuis novembre 2008)
Présentation de l’Auteur
Djohn TANOH-NIAMKE, Conseiller Technique et Diplomatique de Cabinet Ministériel, Spécialiste de la Coopération et de la Francophonie, Diplomate ivoirien de carrière, ayant déjà servi et travaillé à l’étranger, dans les Ambassades ivoiriennes au Brésil, en Israël, en Corée du Sud, en France, et en Afrique dans les Pays membres du Conseil de l’Entente (BENIN, Burkina Faso, COTE D’IVOIRE, Niger et Togo), Djohn TANOH-NIAMKE n’est plus à présenter aux internautes et aux lecteurs de la COTE D’IVOIRE et de l’Espace de la Francophonie….
En plus d’être un talentueux écrivain, l’Auteur est également un doué Chroniqueur diplomatique et politique, et un Blogueur activiste contre les coups d’état, les rébellions, les nationalismes et patriotismes identitaires, les fondamentalismes idéologiques et religieux…
Toutes ses œuvres sont des Essais Politiques Engagés en vue de faire prendre conscience aux ivoiriens et aux africains, que le Monde évolue rapidement, et dans tous les domaines, sauf la COTE D’IVOIRE et l’Afrique qui trainent, encore lentement, les pieds….