topblog Ivoire blogs

07/04/2017

Analyse et Commentaires de l'Actualité ivoirienne

Analyse et commentaires de l’actualité ivoirienne
(Une contribution de Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain.)
Thèmes et Objets :
1. COTE D’IVOIRE : Un cantique de résurrection pour une diplomatie à la conquête d’un siège de membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.
2. COTE D’IVOIRE : Un chant pascal pour une trêve sociale, pour une cohésion nationale et pour une réconciliation nationale.
3. COTE D’IVOIRE : Une litanie des Saints et des Apôtres de l’émergence et de la naissance d’une vraie puissance économique africaine.

-Chers compatriotes : Ivoiriennes mes sœurs et ivoiriens mes frères ;
-Chers amis, lecteurs et lectrices de mes livres, de mes sites et blogs, de mes chroniques diplomatiques et politiques ;
-Chers internautes ivoiriens, africains et d’ailleurs :
Avant tout propos, permettez-moi, en guise d’introduction à cette présente publication de presse, qui est ma première contribution intellectuelle, diplomatique et politique de l’année 2017, permettez-moi dis-je, de rendre gloire et honneur à L’Eternel, DIEU Notre Père Céleste, pour sa puissante protection divine sur notre Pays, la République de COTE D’IVOIRE.
Je saisis également cette solennelle occasion, humblement et à titre personnel, pour remercier Notre Seigneur et Notre Sauveur Jésus-Christ, qui m’a ressuscité de la maladie et de la mort, comme Lazare Son Ami, dans la Sainte Bible.
(Evangile de Saint Jean, Chapitre 11).
Egalement : Comment ne pas témoigner et rendre gloire aux miracles de Dieu dans ma longue et modeste carrière diplomatique, mille fois assassinée et mille fois ressuscitée par la puissance du Saint-Esprit ?
Merci Seigneur pour ta Miséricorde Divine et mille fois merci d’avoir fait de moi ton ami, comme Lazare, le frère de Marie et de Marthe…
En effet, ni Satan et ni ses nombreux démons ne pourront jamais avoir la victoire sur les Nations, les Pays, les hommes et les femmes : Les vrais croyants, les vrais fidèles et les vrais amis de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, l’Unique Agneau de Dieu, dont le Précieux et le Puissant Sang, nous a déjà purifiés, justifiés et sanctifiés…
• Après ce premier trimestre tumultueux de l’année 2017, dans notre pays, en République de COTE D’IVOIRE : Pourquoi les vrais croyants ivoiriens ne continueraient-ils pas encore, de prier et de demander des messes de remerciements, des cultes d’adoration et d’actions de grâce, pendant cette période pascale, temps favorable de pardon, de pénitence et de repentance ?
• Non et mille fois non : Plus jamais de coups de fusils et de canons, civils ou militaires, aux crépitements intempestifs, nocifs et imbéciles, pour revendiquer des avantages pécuniaires, matériels ou sociaux…Comme dans « des films western » et dans une banale République bananière, Bana-Bana et Wouya-wouya… Trop c’est trop !
• Non et mille fois non : Plus jamais d’appels d’incivisme, d’insurrection, d’indiscipline, de chienlit, et de désordre ne devraient être tolérés, dans notre beau et grand pays , qui doit définitivement cesser d’être « Un éléphant d’Afrique aux pattes d’argile, un tigre en papier ou un lion en pièces détachées… » Trop, c’est trop !
• Ce qui s’est passé, récemment dans notre pays en ce premier trimestre de l’année 2017 est grave, honteux, humiliant et insultant ; mais cela est déjà du passé et devrait être oublié et pardonné, en ce temps pascal, temps favorable d’amour, de pardon, de pénitence et de repentance…
• Mais attention et mille fois attention :
Le Pouvoir Suprême ivoirien dirigé par les houphouétistes et conduit par Son Excellence Monsieur Le Président Alassane OUTTARA, devrait redoubler de vigilance, de rigueur, de fermeté et d’efforts pour que notre beau et grand pays, la République de COTE D’IVOIRE cesse de ressembler à « une éternelle jungle et à une terre de prospérité prise en perpétuels otages par des prédateurs voraces et sanguinaires, de tous les bords et de tous les acabits… » Trop, c’est trop !
• Le vaillant peuple ivoirien est déjà trop fatigué et déjà trop traumatisé : Il mérite la paix, la protection, le respect et la considération de la part des éternels mutins, des sempiternels syndicalistes et des fossoyeurs politiciens de métiers, calculateurs et manipulateurs, déjà en campagne présidentielle pour l’année 2020 !
• Oui et mille fois oui : Ma présente contribution est une occasion courageuse et audacieuse de vérités crues ;
Une sorte de séance publique d’exorcisme apostolique pour chasser, loin de nous, les démons des instabilités chroniques, les démons des guerres de successions et les démons des divisions en République de COTE D’IVOIRE…
• Oui et mille fois oui : Cette chronique-ci est une sorte de prière de délivrance et de guérison de la COTE D’IVOIRE.
• Oui et mille fois oui : Seigneur Jésus-Christ, Toi qui a vaincu Satan et ses démons, par Ton Précieux et Puissant Sang, chasse loin des ivoiriens et de notre pays la COTE D’IVOIRE, les malédictions, l’obsession et l’oppression démoniaques, les envoutements et les possessions sataniques. Amen ! Amen ! et Amen !
-Chers lecteurs et chères lectrices :
Par la prière ci-dessus, après avoir lavé et purifié la COTE D’IVOIRE, le cœur de chaque ivoirien et de chaque ivoirienne, à présent, nous pouvons traiter les thèmes et les objets de notre chronique diplomatique et politique du premier trimestre de l’année 2017 :
• Premier point : COTE D’IVOIRE, un cantique de résurrection pour une diplomatie à la conquête d’un siège de Membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.
-Ivoiriens et ivoiriennes,
-Sous le haut patronage du Chef de l’Etat et Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA ;
-Sous la haute autorité de Son Excellence Monsieur Marcel AMON-TANOH, Ministre des Affaires Etrangères de notre Pays, en si peu de temps, des miracles diplomatiques sont en train de se produire pour le repositionnement et le rayonnement de l’image de marque de la République de COTE D’IVOIRE, à la quête et à la conquête d’un siège de membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.
-Chers frères ivoiriens, chères sœurs ivoiriennes : Chantons, ensemble dans l’union, dans la discipline et dans le travail, un cantique de résurrection pour notre Diplomatie qui est en pleins chantiers de rénovations et à la quête et à la conquête d’un Siège de Membre non Permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.
Il est à noter et à souligner, par les ivoiriens, par les diplomates, par les journalistes et par les pays amis de la République de COTE D’IVOIRE, qu’en si peu de temps, le nouveau Ministre des Affaires Etrangères, Son Excellence Monsieur Marcel AMON-TANOH, dans l’humilité, dans la discrétion et dans la noblesse, est en train d’écrire et d’imprimer, sous nos yeux ébahis d’admiration, d’importantes et historiques pages glorieuses, de « La Diplomatie nouvelle ivoirienne », avec de nouvelles visions et des objectifs précis, dont la priorité majeure, parmi toutes les autres priorités diplomatiques, est et demeure l’acquisition prochaine, par la République de COTE D’IVOIRE, d’un poste de membre non permanent au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU.
Efficacité, pragmatisme, dynamisme, paix et solidarité: Tels sont quelques traits de caractères de « La Diplomatie Nouvelle ivoirienne », en vue du rayonnement et du repositionnement de l’image de marque de la République de COTE D’IVOIRE, en Afrique et dans le Monde.
-Chers Lecteurs et chers amis internautes : A présent, permettez-moi de jeter un regard analytique et critique sur le sujet suivant de notre propos :
• Deuxième point : COTE D’IVOIRE, Un chant pascal pour une trêve sociale, pour une cohésion nationale et pour une réconciliation nationale :
En République de COTE D’IVOIRE, ce premier trimestre de l’année 2017 a été marqué et perturbé par de nombreuses grèves et de nombreuses revendications salariales…
Il est à noter et à souligner que le Nouveau Premier Ministre ivoirien, Chef du Gouvernement, Son Excellence Monsieur Amadou GON COULIBALY, dès sa nomination, n’a pas bénéficié de délai de grâce ni de temps d’installation à la Primature : Deux grands défis et deux douloureux tests l’ont accueilli dès sa prise de fonction à savoir : Les mutineries militaires et les grèves des syndicats d’enseignants…
Bravo et félicitations à Monsieur Le Premier Ministre ivoirien et aux Membres de Son Gouvernement, qui ont su, sincèrement et véritablement, dialoguer et négocier, avec les mutins et avec les syndicalistes, une période de trêve sociale, sans aucune grève ni de désordre, en vue de permettre de travailler pour créer des richesses économiques ivoiriennes, dans la paix et dans la sérénité…
-Chers frères ivoiriens, chères sœurs ivoiriennes : En union, dans la discipline et dans le travail, chantons ensemble, un cantique pascal pour obtenir une trêve sociale de longue durée, car le vaillant peuple ivoirien est, ici sur ce sujet, fatigué et traumatisé par ces nombreuses grèves des syndicats d’enseignants et des autres corporations…
Sans tromperie et ni fourberie, sans faux-fuyants ni intimidations : Nous encourageons le Gouvernement et toutes les Centrales syndicales, à négocier et à signer, « une longue trêve sociale » pour permettre à notre pays de redorer son image de marque ternie par les mutineries militaires, les désordres populaires et les mouvements sociaux ; et surtout en vue de permettre la réalisation des grands chantiers économiques de l’émergence ivoirienne…
Je suggère la rédaction et la signature d’une Charte Nationale, par tout le Corps social ivoirien, et portant sur les grands sujets suivants :
-Une charte nationale pour la trêve sociale (période de 2017 à 2020 inclus) avec toutes les Centrales syndicales, avec des conditions et des compensations à négocier d’un commun accord…
- Une charte nationale pour la cohésion et pour la réconciliation nationales, avec tous les partis politiques, avec tous les syndicats et avec toutes les Organisations de la Société civile.
Selon ma modeste analyse, il faudrait créer toutes les conditions participatives, justes et transparentes pour le règne d’un vrai climat de paix absolue et définitive : C’est à ces prix forts et uniquement, à ces prix-là, qu’on pourra ensuite avoir la véritable et durable paix, pour créer des richesses et pour réaliser les grands travaux économiques de l’émergence.
Et justement, entonnons et chantons, ensemble et ci-dessous, une litanie des Saints et des Apôtres de l’émergence ivoirienne :
• Troisième point : COTE D’IVOIRE, Une litanie des Saints et des Apôtres de l’émergence et de la naissance d’une vraie puissance économique africaine
En ce premier trimestre de l’année 2017, terni et assombri par les revendications salariales des mutins et des syndicalistes, les seules lueurs et les seules lumières d’espoir et d’espérance, ont été marquées par l’organisation à ABIDJAN, en République de COTE D’IVOIRE, de plusieurs réunions économiques internationales, de hauts niveaux, dont la plus grandiose, a été « Le Forum Economique pour l’émergence » .
En renouant avec les grandes Assemblées internationales organisées à Abidjan : Notre Pays est en train de redorer son image de marque et son ambition de devenir une vraie puissance économique régionale et africaine :
En effet, la République de COTE D’IVOIRE est bel et bien, la première puissance économique et la locomotive de l’UEMOA.
Notre Pays est aussi, la deuxième puissance économique de la CEDEAO, cet espace économique africain regroupant « Un Marché » de plus de trois cent millions d’habitants, dans un espace géographique de quinze pays africains.
En un mot comme en mille mots, tous les ivoiriens et tous les habitants de la République de COTE D’IVOIRE, doivent, impérativement et nécessairement, savoir, comprendre et noter que :
Notre Pays n’est pas « Une République bananière, tropicalisée, bana-bana et wouya-wouya ! »
Un véritable «Contrat de Consensus National » devrait lier tous les ivoiriens aux sujets des valeurs institutionnelles, économiques, stratégiques et diplomatiques de la République de COTE D’IVOIRE.
En Conclusion : Pour la République de COTE D’IVOIRE :
• Chers frères ivoiriens, Chères sœurs ivoiriennes : Chantons, ensemble, un cantique de résurrection ;
Chantons, ensemble, un chant pascal ;
Chantons, ensemble, une litanie des Saints et des Apôtres.
Que DIEU bénisse, éternellement, la République de COTE D’IVOIRE, pour que soient éloignés et chassés, loin de nous et de notre Pays, Satan et ses démons…
Ces faux citoyens ivoiriens, bana-bana et wouya-wouya, qui troublent notre paix et notre émergence.
Amen ! Amen ! Et Amen !
Je vous souhaite une bonne fin de carême chrétien, temps favorable d’amour, de pardon, de pénitence et de repentance.
• Bonne fête de « Paquinou » à toutes et à tous.
Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain,
Chroniqueur diplomatique et politique.
Précédemment Conseiller Technique de Cabinet Ministériel.
Mail : djohntanoh@gmail.com
http://www.edition999.info/_Djohn-TANOH-NIAMKE_.html
Auteur de plusieurs livres et essais, parmi lesquels :
1. COTE D’IVOIRE : La guerre des imbéciles ?
2. COTE D’IVOIRE : Cahier d’un Retour à la Case-Départ
3. COTE D’IVOIRE : Bulletin de Notes d’une Dictature avortée
4. Laurent GBAGBO : Héros sacrifié ?
5. Pour l’Afrique, Voici l’émergence que Nous voulons.















12:14 Publié dans Blog, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

10/05/2016

L'Afrique Noire a -t-elle déjà refusé l'émergence économique?

« Le Cabri mort n’a plus peur de couteau »
Chronique hebdomadaire numéro 8 du 10 Mai 2016
Titre : L’Afrique noire a-t-elle déjà refusé l’émergence économique ?
-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
Il y a de cela, plus d’un demi-siècle que Monsieur René Dumont, célèbre ingénieur agronome français et talentueux écrivain, a publié son illustre œuvre et livre qui s’intitule « L’Afrique noire est mal partie… »
En effet pour l’Auteur sus visé, en Afrique et depuis l’aube des années d’indépendances, les priorités parmi toutes les priorités africaines, devraient être consacrées à l’autosuffisance alimentaire, à la modernisation de l’agriculture et aux réformes agraires…
Peine perdue et pauvre Afrique, René Dumont a été un prophète du désert et son message a été négligé, mais la grande histoire africaine et actuelle lui pleinement raison…
• Comment peut-on parler d’émergence économique dans des pays africains, sans paix, ni autosuffisance alimentaire, ni mécanisation et modernisation de l’agriculture, ni réformes agraires et foncières ?
• Dans notre Afrique en voie d’émergence ou tous les besoins sont prioritaires, comment diagnostiquer, établir et réaliser les priorités parmi toutes les priorités ?
• En Afrique noire, ou sont les ministères chargés de la consommation, de l’autosuffisance alimentaire, de la lutte contre la faim et de la cherté de la vie ?
• Comment peut-on parler d’émergence économique à des populations africaines victimes de la faim et de la mal nutrition, des otages des hausses intempestives et effrénées des prix des loyers, de l’électricité, de l’eau, des soins de santé, de l’éducation et de tous les autres besoins primaires et élémentaires ?
• Oui et mille fois oui : En Afrique, tous nos besoins sont prioritaires, mais il faut savoir définir et réaliser, rapidement et urgemment, les plus urgentes des priorités parmi toutes les priorités….
• A titre d’exemples précis : C’est humiliant, honteux et insultant pour l’Afrique et pour tous les Africains, d’écouter les discours de certains de nos illustres Chefs d’Etats Africains qui justifient la faim, les hausses des prix des denrées alimentaires et la cherté de la vie, par des raisons climatiques, par la sécheresse et par la pluviométrie…
• Dans des sols désertiques et actuellement, l’Etat d’Israël et d’autres pays aux terres arides, ne produisent-ils pas suffisamment de nourritures pour toutes leurs populations ?
• Comment l’Etat d’Israël fait-il pour produire en toutes les saisons des tomates, du piment, de la pomme de terre et toutes les productions agricoles, en qualité et en quantité.
• En établissant pas et en ne réalisant pas les urgences prioritaires parmi toutes les priorités : Les Pays africains ne sont-ils pas en train d’échouer, de bâcler et de refuser l’émergence économique ?
• Face aux enjeux de l’émergence économique, les pays d’Afrique noire ne sont-ils pas comme des tigres en papier ou des éléphants aux pattes d’argile ?
• En Afrique noire, n’y a-t-il pas trop de propagandes politiques et de manipulations mensongères, en lieu et place de véritables visions, de stratégies, de pragmatismes économiques et de réalisations d’actions concrètes en faveur du développement économique ?
• Ou sont passées les Nations africaines, exemples, modèles régionales et locomotives de l’émergence économique africaine ?
• En 2016, la population africaine a déjà dépassé le seuil d’un milliard et deux cent millions d’habitants qui ne sont pas des idiots mais des africains cultivés et branchés : Heureusement que, par « les réseaux sociaux, par les voies d’internet et des NTIC », nous suivons et nous admirons, d’une part les progrès et les efforts qui sont fournis dans plusieurs pays africains, en matières de développement économique ; Mais, Nous suivons également de près et nous dénonçons avec véhémence d’autre part, tous ces régimes économiques et politiques, basés sur des propagandes et des manipulations politiques en vue d’opprimer les populations africaines, de piller et de brader les richesses de l’Afrique.
• En conclusion, l’Afrique est un continent riche et prospère qui doit rapidement se développer, pays par pays, zone par zone, région par région…
• L’Afrique Noire n’a pas le droit de refuser l’émergence économique, les exigences de la démocratie, de la liberté et de la paix qui sont des valeurs cardinales qui s’imposent à nous toutes et à nous tous…
Dhjohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain, Blogueur et
Chroniqueur.
Mail : djohntanoh@gmail.com

http://lecabrimort.blogspot.com/

http://www.edition999.info/_Djohn-TANOH-NIAMKE_.html








L'Afrique Noire a -t-elle déjà refusé l'émergence économique?

« Le Cabri mort n’a plus peur de couteau »
Chronique hebdomadaire numéro 8 du 10 Mai 2016
Titre : L’Afrique noire a-t-elle déjà refusé l’émergence économique ?
-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
Il y a de cela, plus d’un demi-siècle que Monsieur René Dumont, célèbre ingénieur agronome français et talentueux écrivain, a publié son illustre œuvre et livre qui s’intitule « L’Afrique noire est mal partie… »
En effet pour l’Auteur sus visé, en Afrique et depuis l’aube des années d’indépendances, les priorités parmi toutes les priorités africaines, devraient être consacrées à l’autosuffisance alimentaire, à la modernisation de l’agriculture et aux réformes agraires…
Peine perdue et pauvre Afrique, René Dumont a été un prophète du désert et son message a été négligé, mais la grande histoire africaine et actuelle lui pleinement raison…
• Comment peut-on parler d’émergence économique dans des pays africains, sans paix, ni autosuffisance alimentaire, ni mécanisation et modernisation de l’agriculture, ni réformes agraires et foncières ?
• Dans notre Afrique en voie d’émergence ou tous les besoins sont prioritaires, comment diagnostiquer, établir et réaliser les priorités parmi toutes les priorités ?
• En Afrique noire, ou sont les ministères chargés de la consommation, de l’autosuffisance alimentaire, de la lutte contre la faim et de la cherté de la vie ?
• Comment peut-on parler d’émergence économique à des populations africaines victimes de la faim et de la mal nutrition, des otages des hausses intempestives et effrénées des prix des loyers, de l’électricité, de l’eau, des soins de santé, de l’éducation et de tous les autres besoins primaires et élémentaires ?
• Oui et mille fois oui : En Afrique, tous nos besoins sont prioritaires, mais il faut savoir définir et réaliser, rapidement et urgemment, les plus urgentes des priorités parmi toutes les priorités….
• A titre d’exemples précis : C’est humiliant, honteux et insultant pour l’Afrique et pour tous les Africains, d’écouter les discours de certains de nos illustres Chefs d’Etats Africains qui justifient la faim, les hausses des prix des denrées alimentaires et la cherté de la vie, par des raisons climatiques, par la sécheresse et par la pluviométrie…
• Dans des sols désertiques et actuellement, l’Etat d’Israël et d’autres pays aux terres arides, ne produisent-ils pas suffisamment de nourritures pour toutes leurs populations ?
• Comment l’Etat d’Israël fait-il pour produire en toutes les saisons des tomates, du piment, de la pomme de terre et toutes les productions agricoles, en qualité et en quantité.
• En établissant pas et en ne réalisant pas les urgences prioritaires parmi toutes les priorités : Les Pays africains ne sont-ils pas en train d’échouer, de bâcler et de refuser l’émergence économique ?
• Face aux enjeux de l’émergence économique, les pays d’Afrique noire ne sont-ils pas comme des tigres en papier ou des éléphants aux pattes d’argile ?
• En Afrique noire, n’y a-t-il pas trop de propagandes politiques et de manipulations mensongères, en lieu et place de véritables visions, de stratégies, de pragmatismes économiques et de réalisations d’actions concrètes en faveur du développement économique ?
• Ou sont passées les Nations africaines, exemples, modèles régionales et locomotives de l’émergence économique africaine ?
• En 2016, la population africaine a déjà dépassé le seuil d’un milliard et deux cent millions d’habitants qui ne sont pas des idiots mais des africains cultivés et branchés : Heureusement que, par « les réseaux sociaux, par les voies d’internet et des NTIC », nous suivons et nous admirons, d’une part les progrès et les efforts qui sont fournis dans plusieurs pays africains, en matières de développement économique ; Mais, Nous suivons également de près et nous dénonçons avec véhémence d’autre part, tous ces régimes économiques et politiques, basés sur des propagandes et des manipulations politiques en vue d’opprimer les populations africaines, de piller et de brader les richesses de l’Afrique.
• En conclusion, l’Afrique est un continent riche et prospère qui doit rapidement se développer, pays par pays, zone par zone, région par région…
• L’Afrique Noire n’a pas le droit de refuser l’émergence économique, les exigences de la démocratie, de la liberté et de la paix qui sont des valeurs cardinales qui s’imposent à nous toutes et à nous tous…
Dhjohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain, Blogueur et
Chroniqueur.
Mail : djohntanoh@gmail.com

http://lecabrimort.blogspot.com/

http://www.edition999.info/_Djohn-TANOH-NIAMKE_.html