topblog Ivoire blogs

02/01/2011

COTE D'IVOIRE: Les vraies raisons de la défaite de Laurent GBAGBO.

Chronique diplomatique : COTE D’IVOIRE, les vraies raisons de la défaite de Laurent GBAGBO.
En 2010, l’Afrique compte un milliard d’habitants qui ne sont plus, toutes et tous, pour la plus part, des imbéciles, des ignorants ou des idiots :
Cinquante ans après les indépendances, des Chefs d’Etat et Dictateurs paresseux, n’ayant aucun bilan économique, continuent, honteusement et faussement, d’endoctriner et de se réfugier dans « les théories des éternels complots extérieurs et internationaux. »
En République de COTE D’IVOIRE, Monsieur Laurent GBAGBO, le Président de la République sortant et battu à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, est l’exemple et le prototype desdits Chefs d’Etat dictateurs et plaisantins !
C’est dommage pour eux car l’Afrique évolue rapidement, sauf eux-seuls !
En effet, les Africaines et les Africains ont déjà, toutes et tous, compris les jeux hideux des Dirigeants politiques qui, pour justifier leurs carences notoires perdent leurs temps pour développer des théories du colonialisme, de l’anticolonialisme, des rhétoriques activistes et impérialistes, etc...
En un mot comme en mille, l’Afrique a déjà compris que les discours, les idéologies nationalistes et africanistes, ne sont que des endoctrinements, des verbes creux et trompeurs qui n’apportent jamais le développement économique : ni les emplois des jeunes, ni les constructions des infrastructures et ni les vraies connaissances des techniques et technologies des sciences numériques !
Cinquante ans après les indépendances, l’Afrique n’a plu besoin de guerres de libération, ni de patriotisme violent, ni de résistance face aux visées impérialistes des vautours de l’extérieur :
L’Afrique a essentiellement et impérativement besoin de la paix, de la démocratie et de la bonne gouvernance, pour se construire et se développer très rapidement.
Les Discours et les Théories sont uniquement utiles et bonnes pour l’enseignement scolaire et universitaire !
Par contre le Développement Economique est une affaire de visions et de mises en pratiques….
Malheureusement pour l’Afrique en général et pour la COTE D’IVOIRE en particulier, Certains Dictateurs continuent de prendre « les vessies pour des lanternes ! »
Sauf ces Dictateurs Africains, toutes les africaines et tous les africains ont déjà compris que la vie politique d’une nation doit être rythmée par le travail, les emplois, la formation, la santé, le téléphone, l’eau potable, l’électricité, l’internet, la paix, la liberté, la démocratie, la justice et surtout par la construction et le développement économique, etc…
Les Temps des fausses théories et des discours accusant les ex-colonisateurs et l’extérieur, sont périmés et dépassés !
En COTE D’IVOIRE, et justement depuis les dix ans de règne du Président Laurent GBAGBO, son Pouvoir Suprême a perdu ce long temps des ivoiriens, à promouvoir une culture de la médiocrité, du verbe creux, des théories du patriotisme violent et de la xénophobie,
Qui n’ont jamais apporté, rien de concret, sauf la misère et la pauvreté :
Sous le règne de Laurent GBAGBO, dix millions d’ivoiriens sur les vingt millions de populations, sont devenus très pauvres et misérables, pendant que seulement quelques centaines d’ individus de son régime et de son clan, vivent dans l’opulence et la richesse, orgueilleuses et ostentatoires !
Voici, entre autres raisons, le sens de la défaite cuisante que le Peuple souverain de COTE D’IVOIRE a infligé à Laurent GBAGBO et à ses Adeptes insolents de la dictature patriotique, populiste et socialiste !
En conclusion, il y a lieu de retenir qu’en COTE D’IVOIRE, la crise militaro civile ne saurait être un alibi pour justifier, ni le bilan négatif de Laurent GBAGBO, ni ses velléités de confiscation du Pouvoir Suprême perdu :
En dix ans de règne, Laurent GBAGBO n’a jamais été capable de rassurer, d’apporter la Paix, la liberté, la démocratie, la bonne gouvernance et le développement :
Ce long temps de règne a été essentiellement consacré aux pillages des ressources, à la mal gouvernance, à l’instrumentalisation de l’Armée et des militaires, des églises évangéliques, de la jeunesse patriotique et des milices, au développement de la culture de la violence, de la médiocrité, de la tricherie, aux discours et théories des complots internationaux.
Dans la vraie Sagesse, la Dignité et l’Humilité, Laurent GBAGBO et les Siens devraient tirer les leçons de leur défaite électorale, au lieu de vouloir, prétentieusement, s’engager dans des voies sans issues de la guerre, eux-seuls contre tout le Monde Entier…
Laurent GBAGBO qui a déjà trompé, une partie du peuple ivoirien trop longtemps, mais qui ne pourra plus jamais tromper toute la COTE D’IVOIRE et le Monde entier, tout le temps, doit arrêter, ici et maintenant ses œuvres néfastes, sinon….
TANOH NIAMKE, Diplomate, Ecrivain,
Master en Science de Gestion,
Prix du Meilleur Diplomate Africain Internaute,
Chroniqueur Diplomatique,
Fondateur et Administrateur de :
-Diplomatie Sans Frontières,
-Ivoiriens Sans Frontières,
Précédemment :
-Conseiller Technique chargé de la Coopération et de la Francophonie,
-Chargé de Mission au Conseil de l’Entente,
-Chargé de Mission au Ministère des Postes et Télécommunications,
-Diplomate, respectivement, au Brésil, en Israël, en Corée du Sud et en France.
http://www.tanohniamke.net
http://www.tanoh.niamke.over-blog.net
http://leblogdetanohniamke.ivoire-blog.com
http://www.diplomatiesansfrontieres.over-blog.com
http://diplomatiesansfrontieres.blog.tdg.ch
http://diplomatiesansfrontieres.blogs.lalibre.be
http://www.ivoirienssansfrontieres.over-blog.com
http://www.netlog.com/tanohdjohn
http://www.twitter.com/tanohdjohn













31/12/2010

COTE D'IVOIRE: Liste des 78 Personnalités (19+59) interdites de Visas de l'Union Européenne.

COTE D’IVOIRE : Liste des 78 Personnalités (19+59) interdites de Visas de l’Union Européenne.
Première Liste de 19 Personnalités :
1. Laurent Gbagbo
2. Simone Gbagbo: son épouse
3. Nadiana "Nady" Bamba: directrice du journal Le Temps et épouse coutumière de Laurent Gbagbo
4. Kadet Bertin: conseiller pour la sécurité de M. Gbagbo
5. Desiré Tagro: ex-ministre de l`Intérieur, secrétaire général de la présidence
6. Paul Yao N`Dré: président du Conseil constitutionnel
7. Pascal Affi N`Guessan: ex-Premier ministre, président du parti de M. Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI)
8. Denis Maho Glofiéi: chef du Front de libération du Grand ouest (FLGO)
9. Pasteur Gammi: chef du Mouvement ivoirien de libération de l`ouest de la Côte d`Ivoire (Miloci)
10. Oulaï Delafosse: chef de l`Union des patriotes pour la réunification du Grand ouest (UPRAGO).
11. Pierre Brou Amessan: directeur général de la radio-télévision publique RTI
12. Franck Anderson Kouassi: président du Conseil national de la communication audiovisuelle (CNCA)
13.Général de gendarmerie Georges Guiai Bi Poin: chef du Centre de commandement des opérations de sécurité (Cecos, unités spéciales)
14.Général Dogbo Blé: chef de la Garde républicaine
15.Capitaine Anselme Séka Yapo: chef des gardes du corps de Simone Gbagbo
16.Colonel Nathanaël Ahouman Brouha: patron du Groupe de sécurité du président de la République (GSPR)
17. Amiral Vagba Faussignau: vice-chef d`état-major de la Marine
18. Aké N`Gbo: Premier ministre
19. Paul Antoine Bohoun Bouabré: ex-ministre du Plan

Trois autres personnes sont déjà l`objet de sanctions de l`UE (gel de ses avoirs et interdiction de voyager), renouvelées le 29 octobre dernier et découlant de sanctions de l`ONU en 2006:

1. Charles Blé Goudé, dirigeant des Jeunes patriotes (COJEP) et nouveau ministre de la Jeunesse et de l`Emploi
2. Eugène N`goran Kouadio Djué, dirigeant de l`Union des patriotes pour la libération totale de la Côte d`Ivoire (UPLTCI)
3. Martin Kouakou Fofie, caporal-chef, commandant de l`ex-rébellion des Forces nouvelles pour le secteur de Korhogo.

Deuxième Liste des 59 Personnes interdites de Visas de l’Union Européenne :

L’Union Européenne a approuvé vendredi 31 décembre 2010 des sanctions contre 59 proches du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo.
Les 59 personnes qui figurent sur cette liste, dont deux ressortissants
français, sont désormais interdites de visas pour l`UE.
Voici la liste de ces 59 personnes, dont 32 hommes et femmes accusés de
participer au "gouvernement illégitime" de M. Gbagbo, six membres du Conseil
constitutionnel accusés d`avoir "participé à la validation de faux résultats",
le chef d`état-major des Armées, des directeurs de journaux ou encore le
directeur général du port autonome d`Abidjan.

- Yapo Yanon, ministre de la Justice dans le gouvernement de M. Gbagbo
- Alain Dogou, ministre de la Défense
- Emile Guiriéoulou, ministre de l`Intérieur
- Charles Dallo, ministre de l`Economie et des Finances
- Augustin Kouadio Komoé, ministre des Mines et de l`énergie
- Christine Adjobi Nebout, ministre de la Santé
- Benjamin Yapo Atsé, ministre de la Construction
- Malick Coulibaly Issa, ministre de l`Agriculture
- Ahoua Don Mello, ministre de l`Equipement
- Blaise N`Goua Abi, ministre des Transports
- Anne Jacqueline Lohouès Oble, ministre de l`Education nationale
- Angèle Gnonsoa, ministre de l`Enseignement technique
- Lazare Koffi Koffi, ministre de l`Environnement
- Elisabeth Badjo Djékouri, ministre de la Fonction publique
- Charles Blé Goudé, ministre de la Jeunesse, président des Jeunes patriotes
- Philippe Attey, ministre de l`Industrie
- Danièle Boni Claverie, ministre de la Famille
- Ettien Amoikon, ministre des techniques de l`information
- Ouattara Gnonzié, ministre de la Communication
- Alphonse Voho Sahi, ministre de la Culture
- Kata Kéké, ministre de la Recherche scientifique
- Franck Guéi, ministre des Sports
- Touré Amara, ministre du Commerce
- Richard Kouamé Sécré, ministre du Tourisme
- Anne Gnahouret Tatret, ministre de la Solidarité
- Nyamien Messou, ministre du Travail
- Justin Koné Katina, ministre délégué au Budget
- Thomas N`Guesso Yao, ministre délégué chargé de l`Enseignement supérieur
- Odette Lago Daléba Loan, secrétaire d`Etat à la vie scolaire
- Georges Armand Alexis Ouégnin, secrétaire d`Etat chargé de l`Assurance maladie
- Raphaël Dogo Djéréké, secrétaire d`Etat chargé des Handicapés
- Dosso Charles Radel Durando, secrétaire d`Etat chargé des Victimes de guerre

- Timothée Ahoua N`Guetta, membre du Conseil constitutionnel
- Jacques André Daligou Monoko, membre du Conseil constitutionnel
- Bruno Walé Ekpo, membre du Conseil constitutionnel
- Félix Tano Kouakou, membre du Conseil constitutionnel
- Hortense Kouassi Angoran, membre du Conseil constitutionnel
- Joséphine Suzanne Touré, membre du Conseil constitutionnel

- Konaté Navigué, président des jeunes du FPI, accusé d`incitation à la haine et à la violence
- Patrice Bailly, conseiller sécurité de M. Gbagbo
- Marcel Gossio, directeur général du port autonome d`Abidjan
- Alphonse mangly, directeur général des douanes
- Marc Gnatoa, chef de milice, accusé d`exactions
- Moussa Touré Zéguen, responsable de milice, accusé d`exactions
- Geneviève Bro Grébé, présidente des Femmes patriotiques de Côte d`Ivoire, accusée d`incitation à la haine et à la violence
- Marie Odette Lorougnon, secrétaire nationale des femmes du FPI, accusé d`incitation à la haine et à la violence
- Félix Nanihio, secrétaire du Conseil national de la Communication
audiovisuelle, accusé d`être un "complice actif de la désinformation"
- Stéphane Kipré, directeur du journal, Le quotidien d`Abidjan, accusé
d`incitation à la haine et à la violence
- César Etou, directeur du journal Notre Voie, accusé d`incitation à la haine et à la violence
- Jean-Baptiste Akrou, directeur du journal Fraternité Matin, accusé
d`incitation à la haine et à la violence
- Général Philippe Mangou, chef d`état-major des armées, accusé de
"répression des mouvements populaires et de soutien explicite à M. Gbagbo"
- Colonel Affro, adjoint au commandement supérieur de la gendarmerie,
accusé de "répression des mouvements populaires de février, novembre et
décembre 2010"
- Laurent Ottro Zirignon, président de la société ivoirienne de raffinage,
accusé d`avoir contribué "au financement de l`administration illégitime de M.
Gbagbo"
- Abdoulaye Diallo, président de la Société générale d`importation et
d`exportation de Côte d`Ivoire, accusé d`avoir contribué "au financement de
l`administration illégitime de M. Gbagbo"
- Kassoum Fadika, directeur de la compagnie pétrolière Petroci, accusé
d`avoir contribué "au financement de l`administration illégitime de M. Gbagbo"
- Simone Djédjé Mama, directrice générale du Trésor, accusée d`avoir
contribué "au financement de l`administration illégitime de M. Gbagbo"
- Lambert Feh Kessé, directeur général des Impôts, accusé d`avoir contribué
"au financement de l`administration illégitime de M. Gbagbo"
- Frédéric Lafont (ressortissant français), entrepreneur, accusé d`être
"susceptible d`agir en violation de l`embargo"
- Mme Frédéric Lafont, née Louise Esme Kado (ressortissante française),
entrepreneur, accusée d`être "susceptible d`agir en violation de l`embargo".
Source AFP.






30/12/2010

COTE D'IVOIRE: La crédibilité de l'ONU est engagée...

Chronique diplomatique : COTE D’IVOIRE, la crédibilité et la responsabilité de l’ONU et des Grandes Puissances sont engagées au Tribunal de l’Histoire.
Depuis bientôt huit ans, l’ONU, appuyée par les Grandes Puissances et par toute la Communauté Internationale, a un mandat impératif, pour veiller sur le processus du retour de la Paix et de la Démocratie en République de COTE D’IVOIRE.
Pour remplir cette noble mission, une importante et impressionnante délégation de l’ONU (appelée ONUCI) composée de près de dix mille(10.000) personnes séjournent en permanence dans ce Pays, avec à sa tête un Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU qui a rang et prérogatives de Haut Commissaire, selon les termes des accords de Pretoria.
Après de durs labeurs, d’innombrables efforts et de colossaux moyens déployés (plus de cinq milliards de dollars US ou 2.500 milliards de francs CFA), l’ONU, toujours appuyée par les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, a pu superviser, dans la transparence, la justice et la vérité, les élections électorales présidentielles qui se sont déroulées, respectivement le 31 octobre 2010 pour le premier tour,
Et le 28 novembre 2010 pour le second tour.
Voici schématiquement ci-dessous les enjeux auxquels l’ONU, appuyée par les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, devrait rapidement résoudre, faute de quoi la paix et la démocratie seraient assassinées en COTE D’IVOIRE, au profit d’un régime de terreur, de la dictature de la minorité socialiste, militaro civile que Laurent GBAGBO et les Siens tentent d’installer :
En effet, Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, le Président de la République, démocratiquement élu, avec 54,1% des Votants(chiffre communiqué par la CEI et certifié par l’ONU), et les Membres de son Gouvernement, sont empêchés d’exercer les prérogatives du Pouvoir Suprême par le Président sortant et perdant, Monsieur Laurent GBAGBO (qui refuse de quitter le Palais Présidentiel), aidé : dans la violence et dans la force, par ses militants, ses milices et ses mercenaires qui sèment la mort, la violence, la terreur et la haine.
De mon point de vue et selon mon analyse, l’ONU, l’Union Africaine, la CEDEO, les USA, la France, toutes les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, ne devraient pas tomber dans les jeux de Laurent GBAGBO et de son Camp
Qui veulent gagner du temps pour préparer leurs génocides et l’installation de leur Pouvoir Suprême de dictature et de Terreur !
En effet et je rejoins les ardentes préoccupations de Son Excellence Monsieur YOUSSOUF BAMBA, Nouvel Ambassadeur de COTE D’IVOIRE auprès de l’ONU, pour dire qu’il a, effectivement, planification et préparation de génocides par Laurent GBAGBO, Blé Goudé et Consorts: j’affirme et J’insiste pour que l’ONU, appuyée par les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, agisse très vite, pour déloger, manu militari, Laurent GBAGBO et la Centaine de Personnes génocidaires, qui occupent illégalement, les institutions de la République de COTE D’IVOIRE.
En un mot comme en mille, la COTE D’IVOIRE et le Monde entier ont déjà donné mandat à l’ONU pour veiller au retour de la Paix, de la Démocratie et du Développement dans ledit Pays, et l’ONU ne devrait ni trahir, ni reculer et ni se tromper ou tromper:
Face aux Blocages et Difficultés actuels volontairement orchestrés par Laurent GBAGBO et son Camp minoritaire :
L’ONU, l’Union Africaine, la CEDEAO, les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, ne devraient pas reculer, ni hésiter, ni fuir leurs devoirs et responsabilités de chasser du Pouvoir Suprême confisqué, rapidement et militairement, Laurent GBAGBO et sa minorité de prédateurs : il s’agit de les chasser, eux tous ensemble…
Faute de quoi et en leur donnant trop de temps par la Diplomatie à laquelle ils n’accordent aucun crédit, ces génocidaires des temps nouveaux risquent de provoquer d’autres crises aigues et conflits violents aux conséquences très graves pour toute l’Afrique de l’Ouest.
En Conclusion et selon moi, Laurent GBAGBO et ses Adeptes se moquent de la COTE D’IVOIRE, de l’ONU, de l’Union Africaine, de la CEDEAO, de l’Union Européenne, des Grandes Puissances et de la Communauté Internationale : ils sont uniquement intéressés par leurs propres intérêts matériels, leurs propres logiques de dictatures et de génocides.
A titres d’exemples, ils sont déjà prêts à créer leurs propres monnaie et banque centrale, pour déstabiliser toute la zone UEMOA, alors que, depuis toujours, la COTE D’IVOIRE a un devoir de solidarité régionale !
Je pourrai multiplier à l’infini, les exemples qui montrent et démontrent que l’heure est très grave et urgente en COTE D’IVOIRE…
L’ONU, l’Union Africaine, la CEDEAO, l’Union Européenne, les USA, la France, les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, devraient rapidement conjuguer, coordonner leurs efforts en vue de mettre fin et hors d’état de nuire, Laurent GBAGBO et ses illuminés qui ne pensent qu’à eux seuls en brûlant, sacrifiant la COTE D’IVOIRE et la zone UEMOA.
En COTE D’IVOIRE, la crédibilité et la responsabilité de l’ONU, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, de la CEDEO, des USA, de la France et des Grandes Puissances sont engagées au Tribunal de l’Histoire.
La Démocratie et la Paix en COTE D’IVOIRE ne devraient pas être assassinées ni sacrifiées !

TANOH NIAMKE, Diplomate, Ecrivain,
Master en Science de Gestion,
Prix du Meilleur Diplomate Africain Internaute,
Chroniqueur Diplomatique,
Fondateur et Administrateur de :
-Diplomatie Sans Frontières,
-Ivoiriens Sans Frontières,
Précédemment :
-Conseiller Technique chargé de la Coopération et de la Francophonie,
-Chargé de Mission au Conseil de l’Entente,
-Chargé de Mission au Ministère des Postes et Télécommunications,
-Diplomate, respectivement, au Brésil, en Israël, en Corée du Sud et en France.
http://www.tanohniamke.net
http://www.tanoh.niamke.over-blog.net
http://leblogdetanohniamke.ivoire-blog.com
http://www.diplomatiesansfrontieres.over-blog.com
http://diplomatiesansfrontieres.blog.tdg.ch
http://diplomatiesansfrontieres.blogs.lalibre.be
http://www.ivoirienssansfrontieres.over-blog.com
http://www.netlog.com/tanohdjohn
http://www.twitter.com/tanohdjohn