topblog Ivoire blogs

06/02/2011

COTE D'IVOIRE: La guerre des imbéciles, acte 2 et fin, Adieu aux fous du Pouvoir.

Livre

Présentation de :

« COTE D’IVOIRE, la Guerre des imbéciles, Acte 2 et Fin :
Adieu aux Fous du Pouvoir. »
(Recueil de Chroniques)
TANOH NIAMKE



Aujourd’hui, en 2011, l’Afrique compte déjà plus d’un milliard d’habitants. Les études et projections les plus sérieuses nous enseignent qu’en l’an 2050, c'est-à-dire dans seulement trente neuf(39) petites années, les limites de la population africaine, oscilleront entre un milliard huit cents millions(1.800.000.000) et deux milliards (2.000.000.000) d’hommes et de femmes qui seront heureusement, pour la plus part, des personnes très éclairées aux sens propres comme aux figurés :
Quelles merveilles et quelles richesses potentielles, entre autres choses, en termes économiques de production et de consommation !
Selon moi, à cette future et proche date, nous aurons une idée très claire du « top dix des pays africains développés », sur la cinquantaine des états africains.
J’ai la foi et l’intime conviction que mon beau pays, la république de COTE D’IVOIRE, pays actuellement en crise depuis une très longue dizaine d'années, pris en otage par des « Fous du Pouvoir » et étant la risée mondiale, peut valablement figurer dans cette liste des nations-locomotives africaines du « top dix africain de 2050 ».
C’est pour cette noble cause que je me bats, depuis plus de dix ans, contre les imbéciles et les fous du pouvoir :
Tel est, également, l’un des sens, entre autres choses, de mon ardeur, de mon assiduité et de mon engagement zélé, à publier de nombreuses contributions, essais, chroniques, livres et autres œuvres culturelles, en vue de la sensibilisation des ivoiriens, des africains, des leaders et gestionnaires africains pour des prises de conscience, rapides, aux sujets des seuls vrais enjeux de notre époque, de notre avenir et de notre destin communs :
La liberté, la paix, la démocratie, la bonne gouvernance et le développement économique.
En un mot comme en mille, toutes mes publications sont presque, des cris de mon cœur qui saigne, face aux crises intempestives, incongrues, saugrenues et imbéciles qui retardent stérilement, malheureusement et mortellement, la COTE D’IVOIRE et l’Afrique....
Face à la naïveté, à l’insouciance, à l’ignorance, à la dictature, aux milices, aux nationalismes, africanismes, patriotismes extrémistes et exacerbés, aux manipulations, mensonges et slogans politiques stériles, aux rébellions et coups d’état imbéciles, etc., (la liste est encore très longue…),
Moi, j’ai choisi de combattre ces maux avec mes mots :
Avec ma plume et ma voix,
Avec mes paroles et mon écriture très engagée et pimentée !
Là ou, les uns ont pris des fusils et des épées,
Là ou, les autres ont pris des chars et des missiles!
Après mes précédents essais que sont :
• COTE D’IVOIRE, la guerre des imbéciles,
• COTE D’IVOIRE, radioscopie d’une rébellion incongrue…,
• Ce livre-ci : « COTE D’IVOIRE, la guerre des imbéciles, acte 2 et fin, Adieu aux fous du Pouvoir »,
Est également un vrai cri de mon cœur qui saigne et une invitation adressée, d’une manière générale à l’AFRIQUE, aux leaders et gestionnaires, et particulièrement à chaque ivoirienne, à chaque ivoirien, en vue de cesser d’être des instruments stériles et imbéciles, du très grand retard et du sous-développement de la COTE D’IVOIRE et de l’AFRIQUE.
« Le Monde évolue rapidement et change, seuls les imbéciles ne changent pas ! »
Ne dit-on pas que les répétitions sont pédagogiques ?
Enfin, selon moi, tout régime économique et politique africain, liberticide, dictatorial et stérile (comme Celui de ces dix dernières années en COTE D’IVOIRE) qui n’apporte pas de partages de richesses, la prospérité économique et le développement, à tout le peuple dans son ensemble,
Ce régime-là, est un régime des fous du Pouvoir.
Vivement leur fin et leur adieu !
Places à de nouveaux leaders, gestionnaires et compétences, afin que, maintenant et au travail, pour qu’en l’an 2050, la COTE D’IVOIRE soit un Pays émergent, riche, prospère et développé.
La vie, n’est-elle pas, une succession de saisons et de générations ?
Pourquoi s’accrocher au Pouvoir suprême ivoirien ou ailleurs en AFRIQUE, si c’est pour semer les déchets toxiques, les escadrons de la mort, la corruption, la dictature, la misère, la pauvreté, la haine, la xénophobie, les milices et patriotismes extrémistes, sanguinaires, violents et stériles ?
Selon moi, tout Pouvoir Suprême qui produit de tels actes nocifs, honteux, humiliants, égoïstes et imbéciles, doit être chassé, sans ménagement, par le peuple !
Après plus de cinquante(50) ans d’indépendances africaines :
C’est malhonnête, diabolique et suicidaire de continuer d’accuser les Ex-colonisateurs et des Complots extérieurs...
Les nouveaux Colonisateurs, ne sont-ils pas tous ces Africains, fous du Pouvoir, dictateurs et voleurs, qu’il nous faut, nous débarrasser très rapidement pour pouvoir prospérer et nous développer ?
La Vérité s’appelle Dieu : elle rougit seulement les yeux, sans jamais les casser…
L’Auteur. TANOH NIAMKE
http://www.tanohniamke.net
http://diplomatiesansfrontieres.blog.tdg.ch



Curriculum-Vitae
DE MONSIEUR TANOH NIAMKE,
Diplomate, Ecrivain,
Conseiller Technique chargé de la Coopération et de la Francophonie.
CARRIERE PROFESSIONNELLE

Depuis 2008 : Conseiller Technique Chargé de la Coopération et de la Francophonie au Cabinet du Ministre de la Culture et de la Francophonie de la République de Côte d'Ivoire.

2007 : Diplomate à l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Paris

2005-2006 : Diplomate à l’Ambassade de Côte d’Ivoire à SEOUL
(Corée du Sud)

2002-2004 : Chargé d’Etudes respectivement aux Départements
EUROPE, des Affaires Juridiques et Consulaires du
Ministère des Affaires Etrangères à ABIDJAN

1998-2001 : Chargé de Mission du Secrétaire Général du Conseil de
L’Entente (Organisation Internationale regroupant : le
Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Niger et le Togo)

1995-1997 : Chargé d’études au Ministère des Affaires Etrangères à Abidjan

1993-1995 : Diplomate à l’Ambassade de Côte d’Ivoire en Israël

1990-1993 : Chargé de Mission du Ministre des Postes et
Télécommunications

1987-1990 : Diplomate à l’Ambassade de Côte d’Ivoire au Brésil

1985-1987 : Chargé d’études au Ministère des Affaires Etrangères

1983-1985 : Elève fonctionnaire à l’Ecole Nationale d’Administration
(ENA) de Côte d’Ivoire

PROFIL UNIVERSITAIRE ET FORMATION PROFESSIONNELLE

• Master in Science of Management (Sciences de Gestion) for Executives and Special Students.

• Diplôme de l’ENA (École Nationale D'administration) : Option Diplomatie

• Diplôme d'études Universitaires Générales en Droit

• Formation en Droit Civil (spécialité État-Civil Consulaire)

• Diplôme d'études Universitaires Générales en Finances - Comptabilité

• Formation en Finances Publiques (Spécialité Gestion des Paieries et Ambassades)

• Baccalauréat série D


ACTIVITES ASSOCIATIVES, POLITIQUES ET AUTRES :

• 1975 à 1980 : Secrétaire Général du Bureau du Mouvement des Elèves et Etudiants de COTE D’IVOIRE (MEECI) du Lycée Scientifique de YAMOUSSOUKRO.

• De 1981 à 1984 : Délégué Social du Bureau National Exécutif du Mouvement des Elèves et Etudiants de COTE D’IVOIRE (MEECI), Section du Parti Démocratique de COTE D’IVOIRE (PDCI-RDA).
• 1985 : Président de l’Association des Elèves et Etudiants
De l’Indénié (AEEI) Département d’ABENGOUROU.

• 1985 à 1990 : Secrétaire Général de l’Union de la Jeunesse Communale de COCODY (UJCC).
• 1991 à 1992 : Secrétaire Général de la Jeunesse du Parti
Démocratique de COTE D’IVOIRE (JPDCI) de COCODY

• 2007 à 2008 : Président Fondateur du Mouvement Démocratique pour le Rassemblement de la Jeunesse Ivoirienne (MDRJI).
• 2008 : Président Fondateur de « Diplomatie Sans Frontières.»

Liste des Livres de TANOH NIAMKE :


• 1- COTE D’IVOIRE : La Guerre des Imbéciles

• 2-COTE D’IVOIRE : Radioscopie d’une Rébellion
Incongrue et saugrenue

• 3-L’Afrique noire se développera vers l’AN 2100

• 4- Afrique : La Traite des faux Prophètes

• 5- Afrique : Le Bal des Vautours

• 6- COTE D’IVOIRE : La guerre des imbéciles, Acte 2 et Fin (à publier en 2011)
• Email : tanohniamke@hotmail.fr

Sites web: http://www.tanohniamke.net
http://www.tanoh.niamke.over-blog.net
http://leblogdetanohniamke.ivoire-blog.com


Fait à Paris, le 31 janvier 2011




04/02/2011

COTE D'IVOIRE: Lettre Ouverte d'un Patriote à Blé Goudé.

COTE D’IVOIRE : Lettre Ouverte d’un Patriote à Blé Goudé : « Ne conduis pas la jeunesse à l’abattoir pour une bataille perdue d’avance… »
A mon Général Blé Goudé,
Général, cela fait plusieurs années que nous ne nous sommes plus revus et cela n’empêche que je continue de prendre tes nouvelles à travers les médias.
Celles que je reçois actuellement ne sont pas des plus rassurantes et permet-moi Général d’être inquiet.
J’ai appris dans un article de Jeune Afrique que tu fais désormais partie du Cabinet qui se réunit quotidiennement et décide des grandes lignes dans cette crise postélectorale.
Ce cabinet qui décide de l’utilisation ou non de milices et mercenaires libériens qui sèment la désolation parmi nos populations.
Ce cabinet qui détruit à petit feu notre système économique et qui nous ridiculise davantage aux yeux du monde.
En somme, un Cabinet qui coule progressivement notre pays.
Quel parcours mon général ! De défenseur de la République aux premières heures de la crise de 2002, tu te retrouves désormais à la désintégrer. Tu deviens le bourreau de la population que tu ne cessais de prétendre défendre.
Peu importe ce que disent les gens, je garde de toi l’image du chef lucide, bourré d’un talent politique et stratégique hors pair, que j’ai pris plaisir à servir durant mon rapide passage à la FESCI.
Raison pour laquelle, ton soldat que j’étais, n’a nullement hésité à te suivre quand tu es rentré de Manchester en 2002 pour défendre le pays contre la rébellion.
Oui, General, nous nous sommes battus contre cette rébellion car il ne fallait pas encourager la voie des armes dans une Afrique qui n’aura son salut qu’à travers la démocratie.
J’ai souvent eu des doutes sur la nature du combat surtout lorsque tu es resté silencieux pendant la crise des déchets toxiques. Ce scandale qui a fait des victimes parmi nos compatriotes. Et encore surprenant, c’est toi et un groupe de camarades qui êtes allés installer Marcel Gossio au Port lorsqu’il avait été suspendu.
Il me faut certainement affiner ma conception du patriotisme mais je doute que ce soit se ranger du coté des plus forts. Nous étions comme tu le disais, en guerre, et te sachant stratège, je me suis imaginé que cela correspondait encore à un plan. Sacré Général !
Jusqu’alors, je n’aurais laissé personne te médire, ni te faire endosser la responsabilité des escadrons de la mort dans la partie républicaine de notre pays. Là où force devait rester à la loi et non les exécutions extrajudiciaires.
Mais là, tu vois Général ? C’est différent car des élections ont eu lieu et le peuple souverain de Côte d’Ivoire a élu Alassane. Et tout ce qui se fait sans son accord ou contre lui désormais, constitue une rébellion.
Je te sais très intelligent – On n’arrive pas où tu es par hasard – et il m’est difficile de croire que tu n’aies su négocier ce passage de notre histoire.
Tu sais bien que le suffrage du peuple confère à toute personne une onction à laquelle aucune arme ne peut venir à bout.
Quitter Gbagbo et faire allégeance au Président Ouattara, t’aurai grandi et fait rentrer dans l’histoire mais tu as choisi désormais de défendre le faux. De servir des intérêts personnels face à ton peuple qui subit au quotidien les affres de la vie. Et dont l’avenir parait de moins en moins certain.
Te souviens-tu Général en 2000 quand avec Martial, nous avons décidé de soutenir Robert Guéï face à Gbagbo ? Envers et contre tous nos camarades ? Notre avancions que Gbagbo n’était pas encore apte à diriger la Côte d’Ivoire. Vous ne nous l’aviez jamais pardonné mais nous nous sommes retrouvés dans la rue à défendre sa victoire face aux militaires qui voulait la lui spolier. Te souviens-tu nous avoir qualifiés de vrais patriotes ce jour là ?
Malgré que notre crainte se soit révélée fondée, nous sommes encore repartis dans la rue pour le défendre dès 2002.
A moins de me tromper, c’est ça la conception du patriotisme pour moi.
Crois-moi Général, ce n’est point évident pour moi de me retrouver dans un camp autre que le tien aujourd’hui. A qui la faute ?
Je suis sûr qu’on aurait pu éviter cette situation.
Te souviens-tu General quand tu invitais Wattao dans ton village ou lorsque vous écumiez ensemble les bars et maquis de la capitale ? Ou encore quand tu appelais Soro mon frère depuis les APO ?
Eh bien Général ! Les Ivoiriens dans leur majorité ont adhéré à cet esprit et n’avaient jamais été aussi heureux de retrouver leurs frères et sœurs que la politique avait séparé. Nous avons eu cette chance inouïe d’oublier ce récent passé douloureux pour songer à un nouveau vivre ensemble. Cet élan m’a également poussé à repartir vers les autres. Et les personnes qui partagent désormais mon quotidien proviennent de partout. RDR, PDCI, FPI et même mon nouveau meilleur ami a été soldat des FN.
Ces personnes sont loin d’être des monstres. Ce sont tout simplement des personnes comme toi et moi qui aspirent à vivre avec les autres dans la paix et l’amour du prochain. Et qui se battent tout naturellement afin que leurs droits soient respectés. Comme tout être humain !
La Côte d’Ivoire, celle qui gagne était de retour.
Et je sais que tu le sais. L’histoire n’est pas toujours juste mais, ainsi sont faites les choses car tu voyais Laurent Gbagbo gagner ces élections. Seulement le peuple a décidé autrement.
Alassane est peut être le candidat de l’étranger. Peut être Mossi mais le peuple lui a accordé sa confiance. Et un démocrate ne discute pas le choix du peuple. Qu’il se trompe ou pas, cela fait partie du jeu démocratique.
Général, tu peux encore tout arrêter. Ce pays nous a énormément démontré combien était-il prêt à tout pardonner pour aller de l’avant. Si les Ivoiriens ont pu accepter de servir sous Soro et accueillir Wattao malgré leur passé de rebelles, il n’y aucune raison qu’on ne se souvienne pas de toi et d’un certain appel lancé le 02 d’octobre 2002.
Un Général, ça sait quand la bataille est perdue et ça ne conduit pas ses troupes à l’abattoir et tu dois penser à tout ton entourage. Tous ces jeunes que tu conduis aujourd’hui dans une voie sans issue.
Et si sincèrement, tu penses que tu es allé trop loin, acceptes comme un homme de te sacrifier pour la Côte d’Ivoire. Pas contre elle.
Puisse Dieu te guider dans cet ultime choix !
Arsène Sicailly
Alias Ars la Pagaille
Genève/ Suisse
guilsonas@hotmail.com


03/02/2011

COTE D'IVOIRE: Lettre Ouverte du Président Henri KONAN BEDIE

Lettre Ouverte du Président KONAN BEDIE : Très bientôt, le Président OUATTARA sera officiellement installé au Palais Présidentiel de la République de COTE D’IVOIRE.

Militantes, militants, chers compagnons. Depuis le deuxième tour du scrutin présidentiel du 28 Novembre 2010, nous vivons tous l'impasse politique imposée à notre chère côte d'Ivoire. Nous sommes séparés les uns des autres, moi-même logé à l'Hôtel du GOLF. Certains d'entre vous s'interrogent, d'autres s'impatientent, d'autres encore s'inquiètent quant à l'avenir de notre parti le PDCI RDA. Il m'a semblé donc utile de vous adresser cette lettre aux militants afin de vous éclairer sur ma présence à l'Hôtel du Golf et de vous rassurer sur l'avenir de notre parti. Mais avant d'aborder ces deux points, je tiens à vous renouveler, à chacun et à chacune d'entre vous, ma profonde et sincère gratitude pour la grande confiance que vous avez placée en moi et pour le précieux concours que vous m'avez apporté tout au long du chemin parcouru ensemble, au prix d'effort, d'abnégation, parfois de sacrifices et de traumatismes multiformes. Mes chers compagnons ma présence à l'hôtel du Golf répond à une mission que vous m'avez confiée. Le 18 mai 2005 à Paris, j'ai cosigné en votre nom, la plate forme créant le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix(RHDP), dans le souci d'aider notre pays à sortir de la crise et à renouer avec la paix. Ce texte fondateur prévoit que, pour l'élection présidentielle chaque parti du RHDP peut présenter son candidat et qu'au second tour, le RHDP soutiendra le candidat le mieux placé issu de ses rangs. Au premier tour du scrutin, vous vous êtes engagés sans compter, pour me faire élire. Malheureusement le verdict des urnes m'a placé en troisième position.
ENGAGEMENT....
J'ai assumé et vous ai appelés, militantes, militants et sympathisants, à respecter notre engagement et à reporter vos voix sur Monsieur Alassane OUATTARA candidat du RHDP au second tour. Vous m'avez écouté et fait confiance, une fois encore, en reportant massivement vos voix à plus de 80% sur Monsieur Alassane OUATTARA, pour le faire élire comme Président de la République de Côte d'Ivoire avec plus de 54% des suffrages le 28 Novembre 2010. Nous croyions tous que nous étions arrivés à la fin de la crise. Malheureusement par son entêtement et son obsession du pouvoir, Laurent GBAGBO, candidat battu, a créé l'impasse politique actuelle. Le devoir et le respect pour vous, m'imposent l'obligation d'aider le président Alassane OUATTARA que nous avons élu, à avoir la plénitude des pouvoirs que lui confère son élection démocratique. Les actions que nous menons au quotidien, lui et moi, en étant retranchés à l'hôtel du golf ont porté les fruits escomptés. Bientôt le président Alassane OUATTARA sera officiellement installé au palais de la présidence de la république et se mettra pleinement au service du peuple de côte d'Ivoire, en mettant en ouvre le programme commun de gouvernement du RHDP que nous avons signé le 18 Octobre 2010 à Yamoussoukro. Alors, seulement alors, nous aurons accompli notre mission. Le jour de son investiture?, à la maison du PDCI RDA comme candidat du RHDP, souvenez- vous - en, le président Alassane OUATTARA a déclaré se placer sous mon autorité en tant que doyen, pour l'aider à remporter l'élection présidentielle et à assumer les charges de président de la République.
LE SENS DU DEVOIR....
Quand le devoir m'appelle, je réponds toujours présent. Que devient le PDCI RDA dans cette situation?? Sachez que l'avenir du PDCI RDA est très clair et assuré. Les partis politiques sont au service de l'Etat, en ce qu'ils concourent à la formation de la volonté du peuple et à l'expression du suffrage. Il faut d'abord sauver l'Etat de Côte d'Ivoire en crise, avant de réorganiser le PDCI-RDA, avant de l'adapter. La conférence des présidents a instruit le directoire du RHDP à l'effet d'étudier la création d'un seul parti Houphouétiste, afin de rassembler les héritiers politiques de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, de pérenniser sa pensée et son ouvre et féconder son héritage. C'était en janvier 2010 et vous le savez. Une commission RHDP a été immédiatement constituée à cette fin. Au sein même du PDCI RDA, un document de base a déjà été élaboré, qui sera d'abord examiné en interne, comme nous en avons l'habitude, par notre organe de décision le Bureau Politique, avant de faire l'objet d'une adoption par notre organe suprême, le congrès, conformément à nos statuts. Il n'est donc pas question d'états généraux du PDCI RDA maintenant. Je vous demande donc de prendre patience. Rien ne sera fait sans vous. Tout se fera avec vous et par vous en temps opportun. Les quelques sons discordants, parce que empressés, ne doivent entamer en rien la cohésion et l'esprit d'équipe de notre mouvement, en cette période de graves difficultés Nationales. Je comprends vos impatiences. Je mesure vos difficultés quotidiennes. Mon rôle à moi, votre président, sera, le moment venu, d'encadrer et d'orienter les reformes et adaptations nécessaires qu'appellent les défis de notre époque. J'y consacrerai le temps et l'énergie nécessaire pour notre intérêt commun ainsi que pour celui des générations montantes. Ma génération à moi doit laisser à celle qui suit, plus que ce que nous avons reçu de nos aînés et fondateurs du grand parti libérateur. En attendant, notre PDCI RDA est appelé à participer, à tous les niveaux, à la gestion du pays, dans le RHDP, avec le président Alassane OUATTARA. Ce faisant, le PDCI RDA contribuera au redressement du pays et à sa reconstruction. Toutes les intelligences et compétences sont et seront associées à cette grande ouvre Nationale. Je sais pouvoir compter sur votre compréhension aujourd'hui encore et vous en remercie bien vivement. Vive le PDCI RDA, vive la Côte d'Ivoire. Fait à Abidjan le 02 février 2011
Henri Konan BEDIE