topblog Ivoire blogs

18/04/2016

AFRIQUE: Des boulangeries politiques et des démocraties à géométries variables

« Le Cabri mort n’a plus peur de couteau »
Hebdomadaire virtuel africain d’actualités

Chronique numéro 6 du 18 Avril 2016
Titre : Afrique, Des boulangers politiques dans des démocraties à géométries variables.
-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
En 2016 et en Afrique, plusieurs Pays sont toujours et encore, dirigés et gérés comme des épiceries ou des boulangeries.
Pire, dans ces Etats sus visés, les notions de développement économique et de démocratie, sont des matières à géométries variables.
En un mot comme en mille mots : Plusieurs Etats Africains vivent encore dans des instabilités chroniques, dans des régimes de peur et de terreur.
-A qui la faute ?
-Est-ce la faute aux pouvoirs ?
-Est-ce la faute aux opposants ?
-Est la faute aux « autres contre-pouvoirs » que sont les élites, les intellectuels, les syndicats et les organisations de la société civile ?
-Est-ce, encore et toujours, la faute aux puissances étrangères et aux anciens colonisateurs ?
Ce qui est sur, et au contraire des « Grands Pays développés et démocratiques », dans plusieurs Pays Africains, on a l’impression que les improvisations et les instabilités sont les règles dictées et générales ; et que les stratégies et les visions de stabilités sont des exceptions, des rêves ou des mirages…
• Pourquoi des pouvoirs africains et des mandats présidentiels africains sont-ils en permanence dans des zones de turbulence, dans des nuages sombres et sous l’orage ?
• A qui profitent ces régimes africains d’instabilité et de terreur ?
• A quoi servent ces boulangeries politiques et ces démocraties instables et à géométries variables ?
• Pourquoi les africains et les pays africains sont-ils, constamment et éternellement, en campagnes politiques et électorales ?
• Quels moments et quels temps de réflexions, de méditations, de sagesse, d’instruction et d’éducation, les pouvoirs africains et les africains consacrent-ils pour faire des bilans au sujet des fondements cardinaux de la culture de la paix et de la culture de la stabilité, à l’exclusion de tous les calculs politiciens, claniques courtisans et partisans ?
• La Sagesse divine enseigne ce qui suit : « Que ton oui soit oui ; et que ton non soit non ; tout ce que l’on ajoute, vient de la ruse, de la duperie, du mensonge, du malin, du diable et de Satan. »
• Au fait, certains Dirigeants et Politiciens Africains, ne prennent-ils pas les électeurs, les populations et les peuples, pour du bétail, des animaux et des ignorants ?
• Ces politiciens africains et ces boulangers politiques ne sont-ils pas les principaux adeptes et les responsables des instabilités chroniques et des démocraties à géométries variables en Afrique ?
• De tels Leaders politiques adeptes des duperies et des ruses, sont-ils de Dieu ou du Diable ?
• La paix, la stabilité politique et la cohésion sociale, sont des préalables importants à la démocratie africaine et à l’émergence économique africaine.
• Les guerres, les rébellions, les coups d’états et les génocides, ne sont-ils pas provoqués par « des Boulangers politiques africains », sans crédibilité, ni sérieux, ni visions et ni paroles rassurantes et sures ?
• Que valent les « Oui » des Politiciens africains ?
• Que valent également les « Non » des Politiciens africains ?
En Conclusion de cette Chronique, il est à noter et à souligner que dans tous les domaines de la vie, y compris la Politique africaine, les Paroles de nos Leaders et de nos Dirigeants doivent être sures, sacrées et respectées : Faute de quoi, nous retombons dans les mêmes cycles de terreur et d’instabilités chroniques…
En politique, comme en toute autre activité humaine, ce ne sont pas les longs règnes qui fondent les bonnes réputations des « Grands Hommes »…
Toutes les chaines de générations africaines doivent bénéficier et prendre leurs propres destins en mains pour participer et contribuer aux œuvres de constructions de la démocratie et de l’émergence économique.
Les temps anciens ou présents des sempiternels boulangers politiques africains dans des Républiques africaines des démocraties à géométries variables, doivent définitivement prendre fin :
La République de COTE D’IVOIRE et plusieurs autres Pays Africains qui sont considérés comme de bons exemples de démocratie et d’émergence économique ne doivent plus commettre des erreurs d’instabilités chroniques dues « aux boulangeries politiques dignes des démocraties à géométries variables. »
Prière pour la COTE D’IVOIRE : Que Dieu Notre Père, Le Tout-Puissant et Sa Sagesse Divine guident et protègent le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, le Président Henri KONAN-BEDIE, tous les Politiciens ivoiriens et tout le vaillant peuple pour que la République de COTE D’IVOIRE ne redevienne plus jamais « une boulangerie ou une épicerie politique dans une démocratie à géométries variables», avec son cortège d’instabilités, de violence, de guerre, de rébellions, de coups d’Etat, de patriotisme xénophobe et ivoiritaire…Amen.
Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain, Blogueur et Chroniqueur.
-Master Professionnel en Economie et en Sciences de Gestion,
-Fondateur et Administrateur des Sites et Blogs « Le Cabri Mort n’a plus peur de couteaux. »
-Auteur de plusieurs livres et publications, parmi lesquels :
1. COTE D’IVOIRE, la guerre des imbéciles,
2. COTE D’IVOIRE, Cahier d’un Retour à la Case-Départ,
3. COTE D’IVOIRE, Bulletin de Notes d’une Dictature avortée,
4. Laurent GBAGBO, Héros sacrifiés ?
Mail= djohntanoh@gmail.com
http://lecabrimort.blogspot.com/
http://www.edition999.info/_Djohn-TANOH-NIAMKE_.html













AFRIQUE: Des boulangeries politiques et des démocraties à géométries variables

« Le Cabri mort n’a plus peur de couteau »
Hebdomadaire virtuel africain d’actualités

Chronique numéro 6 du 18 Avril 2016
Titre : Afrique, Des boulangers politiques dans des démocraties à géométries variables.
-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
En 2016 et en Afrique, plusieurs Pays sont toujours et encore, dirigés et gérés comme des épiceries ou des boulangeries.
Pire, dans ces Etats sus visés, les notions de développement économique et de démocratie, sont des matières à géométries variables.
En un mot comme en mille mots : Plusieurs Etats Africains vivent encore dans des instabilités chroniques, dans des régimes de peur et de terreur.
-A qui la faute ?
-Est-ce la faute aux pouvoirs ?
-Est-ce la faute aux opposants ?
-Est la faute aux « autres contre-pouvoirs » que sont les élites, les intellectuels, les syndicats et les organisations de la société civile ?
-Est-ce, encore et toujours, la faute aux puissances étrangères et aux anciens colonisateurs ?
Ce qui est sur, et au contraire des « Grands Pays développés et démocratiques », dans plusieurs Pays Africains, on a l’impression que les improvisations et les instabilités sont les règles dictées et générales ; et que les stratégies et les visions de stabilités sont des exceptions, des rêves ou des mirages…
• Pourquoi des pouvoirs africains et des mandats présidentiels africains sont-ils en permanence dans des zones de turbulence, dans des nuages sombres et sous l’orage ?
• A qui profitent ces régimes africains d’instabilité et de terreur ?
• A quoi servent ces boulangeries politiques et ces démocraties instables et à géométries variables ?
• Pourquoi les africains et les pays africains sont-ils, constamment et éternellement, en campagnes politiques et électorales ?
• Quels moments et quels temps de réflexions, de méditations, de sagesse, d’instruction et d’éducation, les pouvoirs africains et les africains consacrent-ils pour faire des bilans au sujet des fondements cardinaux de la culture de la paix et de la culture de la stabilité, à l’exclusion de tous les calculs politiciens, claniques courtisans et partisans ?
• La Sagesse divine enseigne ce qui suit : « Que ton oui soit oui ; et que ton non soit non ; tout ce que l’on ajoute, vient de la ruse, de la duperie, du mensonge, du malin, du diable et de Satan. »
• Au fait, certains Dirigeants et Politiciens Africains, ne prennent-ils pas les électeurs, les populations et les peuples, pour du bétail, des animaux et des ignorants ?
• Ces politiciens africains et ces boulangers politiques ne sont-ils pas les principaux adeptes et les responsables des instabilités chroniques et des démocraties à géométries variables en Afrique ?
• De tels Leaders politiques adeptes des duperies et des ruses, sont-ils de Dieu ou du Diable ?
• La paix, la stabilité politique et la cohésion sociale, sont des préalables importants à la démocratie africaine et à l’émergence économique africaine.
• Les guerres, les rébellions, les coups d’états et les génocides, ne sont-ils pas provoqués par « des Boulangers politiques africains », sans crédibilité, ni sérieux, ni visions et ni paroles rassurantes et sures ?
• Que valent les « Oui » des Politiciens africains ?
• Que valent également les « Non » des Politiciens africains ?
En Conclusion de cette Chronique, il est à noter et à souligner que dans tous les domaines de la vie, y compris la Politique africaine, les Paroles de nos Leaders et de nos Dirigeants doivent être sures, sacrées et respectées : Faute de quoi, nous retombons dans les mêmes cycles de terreur et d’instabilités chroniques…
En politique, comme en toute autre activité humaine, ce ne sont pas les longs règnes qui fondent les bonnes réputations des « Grands Hommes »…
Toutes les chaines de générations africaines doivent bénéficier et prendre leurs propres destins en mains pour participer et contribuer aux œuvres de constructions de la démocratie et de l’émergence économique.
Les temps anciens ou présents des sempiternels boulangers politiques africains dans des Républiques africaines des démocraties à géométries variables, doivent définitivement prendre fin :
La République de COTE D’IVOIRE et plusieurs autres Pays Africains qui sont considérés comme de bons exemples de démocratie et d’émergence économique ne doivent plus commettre des erreurs d’instabilités chroniques dues « aux boulangeries politiques dignes des démocraties à géométries variables. »
Prière pour la COTE D’IVOIRE : Que Dieu Notre Père, Le Tout-Puissant et Sa Sagesse Divine guident et protègent le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, le Président Henri KONAN-BEDIE, tous les Politiciens ivoiriens et tout le vaillant peuple pour que la République de COTE D’IVOIRE ne redevienne plus jamais « une boulangerie ou une épicerie politique dans une démocratie à géométries variables», avec son cortège d’instabilités, de violence, de guerre, de rébellions, de coups d’Etat, de patriotisme xénophobe et ivoiritaire…Amen.
Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain, Blogueur et Chroniqueur.
-Master Professionnel en Economie et en Sciences de Gestion,
-Fondateur et Administrateur des Sites et Blogs « Le Cabri Mort n’a plus peur de couteaux. »
-Auteur de plusieurs livres et publications, parmi lesquels :
1. COTE D’IVOIRE, la guerre des imbéciles,
2. COTE D’IVOIRE, Cahier d’un Retour à la Case-Départ,
3. COTE D’IVOIRE, Bulletin de Notes d’une Dictature avortée,
4. Laurent GBAGBO, Héros sacrifiés ?
Mail= djohntanoh@gmail.com
http://lecabrimort.blogspot.com/
http://www.edition999.info/_Djohn-TANOH-NIAMKE_.html













29/03/2016

La PÂQUE ou PAQUINOU à Yamoussoukro, à Cotonou et au Congo-Brazzaville

Chronique Hebdomadaire du 29 Mars 2016
PAQUINOU de Yamoussoukro, de Cotonou et de Brazzaville.

Chers amis internautes, lectrices et lecteurs du « Cabri mort… », Notre Hebdomadaire Virtuel Africain d’Actualités :
Je vous souhaite un très bon retour, après ces saints jours de prières, de repos et de résurrection pascale.
Chez nous, en République de COTE D’IVOIRE, la fête de la Pâque, en plus d’être une Célébration Nationale Religieuse et Chrétienne : Elle est devenue également, une Fête Nationale Culturelle qui se nomme « PAQUINOU ».
La fête chrétienne de la Pâque, c’est la résurrection de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ qui nous apporte la délivrance, la lumière et la victoire :
La Pâque ou PAQUINOU, en principe, Nous fêtons la victoire de la vie contre la mort ; c’est également la victoire de la lumière sur les ténèbres ; c’est aussi la victoire de la connaissance sur l’ignorance ; PAQUINOU, c’est aussi la victoire de la paix sur le terrorisme ; et enfin PAQUINOU, c’est la victoire de la liberté et de la démocratie sur l’esclavage et la dictature, en République de COTE D’IVOIRE, en Afrique et dans le Monde entier…
La PAQUINOU de Yamoussoukro a été cette année 2016, un bel espace d’expression politique, culturelle, touristique et commerciale : Quelle belle fête colorée, balafrée et bigarrée, au sens propre comme au sens figuré ?
Au fait, ou est passée la vraie tradition de PAQUINOU ?
La vraie tradition de PAQUINOU a disparu pour faire place aux folklores de la modernité et des mondanités…
A présent, quittons la ville de YAMOUSSOUKRO la capitale politique ivoirienne pour nous rendre à COTONOU, la belle capitale économique du BENIN :
En Afrique et dans le monde entier, le Benin est un bel et respecté exemple de « PAQUINOU », de Délivrance, un bon exemple et un modèle de Démocratie parfaite, sans bavure ni coupure des médias et des communications comme dans les « Voyous-craties, manger-craties et démons-craties » africaines…
-Bravo et félicitations au Président YAYI BONI ;
-Bravo et félicitations au vaillant peuple béninois.
En un mot comme en mille, La Pâque ou PAQUINOU a été une sainte et bénie fête au BENIN…
Enfin, le dernier point de notre Chronique, nous quittons la ville de Cotonou pour nous rendre au Congo-Brazzaville, dans les incertitudes des lendemains, de terreur et de règlements de comptes, de l’élection présidentielle « wouya wouya et bana bana ».
Actuellement le monde est devenu un village planétaire : sont définitivement terminés et enterrés les temps des règnes de dictature, de terreur, de violence, de mort, de guerres et de génocides…
Le Pouvoir congolais et Ses Opposants devraient dialoguer, dans la paix et dans le respect mutuel, pour trouver une issue heureuse et honorifique, pour tous les Congolais et pour tous les Africains…
Ne pas comprendre les vertus du Dialogue, l’Arme fatale des Forts et non des Faibles ; et continuer d’agir par les violences, les arrestations et la dictature : C’est faire preuve d’imbécilité, car les exemples de l’Egypte, de la Tunisie et du Burkina Faso, ne sont pas très loin…
-Vous avez dit insurrection populaire ?
Il vaut mieux dialoguer que de « sortir vos armes et vos muscles congolais » qui pourraient déboucher sur le chaos…
Nous sommes véritablement, dans les derniers temps des « Coups d’Etats militaires ou constitutionnels », suivis des « Hold-up électoraux », en Afrique et Ailleurs…
Encore un peu de temps, car le temps est un autre Nom de Dieu.
Très Bonne Semaine, à toutes et à tous ;
A la semaine prochaine.
Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain, Blogueur
Chroniqueur diplomatique et politique
Fondateur et Directeur de Publication du « Cabri Mort, Hebdomadaire Virtuel Africain d’Actualités. »
Mail : fondationfeape@gmail.com
djohntanoh@gmail.com
http://www.edition999.info/_Djohn-TANOH-NIAMKE_.html
http://lecabrimort.blogspot.com