topblog Ivoire blogs

10/12/2010

COTE D'IVOIRE: Laurent GBAGBO, la stratégie du pire et du retour à la case départ.





Côte d`Ivoire: Laurent GBAGBO, La stratégie du pire et du retour à la case départ…



L
e scénario que chacun redoutait s'est produit au soir du 3 décembre. Laurent Gbagbo est parvenu à se faire proclamer vainqueur de la présidentielle. Au risque de replonger son pays dans la crise, voire dans la guerre.
“Un chef, ça se bat, ça résiste, quitte à y laisser la vie ", nous avait confié Laurent Gbagbo lors d'une de ces audiences nocturnes qu'il affectionne, quelques jours avant le second tour de la présidentielle du 28 novembre. Nul doute qu'en matière de pugnacité, Gbagbo soit médaille d'or. Mais lui qui, jusqu'ici, se présentait volontiers comme " un fils des élections", voire " un enfant de la démocratie", aura désormais le plus grand mal à incarner cette image d'Épinal.
Coûte que coûte, il a décidé d'aller au bout d'une démarche qui n'a plus rien à voir avec les urnes. Quitte à replonger la Côte d'Ivoire dans les affres de la crise et de la guerre. Les résultats du premier tour - taux de participation record, déroulement relativement serein, présence de trois candidats dont les scores oscillaient entre 38%et 25% des suffrages exprimés laissaient pourtant augurer la fin d'une interminable descente aux enfers et, peut-être, la naissance d'un modèle de démocratie dans cette Afrique de l'Ouest si tourmentée. L'atmosphère apaisée de l'entre-deux-tours n'aura été qu'un leurre.
Au premier, Laurent Gbagbo n'avait pas grand-chose à perdre. Au second, c'est le pouvoir, son pouvoir, qui était en jeu. La raison n'est plus de mise. Désormais, tous les moyens sont bons pour se maintenir au sommet.
Il lui a quand même fallu invoquer quelques arguments aux allures d'arguties juridiques. La Commission électorale indépendante (CEI) dont le président, Youssouf Bakayoko, a fait face trois jours durant à de multiples menaces et pressions, a déclaré, le 2 décembre, son rival Alassane Ouattara vainqueur avec 54,1 % des voix, contre 45,9 % pour lui-même? L'annonce en a, paraît-il, été faite hors délais. Même si les images de Damana Pickass, le commissaire représentant le Front populaire ivoirien (FPI), déchirant les résultats sur le point d'être annoncés, le 30 novembre au soir, par Bamba Yacouba, le porte- parole de la commission, ont fait le tour de la planète. Et si cette même commission a été empêchée de fonctionner normalement par les manœuvres dilatoires des partisans du chef de l'État. Objectif : donner au Conseil constitutionnel, présidé par un proche parmi les proches du président sortant, l'occasion d'annuler les résultats de la CEI, dont la composition fit pourtant jadis l'objet d'âpres batailles. Et non pas pour recompter les voix dans le Nord, encore moins pour y refaire l'élection, mais, purement et simplement, pour déclarer le candidat du FPI vainqueur, avec 51,45 % des voix !
Les accusations de fraude dans le Nord? Elles sont vraisemblables au moins autant que celles dénoncées, en sens inverse, par le RHDP dans l'Ouest. Mais elles n'ont certainement pas été aussi " massives " que l'a clamé le FPI, et encore moins de nature à expliquer l'écart de huit points entre les deux candidats. Il suffit d'examiner les scores réalisés par " ADO " dans ces régions au premier tour, qui n'avaient par ailleurs pas été contestés par le FPI… La communauté internationale et, en premier lieu, les Nations unies, qui ont dépensé plusieurs centaines de millions d'euros dans cette élection " historique ", ont estimé que l'ensemble du processus électoral ne pouvait être remis en question. Et que les opérations de vote s'étaient déroulée démocratiquement.
Que dire, enfin, de l'instauration d'un couvre-feu, sans véritable raison? De la fermeture des frontières, de la suspension des médias étrangers ou de la présence menaçante de forces de sécurité dans les rues de la capitale économique, en particulier devant la CEI et la Radio Télévision ivoirienne (cette dernière a clairement fait le choix de verser dans la propagande pro-Gbagbo) ? Autant de moyens mis en œuvre dans un unique but : conserver ce pouvoir chèrement conquis en 2000, puis, depuis 2005, préservé au prix de mille contorsions destinées à repousser l'échéance. Désormais à la tête d'un pays au bord du gouffre, Gbagbo reste serein. Cet animal politique hors du commun, véritable Machiavel des lagunes dont il faut bien reconnaître qu'il a su conserver jusqu'au bout un (mauvais) coup d'avance sur ses adversaires, utilise la même stratégie et les mêmes armes que celles qui lui ont permis de résister depuis dix ans, contre vents et marées, à des adversaires, intérieurs comme extérieurs, toujours plus nombreux. Il se soucie comme d'une guigne des pressions et des menaces de la communauté internationale. Tel feu son voisin guinéen Lansana Conté en son temps, il ne prend plus aucun chef d'État au téléphone. Il éloigne ceux de ses proches qui ont tenté de le convaincre de jeter l'éponge et de quitter la scène la tête haute, en acceptant une défaite rendue inéluctable par le report des voix, beaucoup plus important qu'il ne l'avait prévu, des électeurs du PDCI sur Ouattara. Il n'a cure de rester à la tête d'un pays coupé en deux ; d'avoir contre lui la quasi-totalité des communautés dioula et baoulé, voire tous ceux qui, sympathisants sans être de fervents militants, ne supportent plus de le voir prendre toute une nation en otage. Et d'avoir gâché leur rendez-vous avec l'Histoire.
Dans cette détestable partie de poker menteur, Gbagbo a, pour l'instant, les meilleures cartes en mains. Il contrôle l'appareil d'État et peut s'appuyer sur les troupes les mieux équipées du pays. La perspective d'une nouvelle partition, d'un nouvel embrasement Nord-Sud, ne l'inquiète pas: la plupart des ressources (cacao, café, pétrole) se trouvent dans le Centre ou le Sud; et les récoltes sont exportées par le port de San Pedro. Sa Côte d'Ivoire fonctionne ainsi depuis 2002. Pourquoi ne serait-ce pas le cas à l'avenir?
Recroquevillé sur son clan de " faucons " et disposant de moyens importants, le vrai Gbagbo, après ces élections finalement inutiles, est de retour. Les armes à la main, prêt à soutenir du haut de sa citadelle le siège de l'" ennemi extérieur ", comme il aime à le répéter. La Côte d'Ivoire, elle, est revenue à la case départ…
Source : Jeune Afrique du 05 décembre 2010.



















09/12/2010

COTE D'IVOIRE: Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 09 décembre 2010.

COTE D’IVOIRE : Communiqué du Conseil des Ministre du Jeudi 09 décembre 2010.


Mesdames, Messieurs,
Le conseil de gouvernement de ce jour présidé par le Premier Ministre Guillaume Kigbafori Soro a examiné attentivement l’évolution de la situation socio politique depuis les résultats de l’élection présidentielle du 28 Novembre qui a vu la victoire du Président Alassane Ouattara.

Malgré les faits et arguments qui démontrent que le Conseil Constitutionnel n’a pas dit le droit,

Malgré la reconnaissance de la légitimité du Président Alassane Ouattara par les institutions politiques (CEDEAO, Union Africaine, Union Européenne, ONU) et financières,

Malgré leurs nombreux appels à l’ancien Président Laurent Gbagbo à respecter le résultat des urnes et à quitter pacifiquement le pouvoir,

Malgré les nombreuses assurances du président Alassane Ouattara à son frère Laurent Gbagbo sur sa disponibilité à examiner toutes les mesures permettant de créer les meilleures conditions de son départ,

Le Gouvernement constate que l’ancien Président Laurent Gbagbo persiste dans sa volonté de se maintenir coûte que coûte au pouvoir.

Après sa mainmise totale sur les médias d’Etat qu’il utilise pour inciter à la division, à la haine et à la violence,

Après une prestation de serment et la mise en place d’un gouvernement illégitimes, il entreprend maintenant de s’installer de force dans l’Administration en fracassant les portes des bureaux des responsables légitimes.

Nous assistons là, Mesdames, Messieurs, bel et bien, à un véritable coup d’Etat institutionnel.

Le Gouvernement juge cela intolérable et le condamne avec la plus grande fermeté.

Si le gouvernement du Président Alassane Ouattara a fait preuve de patience jusqu’à présent, ce n’est pas par faiblesse, mais par souci de préserver la paix et d’éviter des souffrances encore plus grandes au peuple ivoirien déjà éprouvé par 10 ans de crise.

Eh bien, pour le Gouvernement, la récréation est terminée.

En conséquence :

1- Le Gouvernement demande instamment à tous les fonctionnaires et agents de l’Etat et de ses démembrements intérieurs comme extérieurs, d’arrêter immédiatement toute collaboration avec le gouvernement illégitime de Laurent Gbagbo et d’attendre les instructions du Premier Ministre Guillaume Kigbafori Soro, Chef du Gouvernement.

Toute passation de charge avec ce gouvernement illégitime est nulle et de nul effet.

2- Aux fournisseurs de biens et services de l’Etat et de ses démembrements, le Gouvernement indique que tout engagement, de quelque nature que ce soit, contracté avec ce gouvernement illégitime ne sera pas reconnu.

3- Enfin, aux Forces de Défense et de Sécurité, le Gouvernement demande d’assurer leur mission républicaine auprès du Président Alassane Ouattara, Chef Suprême des Armées. Le Gouvernement rappelle que leur responsabilité est grande dans la résolution pacifique de cette crise postélectorale et sait pouvoir compter sur leur sens du devoir républicain et sur leur attachement à la préservation de l’intérêt supérieur du peuple ivoirien et de la Côte d’Ivoire.
Source : abidjan.net.

23:34 Publié dans Blog, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

08/12/2010

COTE D'IVOIRE: 18 Personnes proches de Laurent GBAGBO sur la Liste de la CIA Américaine.

COTE D’IVOIRE : 18 Personnes proches de Laurent GBAGBO, sur la Liste de la CIA Américaine….

Nous avons reçu cette liste de 18 personnes proches de Gbagbo Laurent qui "viennent d'être enregistrées sur la "Tide List" et la "No fly list" de la CIA. En termes plus simples, pour la CIA américaine, ces personnes sont considérées dangereuses pour la paix en Côte d'Ivoire. Nous vous reproduisons cette liste telle que reçue et qui, précise-t-on bien, peut être consultée sur le site web du département d'Etat et de l'ambassade des USA à Abidjan. On peut ajouter à cette liste les noms de Blé Goudé et de Djué Eugène qui sont sous le coup des sanctions onusiennes depuis des années. Voici ces personnes épinglées par la CIA.

1-BROU Amessan
2-Damanas Pickas Adia
3-Véhi Tokpa
4-Affi N'guessan
5-Kadet Bertin
6-Dogbo Blé
7-Touvoly Zogbo
8-Attebi William
9-Bro Grébé
10-Bernard Dadié
11-Yao N'dré Paul
12-Tagro Desire
13-Ehivet Simone Gbagbo
14-Thierry Legre
15-Serges Kassy
16-Laurence Sautier
17-Lia Bi Doua Youa
18-Talmas Dominique
Toutes ces personnes viennent d'être enregistrées sur la "Tide liste" et la "No fly list" de la CIA
A consulter sur le site du département d'Etat et ambassade des USA à Abidjan.

03:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)