topblog Ivoire blogs

02/07/2016

Livre: Pour l'émergence économique, voici l'Afrique que Nous voulons





Pour l’émergence économique :
Voici l’Afrique que Nous voulons…




DJOHN TANOH-NIAMKE









DEDICACE
-A Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de COTE D’IVOIRE,
-A tous les illustres Chefs d’Etats, et aux éminents Chefs de Gouvernements africains,
-A tous les hauts Dirigeants et Leaders africains, dans tous les domaines respectifs : administratifs, politiques, économiques, culturels, etc.,
-Aux partenaires extérieurs de l’Afrique, et aux vrais amis d’ailleurs,
-A toutes les africaines et à tous les africains :
Je souhaite et je prie ardemment, et avec immense ferveur que, ce petit et insignifiant Livre-ci, qui est le fruit de mon humble réflexion, soit également un puissant catalyseur, une modeste mais précieuse contribution, un dynamique instrument de lobbying et de coaching, en faveur de :
-Grandes visions communautaires africaines,
-Grandes stratégies communautaires africaines,
-Grandes actions communautaires africaines.
-L’émergence économique africaine.
Que chacun et chacune à son niveau, que toutes les africaines et tous les africains, unis et ensemble dans la fraternité : Que les Africaines et Africains, dis-je, comprennent que le temps de l’émergence économique africaine :
C’est possible et c’est maintenant ; et non demain, ni après-demain, ni dans un futur proche ou lointain…
L’Afrique, Notre Mère-Patrie, Continent riche, fier et prospère, qui a déjà dépassé le seuil d’un milliard et deux cents millions d’habitants, est absolument et impérativement, un vaste marché mondial aux enjeux stratégiques, commerciaux, industriels, économiques, financiers, etc.
Oui et mille fois oui : C’est maintenant le temps de gloire et de réalisations des miracles de l’Afrique.
Que Dieu, Le Tout-Puissant, bénisse l’Afrique et tous les Africains, et que les innombrables richesses africaines profitent d’abord, à l’Afrique et aux Africains. Amen.
-L’Auteur,
Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain,
-Master professionnel en économie et en sciences de gestion
Mail= djohntanoh@gmail.com




SOMMAIRE
-Avertissement
-Préface
-Avant-propos
-Introduction

-Chapitre 1 : Afrique, ton temps de domination, de règne et d’émergence économique est arrivé.
-Chapitre 2 : Afrique, des cancers et des virus sur l’autoroute de l’émergence économique.
-Chapitre 3 : Qui nous délivrera du terrorisme, de la dictature, de la misère et de la pauvreté ?
-Chapitre 4 : L’Afrique noire a-t-elle déjà refusé l’émergence économique ?
-Chapitre 5 : Pour que l’Afrique change, il nous faut des africains nouveaux.
-Chapitre 6 : Afrique, parlons franchement : « On nous a assez volés. »
-Chapitre 7 : Afrique, des boulangers politiques dans des démocraties à géométries variables.
-Chapitre 8 : « Paquinou » de Yamoussoukro, de Cotonou et de Brazzaville.
-Chapitre 9 : Afrique : Maudits sont les terroristes et les geôliers de tous les bords et de tous les acabits…
-Chapitre 10 : De l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) à l’Union Africaine (UA) : Rien, et absolument rien, n’a véritablement encore changé en Afrique.
-Chapitre 11 : En Afrique et actuellement : Qui sont les Présidents, les Dirigeants et les Leaders, courageux, audacieux et charismatiques comme Nelson MANDELA, comme Félix HOUPHOUET-BOIGNY et Autres, Pour délivrer et développer l’Afrique notre Continent ?












AVERTISSEMENT
Ce livre est un essai et un recueil de mes récentes chroniques et publications politiques, économiques et culturelles :
C’est une œuvre au ton volontairement osé, pimenté et très engagé en faveur de l’émergence économique africaine, en faveur de l’intégration économique africaine, en faveur de la suppression, urgente et rapide, des frontières, des barrières et des visas, partout en Afrique et pour tous les Africains qui devront pouvoir circuler, librement et dignement, dans tous les pays africains…
En effet, fidèle à la forme simple, narrative et journalistique de mon écriture qui dit la vérité, rien que la vérité qui rougit seulement les yeux, sans jamais les casser, dans ce livre-ci, j’affirme crument, haut et fort que, depuis l’aube des indépendances, depuis la création de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), jusqu’aujourd’hui pendant le règne hésitant, lent et timide de l’Union Africaine (UA), rien et véritablement rien n’a encore changé en Afrique noire, en termes d’intégration continentale africaine et d’émergence économique africaine…
A l’ère actuelle de la mondialisation, de la modernisation, de la modernité, à notre époque actuelle caractérisée et dominée par la rapidité et par la vitesse d’internet :
• En Afrique et actuellement : Pourquoi nos Chefs d’Etats, nos Dirigeants, nos Leaders politiques et économiques, hésitent-ils, retardent-ils et diffèrent-ils, à plus tard et dans un futur plus ou moins lointain, les réalisations continentales de grands chantiers et de grands travaux pour le développement, l’intégration et l’émergence économique de l’Afrique?
• Quand est-ce que l’Afrique et les africains eux-mêmes, produiront-ils, en grande quantité et en grande qualité, tous les produits de consommation en général, la nourriture et les denrées alimentaires, en particulier et en priorité, pour satisfaire et combler les besoins urgents et pressants, d’une population africaine estimée déjà, à plus d’un milliard et deux cents millions d’habitants ?
• Ou sont les Organisations Communautaires Africaines pour la production de riz, de bananes, de manioc, de poissons, de viandes, de fruits et légumes, etc. ?
• Ou sont les Entreprises Communautaires Africaines de production d’ordinateurs, d’automobiles, de trains et d’avions, etc. ?
• Des questions et encore des questions, sans aucune réponse, qui bousculent mon esprit, mon âme et mon intelligence…Très bonnes réflexions et méditations, à vous toutes, et à vous tous, lectrices et lecteurs de cet essai.
L’Auteur, Djohn TANOH-NIAMKE.
PREFACE

Après mes précédents livres et mes essais ci-dessous énumérés, qui sont « les cris de mon cœur qui saigne »:
1. COTE D’IVOIRE, La guerre des imbéciles,
2. COTE D’IVOIRE, Bulletin de Notes d’une dictature avortée,
3. COTE D’IVOIRE, Cahier d’un Retour à la Case-Départ,
4. Laurent GBAGBO, Héros sacrifié ?
5. Ce Livre-ci intitulé :
« Pour l’émergence économique, voici l’Afrique que nous voulons… »
Est également un essai, et un recueil de mes récentes chroniques et contributions publiées au sujet du développement et de l’émergence économique africaine.
-D’une part : Il est à souligner et à noter, par toutes les africaines et par tous les africains, que l’Afrique notre mère-patrie, Continent riche et prospère, a déjà dépassé le seuil d’un milliard et deux cents millions d’habitants…
-D’autre part : Il est également, urgent et important, de noter et de souligner que, la Chine et l’Inde, sont devenues des pays émergents, dès lors que ces deux pays-là, ont véritablement pris conscience que leurs populations avaient déjà dépassé le seuil et les limites d’un milliard d’habitants pour chaque pays sus visé…
En un mot comme en mille mots : L’Afrique et les Africains qui ont déjà dépassé le chiffre d’un milliard et deux cents millions d’habitants, doivent savoir et prendre conscience, impérativement et urgemment, que c’est maintenant, le temps de domination de l’Afrique, C’est maintenant le temps de règne et c’est maintenant le temps d’émergence économique de l’Afrique.
Tout le reste n’est que, discours creux et vaseux, propagande politique, vaine et stérile, contre les intérêts de l’Afrique et des Africains…
L’Auteur, Djohn TANOH-NIAMKE









AVANT-PROPOS
Pour l’émergence économique africaine, des changements nouveaux de culture, de comportements et de mentalités, s’imposent, rapidement et urgemment, à l’Afrique, à tous les africains et à toutes les africaines.
Publié expressément et volontairement à la veille du Sommet de l’Union Africaine, au niveau des Chefs d’Etats et de Gouvernements africains, Sommet prévu à Kigali au Rwanda, du 10 au 18 Juillet 2016 :
Cet essai intitulé, « Pour l’émergence économique, voici l’Afrique que Nous voulons », a pour buts, entre autres nombreuses préoccupations, de faire essentiellement du lobbying économique, politique, social et culturel, etc., auprès des Experts, auprès des Ambassadeurs, auprès des Ministres, auprès des Chefs de Gouvernements et auprès des Chefs d’Etats Africains, en vue d’un réveil africain, et d’une rapide prise de conscience collective, car les temps de miracles économiques africains sont effectivement arrivés.
Cette œuvre-ci est un recueil constitué de : « Onze tableaux et onze chapitres de chroniques variées » qui sont des lancements d’appels, des messages de sursauts, de prise de conscience africaine, en faveur des vrais enjeux continentaux de l’Afrique, qui sont les grandes visions, les grandes stratégies et les grandes actions concrètes, pour la vraie indépendance africaine, pour le développement économique et l’émergence africaine…comme en Chine et en Inde…Comme en Europe et en Amérique…
Pour toute l’Afrique, pour chaque Etat Africain, pour chaque Institution Africaine, pour chaque Africaine et pour chaque Africain : Il nous faut, ici et maintenant, urgemment et impérativement, « avoir nos deux pieds très bien posés et ancrés dans nos civilisations et nos cultures africaines » ;
Mais en même temps, concomitamment et simultanément, il nous faut également, «avoir chacune de nos têtes respectives, très bien remplies de connaissances numériques, économiques et technologiques », et nos têtes dis-je, doivent être posées et demeurées dans la mondialisation, dans le modernisme, dans la modernité, et dans les enjeux de l’émergence économique de ce nouveau Monde qui est devenu « un village planétaire. »
Tout ce qui change notre vie et notre environnement :
C’est l’ensemble des actes et des actions, petits ou grands, que nous posons…
Vivement que l’Afrique et les Africains agissent, posent des actes et des actions, en lieux et places des discours et des propagandes politiques et stériles qui n’apportent jamais aucun changement, ni aucun développement économique, et ni l’émergence africaine.
Oui et mille fois oui : L’émergence économique africaine n’est pas une option facultative, qu’on peut retarder indéfiniment ; Mais elle est, bien une nécessité impérative et absolue, à réaliser maintenant, et qui s’impose à nous toutes et à nous tous… L’Auteur, Djohn TANOH-NIAMKE



INTRODUCTION
Pour atteindre rapidement le seuil de l’émergence économique : L’Afrique doit cesser, rapidement et impérativement, de brader, de sacrifier et de « vendre aux enchères », toutes ses immenses richesses diversifiées…
-Et si on se disait les quatre vérités en Afrique ou Ailleurs ?
-Et si nous parlons franchement du passé et du présent de l’Afrique, par rapport aux autres continents ?
-Le constat est amer, net et clair : L’Afrique a déjà été l’objet de beaucoup de sacrifices. Elle a déjà assez donné aux autres continents. L’Afrique a été déjà, et pendant des siècles, assez volée, violée, souillée, injuriée, salie, répudiée et rejetée…
-Oui et mille fois oui, et je me permets de citer la phrase suivante du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY : « On nous a assez volés… » qui a été le titre d’une Chronique ivoirienne et africaine publiée par ledit Président.
-Les nouvelles générations de Dirigeants et de Leaders africains doivent être courageuses, audacieuses et charismatiques, pour suivre et marcher dans les immenses sillons et dans les grandes visions de nos « Vaillants Héros et Pères des Indépendances africaines… »
-L’Afrique et les Africains doivent cesser d’être la risée du monde, avec les quelques piètres performances négatives ci-dessous, parmi tant d’autres :
L’Afrique a un taux de pauvreté et de misère qui oscille autour de cinquante pour cent ; c’est-à-dire en termes clairs qu’un africain sur deux, vit encore dans la misère et dans la pauvreté.
-Pour une population estimée à un milliard et deux cents millions d’habitants, l’Afrique a également, un taux de chômage qui avoisine également, cinquante pour cent, c’est-à-dire qu’un africain sur deux, est chômeur, sans emploi et sans aucune ressource régulière.
-Enfin, l’Afrique notre mère-patrie, Continent riche et prospère, elle ne pèse et elle ne représente que, moins de cinq pour cent (5%) des recettes commerciales mondiales !
Chers Amis Lecteurs Africains : Vous conviendrez avec moi que tout doit rapidement changer en Afrique, qui doit rapidement passer, d’un continent de la honte, de la misère et de la pauvreté, à un Continent développé, émergent et fier.
Selon moi et d’une manière générale : Les responsabilités de toutes les nouvelles générations d’Africains et d’africaines, sont engagées au « Tribunal de l’Histoire Africaine et Mondiale. »
Particulièrement, celles de nos Dirigeants et de nos Leaders politiques, celles de l’Union Africaine, celles des Organisations Régionales Africaines, et celles des Institutions Nationales Africaines.
Bonne Lecture à toutes et à tous. L’Auteur.



CHAPITRE 1
Afrique : Ton temps de domination, de règne et d’émergence économique est enfin arrivé…

-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices ;
En cette période sainte et musulmane de préparation spirituelle à la fête du Ramadan : Permettez-moi de débuter cette tribune libre et virtuelle par une citation biblique au chapitre 3, du verset 1 à 8 du Livre d’Ecclésiaste qui dit ce qui suit :
« Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux :
-Un temps pour naitre, et un temps pour mourir ;
-Un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté ;
-Un temps pour tuer, et un temps pour guérir ;
-Un temps pour abattre, et un temps pour bâtir ;
-Un temps pour pleurer, et un temps pour rire ;
-Un temps pour se lamenter, et un temps pour danser;
-Un temps pour lancer des pierres, et un temps pour ramasser des pierres ;
-Un temps pour embrasser, et un temps pour s’éloigner des embrassements ;
-Un temps pour chercher, et un temps pour perdre ;
-Un temps pour garder, et un temps pour jeter ;
-Un temps pour déchirer, et un temps pour coudre ;
-Un temps pour se taire, et un temps pour parler ;
-Un temps pour aimer, et un temps pour haïr ;
-Un temps pour la guerre, et un temps pour la paix. »
En ce jour béni du mercredi 8 Juin 2016, date de la publication de cette présente chronique : Combien d’africains et d’africaines, ont-ils pris conscience et savent-ils, réellement, qu’en Afrique, Nous sommes, actuellement et véritablement, dans le temps de domination, de règne et d’émergence économique ?
• L’Afrique, notre mère-patrie, continent riche et prospère, a déjà dépassé le seuil d’un milliard et cent million d’habitants et de populations.
• La Chine et les chinois n’ont-ils pas cru et n’ont-ils pas pris conscience de leur puissance économique quand ils ont dépassé le seuil de plus d’un milliard d’habitants ?
• Oui et mille fois oui : L’Afrique est aujourd’hui un grand et un important marché peuplé de plus d’un milliard de consommateurs ; les africains doivent croire en l’émergence économique africaine, et surtout nous devons en prendre conscience…
• Comme une mendiante : L’Afrique, continent riche et prospère, doit-elle continuer de dépendre, encore et toujours, des « bailleurs de fonds et des aides extérieures » pour couvrir les besoins de cette population de plus d’un milliard d’africains ?
• Le temps de sortir de notre coma, de notre sommeil, et le temps de prise de conscience individuelle et collective, ce temps-là dis-je, n’est-il pas arrivé ?
• Quelles sont les questions et les équations à résoudre, pour transformer un milliard de consommateurs africains en un milliard d’acteurs et de producteurs africains ?
• En un mot comme en mille mots : Tous les africains et toutes les africaines, doivent impérativement comprendre qu’il est temps que nous prenions, individuellement et ensemble, nos responsabilités individuelles et collectives, pour contribuer au rayonnement et au développement économique de nos pays respectifs et de tout le continent africain.
• Il est noter et à souligner que pour le développement économique de l’Afrique : la Chine constitue un bon et un bel exemple, à méditer et à suivre, en matière d’émergence économique…
• La Chine, puissance économique émergente, n’est-elle pas peuplée par un milliard et trois cent millions de chinois, à la fois des consommateurs et des producteurs ?
• Les grands problèmes de l’Afrique et des africains, ne sont-ils pas dans les choix de « nos visions, de nos stratégies et de nos actions » en faveur de l’émergence économique ?
• Nos Dirigeants africains et nos Gouvernements africains n’étant, uniquement, que le moteur de l’émergence économique : Il est temps et il est urgent que tous les africains prennent, rapidement, conscience que nous sommes les vrais acteurs, les vrais travailleurs, les vrais producteurs et les vrais bénéficiaires de l’émergence économique africaine…
• A titre de bon exemple à suivre également, il y a le RWANDA dirigé par le charismatique Président Paul KAGAME : Après le grave génocide et dans une prise de conscience individuelle et collective de toutes les populations, de 1994 à 2016, soit moins d’une génération, à force de foi, de courage et de travail, les Dirigeants et tout le vaillant peuple rwandais, ont construit un beau pays qui est déjà un modèle en matière d’émergence économique…
Bravo et félicitations aux Dirigeants et aux Rwandais.
• En conclusion de cette chronique, il est à noter et à souligner que l’émergence économique africaine est d’abord une affaire de grandes visions, de stratégies et d’actions concrètes de nos Dirigeants politiques et de nos Gouvernements qui ne sont que le moteur ; l’émergence économique est également et ensuite, une affaire de foi, de prise de conscience et de travail intense de tous les africains…
• Rapidement et urgemment, les Dirigeants politiques, les Gouvernements et tout le vaillant peuple africain, ensemble et mains dans les mains, doivent urgemment se mettre au travail, pour construire et développer l’Afrique, dans l’union et dans la discipline, comme en Chine, comme en Corée du Sud, comme à Singapour, comme au Rwanda et ailleurs…
• Avec plus d’un milliard d’habitants et de populations, ne pas admettre et ne pas comprendre que l’Afrique amorce déjà, son temps de domination, son temps de règne et son temps d’émergence économique, c’est faire preuve d’imbécilité, de légèreté, de manque de conscience, de connaissance et de sagesse…
• De gré ou de force, de générations en générations, l’Afrique noire prendra conscience et se développera certainement, car l’émergence économique est essentiellement, une affaire de foi, de grands rêves et de grandes visions, à réaliser et à concrétiser par le travail assidu de tout le peuple africain, dans des secteurs, dans des sillons, dans des stratégies et dans des actions concrètes…
• En Afrique et actuellement sous nos yeux admiratifs :
Le Rwanda est déjà un très beau pays moderne et un bon modèle d’émergence économique : Pays enclavé, ne possédant ni pétrole, ni cacao et ni de richesses particulières, le Rwanda dis-je, constitue une fierté africaine sur tous les plans en matière d’émergence économique…
D’autres Etats africains, plus riches et plus nantis, tels que la République de COTE D’IVOIRE, le Nigéria, le Ghana, le Cameroun, etc. Sauront-ils relever tous les défis, rapidement et urgemment, pour être des Pays modernes et émergents ?
• Afrique mon Afrique, Continent riche et prospère : Il y a eu ton très long temps de sous-développement ; c’est maintenant l’ère glorieuse de ton temps de domination, de règne, de miracles et d’émergence économique…
• Avec Foi : Fortifie-toi et prends courage, Afrique mon Afrique…
Que le précieux Sang de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, et la Puissance du Saint-Esprit lavent et couvrent, toute l’Afrique et tous les Africains. Amen.


CHAPITRE 2
Afrique, quels sont les cancers et les virus sur l’autoroute de l’émergence économique ?
-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
L’Afrique, notre mère-patrie, continent riche et prospère, est résolument en route pour son émergence économique.
De nombreux pays, sur la cinquantaine d’Etats africains, font des efforts en matière de créations de grands travaux d’infrastructures économiques. Ne pas reconnaitre ces prouesses et ces efforts, ce serait faire preuve d’ingratitude et d’imbécilité.
Cependant, avoir le courage de critiquer les tares africaines sur l’autoroute de l’émergence économique est un acte courageux et de bravoure ; Cela permet à nos illustres Dirigeants et aux Décideurs africains de prendre conscience que de nombreux défis restent, encore à relever pour atteindre le développement économique de l’Afrique.
A titres d’exemples de pays africains en chantiers d’émergence économique, nous pouvons citer, pêle-mêle et sans ordre d’importance les Etats suivants : Le Rwanda, l’Ethiopie, la Guinée Equatoriale, le Gabon, le Cameroun, le Ghana, la COTE D’IVOIRE, le Sénégal, etc.
Attention cette liste n’est pas limitative et exhaustive ; ce ne sont que des exemples d’Etats parmi plusieurs pays africains qui se développent lentement, mais surement…
Comme nous l’avons déjà dit ci-haut, nous savons soutenir et encourager nos Etats africains et leurs illustres Dirigeants, quand il le faut ; Mais attention…
Mais cependant et également, nous avons l’impérieux devoir citoyen et panafricaniste de dénoncer les carences, les erreurs, les insuffisances, les microbes, les cancers et les virus sur les autoroutes de l’émergence économique africaine…
De quoi s’agit-il dans cette chronique hebdomadaire ?
Dans les pays africains : Ici et maintenant dans cette tribune libre, nous dénonçons la corruption à grande échelle, l’insécurité grandissante, l’insalubrité urbaine et rurale, les problèmes de chômages des jeunes, les problèmes liés à l’écologie et à l’environnement, la faim et la cherté de la vie, sans oublier tous les autres et nombreux problèmes des braves populations africaines.
• Heureusement que le Rwanda et quelques rares pays africains constituent la fierté et l’espoir de tout notre continent africain, en termes de réussites d’indices de développement humain, de grands travaux d’émergence économique.
• Ne tournons pas autour du pot et de notre propos : Le Rwanda est l’un des rares pays africains qui a très bien compris les sens de l’émergence économique africaine :
• Au Rwanda et actuellement, il fait bon vivre car il n’y a pas d’insécurité, il n’y a pas d’insalubrité urbaine et rurale, il n’y a presque pas de corruption, ni de faim et ni de cherté de la vie….Et au Rwanda, il y a des espaces verts et des jardins publics bien entretenus dans toutes les grandes villes…
• En un mot comme en mille mots, pour réussir leurs travaux d’émergence, tous les autres Pays Africains devraient s’inspirer de l’exemple et du modèle rwandais.
• Et quel est le secret rwandais pour l’émergence économique ? A cette question cruciale, les autorités rwandaises affirment que : Situé au cœur de l’Afrique, le Rwanda doit se développer comme Singapour et devenir la Suisse de l’Afrique…
• Au fait quels sont les modèles des autres pays africains en termes d’émergence économique ?
• Oui et mille fois oui : Chaque pays africain doit avoir son modèle à suivre, et sa propre vision à concrétiser pour devenir un Etat émergent…
• Le Brésil, la Chine, la Corée du Sud, Singapour et le Rwanda, ne sont-ils pas, quelques cas d’écoles en termes d’émergence économique ?
• Pourquoi de nombreux pays africains, riches et prospères, comme mon pays la République de COTE D’IVOIRE, perdent-ils beaucoup de temps et d’argent, pour résoudre, urgemment et rapidement, des problèmes tels que : La corruption, l’insécurité, la faim et la cherté de la vie, l’insalubrité urbaine et rurale, etc. ?
• Avec la paix et la cohésion sociale : Les problèmes sus visés ne devraient-ils pas constituer des préalables et des urgences à résoudre, sur l’autoroute de l’émergence économique africaine ?
• Ici et maintenant, nous affirmons que le manque de paix et de cohésion sociale, la corruption, le tribalisme, la faim et la cherté de la vie, les problèmes d’insécurité et de terreur, l’insalubrité urbaine et rurale avec son cortège de maladies, les chômages des jeunes et d’autres maux à diagnostiquer, ne constituent-ils pas des cancers, des microbes et des virus qui gangrènent l’émergence économique africaine ?
• Heureusement que des solutions existent déjà ailleurs et qu’il nous faut l’humilité et la volonté pour aller les copier au Rwanda, à Singapour, en Corée du Sud, à Dubaï, etc.…
• Je prie ardemment que le Saint-Esprit qui vient juste de descendre sur Nous, et la Puissance du Sang de Jésus-Christ, l’Unique Agneau de Dieu, viennent nous éclairer, nous bénir et nous laver, dans nos pays africains respectifs et sur l’autoroute de l’émergence économique de l’Afrique. Amen.



CHAPITRE 3
Afrique : Qui nous délivrera du terrorisme, de la dictature et de la pauvreté ?

-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
Pourquoi la mort est-elle si cruelle, cette semaine, pour ne tuer que de brillants et talentueux artistes africains, parmi lesquels Papa WEMBA et DIKAEL LIADE ?
Paix et repos éternel à toi, Papa WENBA, artiste-chanteur congolais, travailleur, surdoué et talentueux, une des meilleures étoiles africaines et également une star planétaire qui fait la fierté de l’Afrique, même après ton décès.
Egalement : Paix et repos éternel à toi, DIKAEL LIADE, un des meilleurs artistes, musiciens et créateurs de la République de COTE D’IVOIRE.
J’adresse également mes très sincères et fraternelles condoléances aux membres de vos familles respectives et à tous vos nombreux fans et admirateurs.
Papa WEMBA et DIKAEL LIADE : Vous êtes immortels car les artistes et les hommes de culture continuent de vivre aux travers de leurs œuvres et créations…
-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
Cette semaine, je ne suis pas du tout content de certains internautes africains. Je suis même très fâché contre « tous ces brouteurs, ces escrocs et ces bandits à cols blancs qui inondent et pullulent sur tous les réseaux sociaux. »
• Quand est-ce que les africains comprendront que seulement le sérieux et le travail, que seulement les compétences et les talents, nous rendront dignes et nous permettront de développer l’Afrique notre mère-patrie ?
• Ici et maintenant, je lance un appel pressant et urgent, à tous les jeunes internautes africains afin qu’ils comprennent que l’outil internet, est un moyen moderne de communication et une sorte d’université mondiale et virtuelle.
Pour sortir de la misère, de la pauvreté, des calamités et des malédictions, l’Afrique a besoin que tous ses fils et toutes ses filles soient des exemples et des modèles.
• En AFRIQUE : Qui nous délivrera du terrorisme, de la dictature et de la pauvreté ?
L’Afrique, notre Afrique, notre continent riche et prospère, « berceau de l’humanité », est encore et toujours, dans la vallée de l’ombre de la mort, de la misère, de la pauvreté et de la dictature.
Au niveau mondial, malgré ses immenses richesses, notre Afrique ne pèse presque rien et ne représente, également presque rien :
Au niveau de la démocratie, aux niveaux de l’industrie, du commerce, de l’économie, de la santé, de l’éducation, de la bonne gouvernance, etc.
L’Afrique fait certes des efforts, mais de nos jours elle ne représente pas grande chose, économiquement et mondialement parlant.
Nous sommes à près de 60 ans passés au sujet des indépendances africaines, et l’Afrique continue toujours, de patauger et de trainer dans la misère, dans la pauvreté, dans les calamités, dans la dictature, dans les conflits communautaires et fonciers. Cette liste n’est que quelques exemples dans l’océan des problèmes africains.
En un mot comme en mille mots : Pour rattraper son grand retard économique, commercial, industriel, technologique et dans plusieurs autres domaines, l’Afrique et tous les Africains doivent se mettre réellement au travail, pour définir les visions, les stratégies et les actions concrètes à réaliser pour nous sortir définitivement du terrorisme, de la dictature, de la pauvreté, de la misère et de tous les nombreux autres problèmes.
Loin de moi, des sentiments afro-pessimistes, mais dans cette tribune libre, je veux juste et encore une fois, tirer sur la sonnette d’alarmes, je veux alerter et sensibiliser tous les africains à réfléchir sur les nombreux maux qui gangrènent notre continent africain, notre destin commun et notre corps social africain.
Prenons deux exemples concrets de visions qui doivent servir de modèles aux pays africains :
Cette semaine, pour lutter contre la fluctuation et les dégradations des prix du pétrole, l’Arabie Saoudite vient de rendre publique, son initiative et sa décision, de mettre immédiatement en place, un méga fonds de souveraineté d’un montant de 2.000 Milliards de Dollars Américains.
Chers amis internautes et lecteurs : j’invite chacun de vous à convertir le montant sus visé dans la monnaie de votre propre pays.
• Pourquoi les pays africains ne créent-ils pas des Fonds de souveraineté du Pétrole, du Coton, du Cacao, etc. ?
• Pourquoi les pays africains préfèrent-ils les dépendances des dettes extérieures auprès des bailleurs de fonds ?
• A qui profitent les nombreuses dettes africaines que nos enfants, nos petits enfants et leurs descendances continueront de rembourser sur des siècles ?
• Il est à noter que, plusieurs pays au monde n’ont pas eu recours aux endettements extérieurs pour se développer et devenir des puissances mondiales.
• A titre d’exemple : La République de Corée, ayant seulement une superficie d’environ 100.000 kilomètres carrés et actuellement ayant une population d’environ 70 Millions d’habitants, ce pays dis-je, qui n’a ni pétrole, ni diamant, ni or, ni cacao, etc ; sauf l’intelligence des coréens et des coréennes, sauf leur vision, leur foi, leur détermination, leur courage, leur audace, leurs compétences et leurs talents ; la Corée du Sud dis-je, s’est développée grâce à toutes les qualités sus visées de ses Dirigeants politiques, de ses Leaders économiques et de toute la population coréenne.
• En Afrique, il y a certes quelques pays qui suivent les bons exemples de la Corée du sud, de Singapour et des autres « Dragons d’Asie ». Cependant, dans leurs grandes majorités, les pays africains ne sont pas des modèles de développement économiques et ni de démocratie.
• En Afrique, qui nous délivrera des faux prophètes du terrorisme ?
• En Afrique, qui nous libérera des griffes des faux prophètes de l’émergence économique, semant et laissant derrière eux de la misère, de la pauvreté et des montagnes de dettes nationales pour les générations futures ?
• En un mot comme en mille mots, en Afrique, qui sont « les Moise, Josué et Caleb » pour nous faire traverser la « Mer rouge » qui nous sépare du grand désert des misères et de « Canaan la Terre promise », terre de paix et de prospérité ?
• Que le Sang puissant de Jésus-Christ, l’unique Agneau de Dieu qui affranchit de toutes les malédictions et qui ôte tous les péchés, vienne au secours de l’Afrique prise en otage par des terroristes, des microbes, des rapaces et des voraces. Amen.
CHAPITRE 4
L’Afrique noire a-t-elle déjà refusé l’émergence économique ?

-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
Il y a de cela, plus d’un demi-siècle que Monsieur René Dumont, célèbre ingénieur agronome français et talentueux écrivain, a publié son illustre œuvre et livre qui s’intitule « L’Afrique noire est mal partie… »
En effet pour l’Auteur sus visé, en Afrique et depuis l’aube des années d’indépendances, les priorités parmi toutes les priorités africaines, devraient être consacrées à l’autosuffisance alimentaire, à la modernisation de l’agriculture et aux réformes agraires…
Peine perdue et pauvre Afrique, René Dumont a été un prophète du désert et son message a été négligé, mais la grande histoire africaine et actuelle lui donne pleinement raison…
• Comment peut-on parler d’émergence économique dans des pays africains, sans paix, ni autosuffisance alimentaire, ni mécanisation et ni modernisation de l’agriculture, ni réformes agraires et foncières ?
• Dans notre Afrique en voie d’émergence ou tous les besoins sont prioritaires, comment diagnostiquer, établir et réaliser les priorités parmi toutes les priorités ?
• En Afrique noire, ou sont les ministères chargés de la consommation, de l’autosuffisance alimentaire, de la lutte contre la faim et de la cherté de la vie ?
• Comment peut-on parler d’émergence économique à des populations africaines victimes de la faim et de la mal nutrition, des otages des hausses intempestives et effrénées des prix des loyers, de l’électricité, de l’eau, des soins de santé, de l’éducation et de tous les autres besoins primaires et élémentaires ?
• Oui et mille fois oui : En Afrique, tous nos besoins sont prioritaires, mais il faut savoir définir et réaliser, rapidement et urgemment, les plus urgentes des priorités parmi toutes les priorités….
• A titre d’exemples précis : C’est humiliant, honteux et insultant pour l’Afrique et pour tous les Africains, d’écouter les discours de certains de nos illustres Chefs d’Etats Africains qui justifient la faim, les hausses des prix des denrées alimentaires et la cherté de la vie, par des raisons climatiques, par la sécheresse et par la pluviométrie…
• Dans des sols désertiques et actuellement, l’Etat d’Israël et d’autres pays aux terres arides, ne produisent-ils pas suffisamment de nourritures pour toutes leurs populations ?
• Comment l’Etat d’Israël fait-il pour produire en toutes les saisons des tomates, du piment, de la pomme de terre et toutes les productions agricoles, en qualité et en quantité ?
• En n’établissant pas et en ne réalisant pas les urgences prioritaires parmi toutes les priorités : Les Pays africains ne sont-ils pas en train d’échouer, de bâcler et de refuser l’émergence économique ?
• Face aux enjeux de l’émergence économique, les pays d’Afrique noire ne sont-ils pas comme des tigres en papier ou des éléphants aux pattes d’argile ?
• En Afrique noire, n’y a-t-il pas trop de propagandes politiques et de manipulations mensongères, en lieu et place de véritables visions, de stratégies, de pragmatismes économiques et de réalisations d’actions concrètes en faveur du développement économique ?
• Ou sont passées les Nations africaines, exemples, modèles régionales et locomotives de l’émergence économique africaine ?
• En 2016, la population africaine a déjà dépassé le seuil d’un milliard et deux cent millions d’habitants qui ne sont pas des idiots mais des africains cultivés et branchés : Heureusement que, par « les réseaux sociaux, par les voies d’internet et des NTIC », nous suivons et nous admirons, d’une part les progrès et les efforts qui sont fournis dans plusieurs pays africains, en matières de développement économique ; Mais, Nous suivons également de près et nous dénonçons avec véhémence d’autre part, tous ces régimes économiques et politiques, basés sur des propagandes et des manipulations politiques en vue d’opprimer les populations africaines, de piller et de brader les richesses de l’Afrique.
• En conclusion, l’Afrique est un continent riche et prospère qui doit rapidement se développer, pays par pays, zone par zone, région par région…
• L’Afrique Noire n’a pas le droit de refuser l’émergence économique, les exigences de la démocratie, de la liberté et de la paix qui sont des valeurs cardinales qui s’imposent à nous toutes et à nous tous…




CHAPITRE 5
Pour que la COTE D’IVOIRE et l’Afrique changent, il nous faut des ivoiriens nouveaux et des africains nouveaux.

Chers Amis Internautes, Lectrices et Lecteurs :
2006 à 2016 : Cela fait exactement dix bonnes années que j’exerce « mon ministère d’écriture et d’éducation sur internet, un ministère de citoyen du monde et de laïc africain courageux et engagé… »
Alors et ensemble, faisons un petit bilan de mes activités sur internet, pendant la période sus visée, lesdites activités qui gênent beaucoup de mes détracteurs, ces adeptes de l’ignorance et des ténèbres, ceux qui refusent les changements de comportements, de mentalités et d’identités, changements imposés par le Monde nouveau qui est une sorte de « village planétaire. »
-Un Monde nouveau implique de citoyens nouveaux ;
-Une Afrique nouvelle nécessite également des africains nouveaux ;
-Et une COTE D’IVOIRE nouvelle demande également l’émergence d’ivoiriens nouveaux.
Avant notre propos d’aujourd’hui et en guise d’introduction, faisons notre bilan de la décennie écoulée de nos activités sur internet :
En effet, au cours de cette décennie, par mes nombreux sites et blogs sur presque sur tous les réseaux sociaux du monde, modestement et humblement, à titre personnel et individuel : j’ai essayé et je continue encore d’essayer, d’enseigner et d’inculquer, virtuellement, des notions et des motions de changement de comportements, de mentalités et d’identités, dans la vie et dans l’esprit des jeunes internautes ivoiriens et africains…Car le développement et l’émergence économique de l’Afrique, passent et passeront par des changements de comportements, des mentalités et des identités des jeunes générations africaines.
Pour des rappels historiques, retenons que pour cette première décennie sus visée, mes libres expressions virtuelles, ma littérature, mon journalisme citoyen, mon écriture et mes concepts se résument comme ce qui suit :
-Les œuvres, les blogs, les sites et les concepts : « Ivoiriens Sans Frontières »,
-Les œuvres, les blogs, les sites et les concepts de : « Diplomatie Sans Frontières ».
En dix années de créations d’espaces d’expressions virtuelles, sans orgueil et ni fanfaronnades, j’ai publié sur internet, près de 12.000 Pages format A4, d’informations, de chroniques et de réflexions, en vue de contribuer aux changements des comportements, des mentalités et des identités, des ivoiriens et des africains…
N’est-ce pas cela une grande part de la définition et de la conception « des Africains nouveaux et des Ivoiriens nouveaux ? »
-Comme un grand peintre ou tout autre grand artiste, comme un pasteur, un imam, un rabbin ou tout autre grand maitre :
Mes œuvres, mes livres, mes publications, mes prédications et mes prédictions, sont à la fois des œuvres charnelles et spirituelles…
Elles sont volontairement douloureuses, pimentées, crues et tranchantes comme « une épée à double-tranchants », pour séparer les œuvres de la lumière de celles des ténèbres…
L’ignorance est la pire chose qui existe au Monde : Comment déchirer le voile de l’ignorance africaine pour faire pénétrer la connaissance universelle de La Lumière et de l’Esprit ?
-Qui vous a dit qu’un Diplomate ivoirien et africain qui devient volontairement écrivain, chroniqueur et blogueur, est un « amuseur public, un bouffon et un fou du Roi sur internet? »
De toutes les façons, en un mot comme en mille mots : Les Grands Hommes ont toujours eu tort d’avoir eu raisons trop tôt… Et très souvent, c’est après leur mort que l’on découvre les talents et les valeurs des vrais Grands Hommes…
Gardez vos couronnes et vos décorations, à titres posthumes, pour vous-mêmes et pour vos propres enfants…Les miennes, je les veux maintenant que je suis en vie et non après ma mort.
En 2016 : A chaque saison, il faut ses propres fruits : C’est pourquoi, je viens de lancer l’espace virtuel d’expression et de communication, la notion et le concept : « Le Cabri mort, l’Hebdomadaire virtuel africain d’actualités » pour parachever et mieux accomplir les Missions des sites et blogs : « Ivoiriens Sans Frontières » et « Diplomatie Sans Frontières. »
Actuellement, il est temps que tous les Africains comprennent que notre propre ignorance a donné à « nos Colonisateurs et à nos Oppresseurs » l’avantage de la connaissance et de l’émergence…
Pire et malheureusement : Nos colonisateurs et nos oppresseurs ne viennent plus de l’Extérieur de l’Afrique mais ce sont nos propres « Frères et Sœurs Africains. »
A ce stade de mon propos, nous rentrons dans le vif de notre sujet de ce jour : « Pour que la COTE D’IVOIRE et l’Afrique changent, il nous faut des ivoiriens nouveaux et des africains nouveaux. »
Ici dans l’espace virtuel « Le Cabri Mort, Hebdomadaire virtuel africain d’actualités », nous fêtons et nous célébrons les vraies valeurs universelles, les vraies valeurs africaines et surtout, nous faisons la promotion de la connaissance de la Vérité mise en confrontation face aux ruses et face aux mensonges des Dirigeants africains des temps présents…
En un mot comme en mille, nous ne faisons plus aucun cadeau aux « fossoyeurs de la COTE D’IVOIRE et de l’Afrique. »
« Le Cabri Mort… » Est un instrument et un espace de libre expression pour la promotion de la vraie délivrance africaine, de la vraie démocratie et de la vraie émergence économique africaine, par les vraies valeurs de courage, de talents, d’intelligence et de travail ; à l’exclusion des tricheries et des fourberies dignes de « la voyou-cratie, de la manger-cratie et de la démon-cratie. »
• Les Ivoiriens nouveaux pour une COTE D’IVOIRE nouvelle : Oui c’est possible, avec travail et courage, sans tricheries ni roublardises.
• Les Africains nouveaux pour une Afrique nouvelle : Oui, c’est également possible, par la promotion de la connaissance et par la mort de l’ignorance.
• La sagesse enseigne que « Ceux qui sèment avec des larmes, moissonneront et récolteront avec des champs d’allégresse. »
• Par les talents, le courage, les mérites et le travail, à l’exclusion de tout autre ascenseur familial, ethnique, clanique et partisan : Les ivoiriens nouveaux et les africains nouveaux doivent s’imposer dans la vie à tous les niveaux.
• Sans la connaissance de la Vérité, les ivoiriens, les africains et tous les humains marcheront dans les voies de l’ignorance et des ténèbres…
• Nous sommes fatigués des slogans creux et vaseux qui font toujours la promotion des médiocres, des anciens grilleurs d’arachides et des nouveaux rongeurs et des mangeurs impénitents de toutes nos récoltes nationales et africaines.
• En République de COTE D’IVOIRE, Nous commençons déjà, à préparer dans le secret, les temps futurs des « horizons 2020 », qui marqueront certainement, la fin de règne des « Dinosaures Houphouétiens », pour véritablement faire place aux vrais ivoiriens nouveaux, sans taches ni rides, et qui ne trainent pas des casseroles du passé…
• Partout en Afrique, la politique doit cesser d’être un ascenseur social rapide pour des médiocres, des prédateurs, des voyous-crates, des manger-crates et des démons-crates…
• De gré ou de force, par voie basse ou par césarienne, naitront des ivoiriens nouveaux et des africains nouveaux.
• Que ceux et celles qui ont des oreilles, écoutent et méditent ce que la Sagesse et la Connaissance enseignent et révèlent aux orphelins et à nous autres qui sommes rejetés et méprisés…
• Qui vous a dit que les choix des hommes sont-ils forcément les choix de Dieu ?




CHAPITRE 6
AFRIQUE, Parlons franchement : « On nous a assez volés. »

-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
La Sagesse divine nous enseigne ceci : « Malheur à l’homme par qui le scandale arrive… »
Comme vous pouvez le témoigner déjà, par la lecture de nos précédentes publications : Le malheur et le scandale n’arriveront jamais en COTE D’IVOIRE et en Afrique, ni par moi-même Djohn TANOH-NIAMKE et ni par mes œuvres parmi lesquelles votre hebdomadaire virtuel africain « Le Cabri mort n’a plus peur de couteau. »
Comme toutes mes nombreuses et autres productions et créations intellectuelles : Notre hebdomadaire sus visé, au ton volontairement osé, cru et pimenté, est véritablement un espace culturel d’actualités et d’informations en vue d’enseigner, d’éduquer, de témoigner et de transmettre de vraies connaissances pour des changements de nos mentalités africaines, pour des changements de la COTE D’IVOIRE, de l’Afrique et du Monde.
La Sainte Bible nous enseigne que le peuple de Dieu périt par manque de connaissance…
« Le Cabri mort n’a plus peur de couteau » n’est donc pas, ni un lieu de scandales, ni un tribunal de jugement et ni une cour de condamnation ; mais nous apportons dans la lumière, seulement et uniquement, tout ce qui était caché et englouti dans les ténèbres…
Avec la foi, l’audace, le courage, l’intrépidité et la fermeté : Nous traitons les sujets de nos chroniques, sans aucune peur ni aucune couardise…Car la Lumière, la Connaissance et la Sagesse sont également d’autres Noms de Dieu, notre Créateur et notre Protecteur…
J’introduis mon propos de ce jour par un rappel historique très important :
En 1932, le Docteur Félix HOUPHOUET-BOIGNY, jeune médecin en poste et en fonction dans la ville d’Abengourou, située à 210 kilomètres d’Abidjan, à l’Est de la COTE D’IVOIRE, le Docteur Félix HOUPHOUET-BOIGNY dis-je, a écrit un article de presse intitulé : « On nous a assez volés. »
Notons et retenons qu’en plus d’être un médecin et un planteur, le Président Félix Houphouët-Boigny a bel et bien été un Chroniqueur, avant d’être un syndicaliste et un politicien.
Oui et mille fois oui : Le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY était bel et bien un Médecin es-qualité, en exercice, en poste et en fonction en 1932 à Abengourou, quand il exerçait également et à titre bénévole, la fonction de chroniqueur et de journaliste citoyen, dont le célèbre article intitulé « On nous a assez volés » a permis de mettre fin à la détresse des planteurs de café et de cacao, spoliés, dépouillés et volés par « nos ancêtres les colonisateurs gaulois et les français. »
• Qui vous a dit que, pendant la colonisation et en 1932, avec audace, avec courage, avec travail et avec détermination, le Docteur Félix HOUPHUET-BOIGNY, Médecin, Planteur, Chroniqueur, puis syndicaliste et politicien n’a pas donné l’exemple et tracé les sillons de ce que devront être « Les ivoiriens nouveaux, les africains nouveaux et des temps nouveaux actuels ? »
• Chers amis internautes, chers lecteurs et lectrices, il est à noter et à souligner que, pour construire et développer la COTE D’IVOIRE et l’Afrique : Nous avons besoin d’hommes nouveaux et de femmes nouvelles, charismatiques, audacieux, courageux, déterminés et travailleurs comme le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY qui était à la fois, médecin, planteur et chroniqueur, puis successivement, syndicaliste et politicien…
• Oui et mille fois oui : C’est pour agir et pour parler en toute liberté d’expressions, comme le Docteur Félix HOUPHOUET-BOIGNY en 1932 à Abengourou, qu’en plus d’être un Diplomate de carrière, je suis devenu un écrivain et un chroniqueur, pour crier et dénoncer que : « On nous a assez volés, et on continue toujours de nous voler ; vivement que cela cesse définitivement, ici et maintenant… »
• Et si nous parlons franchement ?
Je ne parle pas ici de « Parlons franchement », l’émission animée par mon ami et frère BROU AKA Pascal, sur la télévision nationale ivoirienne « la RTI ».
Je parle ici et maintenant, bel et bien, des « PANAMA Papers », ces monstrueux scandales financiers et mondiaux, d’évasions fiscales, d’évasions de richesses et de capitaux….
Ici encore, des Africains et des ivoiriens figurent dans ce palmarès honteux et humiliant « des voleurs et des fraudeurs impénitents qui dominent notre monde et notre destin commun… »
-Vous avez bien remarqué, lu et noté « assujettissement et domination de notre Monde et de nos vies » par les adeptes du dieu argent et des puissances ténébreuses ?
-Trop c’est trop : Il est temps et il est urgent que le Monde, l’Afrique et la COTE D’IVOIRE changent, des institutions et des hommes, dans les bons sens et dans les bons exemples…
-Allons-nous continuer d’assister, impuissants, aveugles, sourds et muets, sans crier, écrire et dénoncer, cette minorité de « fruits pourris » qui risquent de gangrener notre Corps social ivoirien et africain ?
-La démocratie et l’émergence économique doivent se dérouler en COTE D’IVOIRE, en Afrique et dans le Monde, avec noblesse, avec sagesse, avec intelligence, justice et équité ; avec des libertés de droits et d’expressions, avec la moralisation dans la vie des citoyens, surtout dans celle des politiciens et la moralisation dans les affaires publiques et privées.
-Une autre affaire scandaleuse : Dans mon propre pays en République de COTE D’IVOIRE, presque tous les politiciens houphouétistes ont déjà commencé à nous polluer l’air avec leurs propres ambitions présidentielles et prématurées de 2020 : Heureusement que le vaillant peuple ivoirien a déjà compris que plus rien ne sera comme avant…Nous les attendons, toutes et tous, car il y a une seule place de Président de la République de COTE D’IVOIRE qui sera occupée par un seul ivoirien, jeune ou vieux, femme ou homme, qui devrait être un sage, un exemple et un modèle…Et non « un fruit pourri. »
-Vivement que prennent définitivement fin, en COTE D’IVOIRE et partout en Afrique, les temps anciens des adeptes des génocides, des guerres, des violences, les acteurs, les auteurs et les co-auteurs des enrichissements illicites, faciles et en vitesse, de la voyou-cratie, de la manger-cratie et de la démon-cratie…
-Il nous faut, nécessairement et impérativement, « des femmes nouvelles et des hommes nouveaux » aux places nouvelles qu’il faut, pour la vraie démocratie, pour la moralisation de la gestion publique, pour la bonne gouvernance et pour l’émergence économique…
Parlons franchement : On nous a déjà trop volés et cela doit définitivement prendre fin, en COTE D’IVOIRE, partout en Afrique et dans le Monde entier.
Le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY nous a également enseigné ceci : « On ne regarde pas dans la bouche des grilleurs d’arachides car de temps en temps, ils peuvent manger quelques grains d’arachides ; mais de grâce, que les grilleurs de nos arachides nationales en COTE D’IVOIRE, en Afrique et dans le Monde, ne mangent pas toutes nos récoltes et nos moissons… »
« YAKO à l’Afrique, YAKO à la COTE D’IVOIRE ; YAKO aux ivoiriens et aux ivoiriennes » : Nos moissons et nos récoltes africaines d’arachides, de pétrole, de cacao, de coton, etc.
Ne sont-elles pas déjà, pour la plus grande part, mangées et grillées à l’extérieur, dans des comptes bancaires, financiers et personnels semblables aux « Panama Papers » ?
En ce mois d’avril 2016, au cours duquel nous, toutes et tous les Houphouétistes, nous fêtons et nous célébrons les soixante dixième anniversaires du PDCI-RDA, nous devons impérativement réviser nos leçons d’Histoire sur la vie du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, de ses Compagnons et de tous les grands Bâtisseurs de notre Pays, la République de COTE D’IVOIRE.
Chroniqueurs sur les traces, sur le modèle, à la suite et à l’exemple du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, nous affirmons et nous parlons franchement, haut et fort : « On nous a assez volés… »
« Que les grilleurs de nos arachides nationales et africaines ne mangent pas toutes nos récoltes et nos moissons. »
Bonne semaine à toutes et à tous. Et à la semaine prochaine.
Amour, Paix, Joie et Pardon dans nos cœurs, car Dieu Notre Père est Amour, Bonté et Fidélité : Il veille éternellement sur nous, et il n’a pas encore dit son dernier mot…
Amen, Amen et Amen.




CHAPITRE 7
Afrique, Des boulangers politiques dans des démocraties à géométries variables.

-Chers amis internautes,
-Chers lecteurs et lectrices,
En 2016 et en Afrique, plusieurs Pays sont toujours et encore, dirigés et gérés comme des épiceries ou des boulangeries.
Pire, dans ces Etats sus visés, les notions de développement économique et de démocratie, sont des matières à géométries variables.
En un mot comme en mille mots : Plusieurs Etats Africains vivent encore dans des instabilités chroniques, dans des régimes de peur et de terreur.
-A qui la faute ?
-Est-ce la faute aux pouvoirs ?
-Est-ce la faute aux opposants ?
-Est-ce la faute aux « autres contre-pouvoirs » que sont les élites, les intellectuels, les syndicats et les organisations de la société civile ?
-Est-ce, encore et toujours, la faute aux puissances étrangères et aux anciens colonisateurs ?
Ce qui est sur, et au contraire des « Grands Pays développés et démocratiques », dans plusieurs Pays Africains, on a l’impression que les improvisations et les instabilités sont les règles dictées et générales ; et que les stratégies et les visions de stabilités sont des exceptions, des rêves ou des mirages…
• Pourquoi des pouvoirs africains et des mandats présidentiels africains sont-ils en permanence dans des zones de turbulence, dans des nuages sombres et sous l’orage ?
• A qui profitent ces régimes africains d’instabilité et de terreur ?
• A quoi servent ces boulangeries politiques et ces démocraties instables et à géométries variables ?
• Pourquoi les africains et les pays africains sont-ils, constamment et éternellement, en campagnes politiques et électorales ?
• Quels moments et quels temps de réflexions, de méditations, de sagesse, d’instruction et d’éducation, les pouvoirs africains et les africains consacrent-ils pour faire des bilans au sujet des fondements cardinaux de la culture de la paix et de la culture de la stabilité, à l’exclusion de tous les calculs politiciens, claniques, courtisans et partisans ?
• La Sagesse divine enseigne ce qui suit : « Que ton oui soit oui ; et que ton non soit non ; tout ce que l’on ajoute, vient de la ruse, de la duperie, du mensonge, du malin, du diable et de Satan. »
• Au fait, certains Dirigeants et Politiciens Africains, ne prennent-ils pas les électeurs, les populations et les peuples, pour du bétail, des animaux et des ignorants ?
• Ces politiciens africains et ces boulangers politiques ne sont-ils pas les principaux adeptes et les responsables des instabilités chroniques et des démocraties à géométries variables en Afrique ?
• De tels Leaders politiques adeptes des duperies et des ruses, sont-ils de Dieu ou du Diable ?
• La paix, la stabilité politique et la cohésion sociale, sont des préalables importants à la démocratie africaine et à l’émergence économique africaine.
• Les guerres, les rébellions, les coups d’états et les génocides, ne sont-ils pas provoqués par « des Boulangers politiques africains », sans crédibilité, ni sérieux, ni visions et ni paroles rassurantes et sures ?
• Que valent les « Oui » des Politiciens africains ?
• Que valent également les « Non » des Politiciens africains ?
En Conclusion de cette Chronique, il est à noter et à souligner que dans tous les domaines de la vie, y compris la Politique africaine, les Paroles de nos Leaders et de nos Dirigeants doivent être sures, sacrées et respectées : Faute de quoi, nous retombons dans les mêmes cycles de terreur et d’instabilités chroniques…
En politique, comme en toute autre activité humaine, ce ne sont pas les longs règnes qui fondent les bonnes réputations des « Grands Hommes »…
Toutes les chaines de générations africaines doivent bénéficier et prendre leurs propres destins en mains pour participer et contribuer aux œuvres de constructions de la démocratie et de l’émergence économique.
Les temps anciens ou présents des sempiternels boulangers politiques africains dans des Républiques africaines des démocraties à géométries variables, doivent définitivement prendre fin :
La République de COTE D’IVOIRE et plusieurs autres Pays Africains qui sont considérés comme de bons exemples de démocratie et d’émergence économique ne doivent plus commettre des erreurs d’instabilités chroniques dues « aux boulangeries politiques dignes des démocraties à géométries variables. »
Prière pour la COTE D’IVOIRE : Que Dieu Notre Père, Le Tout-Puissant et Sa Sagesse Divine guident et protègent le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, le Président Henri KONAN-BEDIE, tous les Politiciens ivoiriens et tout le vaillant peuple pour que la République de COTE D’IVOIRE ne redevienne plus jamais « une boulangerie ou une épicerie politique dans une démocratie à géométries variables», avec son cortège d’instabilités, de violence, de guerre, de rébellions, de coups d’Etat, de patriotisme xénophobe et ivoiritaire…Amen.




CHAPITRE 8
« PAQUINOU » de Yamoussoukro, de Cotonou et de Brazzaville.

Chers amis internautes, lectrices et lecteurs du « Cabri mort… », Notre Hebdomadaire Virtuel Africain d’Actualités :
Je vous souhaite un très bon retour, après ces saints jours de prières, de repos et de résurrection pascale.
Chez nous, en République de COTE D’IVOIRE, la fête de la Pâque, en plus d’être une Célébration Nationale Religieuse et Chrétienne : Elle est devenue également, une Fête Nationale Culturelle qui se nomme « PAQUINOU ».
La fête chrétienne de la Pâque, c’est la résurrection de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ qui nous apporte la délivrance, la lumière et la victoire :
La Pâque ou PAQUINOU, en principe, Nous fêtons la victoire de la vie contre la mort ; c’est également la victoire de la lumière sur les ténèbres ; c’est aussi la victoire de la connaissance sur l’ignorance ; PAQUINOU, c’est aussi la victoire de la paix sur le terrorisme ; et enfin PAQUINOU, c’est la victoire de la liberté et de la démocratie sur l’esclavage et la dictature, en République de COTE D’IVOIRE, en Afrique et dans le Monde entier…
La PAQUINOU de Yamoussoukro a été cette année 2016, un bel espace d’expression politique, culturelle, touristique et commerciale : Quelle belle fête colorée, balafrée et bigarrée, au sens propre comme au sens figuré ?
Au fait, ou est passée la vraie tradition de PAQUINOU ?
La vraie tradition de PAQUINOU a disparu pour faire place aux folklores de la modernité et des mondanités…
A présent, quittons la ville de YAMOUSSOUKRO la capitale politique ivoirienne pour nous rendre à COTONOU, la belle capitale économique du BENIN :
En Afrique et dans le monde entier, le Benin est un bel et respecté exemple de « PAQUINOU », de Délivrance, un bon exemple et un modèle de Démocratie parfaite, sans bavure ni coupure des médias et des communications comme dans les « Voyous-craties, manger-craties et démons-craties » africaines…
-Bravo et félicitations au Président YAYI BONI ;
-Bravo et félicitations au vaillant peuple béninois.
En un mot comme en mille, La Pâque ou PAQUINOU a été une sainte et bénie fête au BENIN…
Enfin, le dernier point de notre Chronique, nous quittons la ville de Cotonou pour nous rendre au Congo-Brazzaville, dans les incertitudes des lendemains, de terreur et de règlements de comptes, de l’élection présidentielle « wouya wouya et bana bana ».
Actuellement le monde est devenu un village planétaire : sont définitivement terminés et enterrés les temps des règnes de dictature, de terreur, de violence, de mort, de guerres et de génocides…
Le Pouvoir congolais et Ses Opposants devraient dialoguer, dans la paix et dans le respect mutuel, pour trouver une issue heureuse et honorifique, pour tous les Congolais et pour tous les Africains…
Ne pas comprendre les vertus du Dialogue, l’Arme fatale des Forts et non des Faibles ; et continuer d’agir par les violences, les arrestations et la dictature : C’est faire preuve d’imbécilité, car les exemples de l’Egypte, de la Tunisie et du Burkina Faso, ne sont pas très loin…
-Vous avez dit insurrection populaire ?
Il vaut mieux dialoguer que de « sortir vos armes et vos muscles congolais » qui pourraient déboucher sur le chaos…
Nous sommes véritablement, dans les derniers temps des « Coups d’Etats militaires ou constitutionnels », suivis des « Hold-up électoraux », en Afrique et Ailleurs…
Encore un peu de temps, car le temps est un autre Nom de Dieu.



CHAPITRE 9
AFRIQUE : De Grand-Bassam en République de COTE D’IVOIRE
A Brazzaville en République du Congo :
Maudits sont les terroristes et les geôliers de tous les bords et de tous les acabits….

• Dédicace : Je dédie cette chronique à tous mes parents et à tous mes quelques vrais amis qui, par leurs prières, par leurs larmes abondantes et par leurs soutiens financiers, m’ont permis de sortir du « filet de l’oiseleur » et de ces 14 jours de prison brazzavilloise…
-Comment être ou comment devenir « Le Sel de la terre et La Lumière du Monde » dans notre Afrique dominée par les puissances des ténèbres et de la mort ?
-Comment se comporter en Apôtre de la paix, de la justice, de l’amour, de la démocratie et de l’émergence économique, dans notre Afrique dirigée et conduite par des Adeptes du mensonge, de l’injustice, de la dictature, de la corruption et des pillages économiques ?
-Comment adorer son DIEU en Afrique, dans la paix et dans l’Amour, sans devenir extrémiste et criminel comme les maudits terroristes qui ont tué une vingtaine de personnes dans l’historique ville de Grand-Bassam à une quarantaine de kilomètres d’Abidjan, la grande ville et la capitale économique de la République de COTE D’IVOIRE ?
-Enfin comment devenir un Pays Africain, exemple de réussite, modèle et moderne, démocratique et économiquement émergent, sans un régime de terreur comme en République du Congo ?
Voici ci-dessus énumérées quelques interrogations et des préoccupations de notre Hebdomadaire Africain « Le Cabri mort qui n’a plus peur de couteau.»
Qui vous a dit que votre hebdomadaire « Le Cabri mort… » Allait s’occuper des palabres et des sujets imbéciles, dignes des ignorants et des sauvages ?
Les Saintes Ecritures affirment : « Au commencement étaient la Parole et l’Ecriture, et Elles étaient, Vie et Lumière… »
En effet, loin d’être des imposteurs et des insulteurs publics et notoires : Votre Serviteur que je suis, et mes nombreuses publications et mes livres ;
Nous sommes des indicateurs de bonnes nouvelles, des Annonceurs de Vie et de Lumière, pour que meurent et s’éteignent, à jamais et éternellement, les adeptes et les œuvres des ténèbres et de la mort…
Avez-vous saisi et compris quelque chose ?
En un mot comme en mille, c’est sous inspiration divine et sous la direction du Saint-Esprit que je déroule mon écriture, volontairement acerbe et douloureuse, qui est une sorte de grande épée à double tranchants, pour opérer les maux de notre société africaine malade et comateuse…
Oui et mille fois oui : Par des mots durs, nous opérons des maux pour apporter des changements de mentalités africaines…
En effet, la Sainte Bible, n’affirme-t-elle pas que la Sagesse de Dieu soit une folie aux yeux des humains ?
Et que, ce qui pourrait apparaitre comme une folie aux yeux des hommes, est certainement une Sagesse aux yeux de DIEU ?
Heureux et heureuses, sont et seront, celles et ceux à qui Dieu ouvrira, certainement et clairement, les yeux charnels et spirituels, pour prier, voir et comprendre que Dieu agit, toujours par les petites choses, par les faibles et par les orphelins…Comme moi et comme mes œuvres qui sont une forme moderne de contribution à l’évangélisation africaine et universelle…
Finis les temps africains de la tradition orale : Nous vivons à l’ère et à l’heure d’internet ; et tout doit se savoir pour être consigné par des écrits, pour les générations présentes et futures.
Après ces précisions et ces mises aux points, urgentes et importantes, traitons ensemble nos deux actualités de ce numéro de notre « Hebdomadaire Le Cabri mort… »
Le dimanche 13 Mars 2016, à Grand-Bassam, dans cette ville historique, patrimoine mondial de l’UNESCO, Banlieue balnéaire de la grande ville d’ABIDJAN : Les Fous de Dieu d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique, en abrégé « AQMI », ont lâchement tué une vingtaine d’hommes et de femmes qui se reposaient paisiblement au bord de la mer, en respirant de l’air frais et bon pour la santé….
Maudits soient ces Fous de Dieu…
Ma seule prière est la suivante : Seigneur Jésus-Christ, Je te prie de bénir et de garder tous les vrais musulmans modérés, remplis de paix et d’Amour…
Mais pour les extrémistes et les assassins, de tous les bords et acabits, y compris les adeptes d’AQMI et de BOKO HARAM :
Je te prie, mon Seigneur et mon Sauveur Jésus-Christ, de les saisir et de les visiter, comme tu l’as fait pour Paul, sur le chemin de Damas…
En un mot comme en mille : Je prie pour une grande conversion à Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ de tous ces musulmans assassins et violents…
Oui et certainement : Tous ces actes odieux et barbares prendront fin, par une vraie conversion spirituelle, de grande ampleur, sous la direction et sous l’inspiration du Saint-Esprit…
Dieu est déjà à l’œuvre : A titre d’exemple, retenons que, pendant les six mois passés, 60.000 Bibles ont été téléchargées, gratuitement par des musulmans…
Vous toutes, et vous tous, qui lisez actuellement cette contribution, je vous invite à faire la même chose, en téléchargeant gratuitement la Sainte Bible sur internet…
A présent et avant de conclure : Parlons un peu, en attendant la semaine prochaine, de « mes terroristes et geôliers congolais et brazzavillois… »
En ce jour dominical et béni du 20 Mars 2016 : Le vaillant peuple de la République du Congo est convoqué aux urnes, pour élire le Président de la République dudit Pays, parmi neuf candidats, y compris le Président Denis SASSOU NGUESSO qui a déjà passé 32 années au Pouvoir Suprême congolais.
-Vous voulez savoir les résultats dudit scrutin présidentiel ?
-Le Cabri Mort vous l’annonce déjà : Le Candidat Denis SASSOU NGUESSO a déjà gagné, au premier tour, cette élection présidentielle, « wouya-wouya et bana-bana ».
Retenons toutes et tous que : Pour une période indéterminée et sur tout le territoire congolais, toutes les communications internationales sont coupées et interrompues : Télévision, téléphone, internet, SMS, etc.…
N’est-ce pas une forme déguisée de terrorisme d’Etat et de prison nationaliste et patriotique ?
Dans tous les cas et de toutes les façons, DIEU n’a pas encore dit son dernier mot…
Votre Hebdomadaire Le Cabri Mort reviendra, la semaine prochaine, sur ce syndrome congolais…
Ce beau Pays est-il pris en otage par des virus politiques, pires que le Sida ?





Chapitre 10
De l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) à l’Union Africaine(UA) : Rien, et absolument rien, n’a véritablement encore changé en Afrique…

En Afrique et au niveau de l’Union Africaine :
-A quand la fin des nombreuses phases de procédures administratives, juridiques, politiques et institutionnelles ?
-Quand est-ce que l’Afrique, aura-t-elle sa propre monnaie continentale ?
Oui et rapidement, pour confirmer notre indépendance totale et notre liberté, l’Afrique doit sa propre monnaie.
-Quand est-ce que l’Afrique modernisera son agriculture pour produire suffisamment de denrées alimentaires pour nourrir tous les africains ?
-Quand est-ce que tous les africains pourront-ils circuler librement en Afrique, et sans aucun visa, dans tous les Etats africains ?
-En Afrique : De l’OUA à l’UA, les processus de mutations et de changements sont encore très lents, hésitants et ambigus.
Il faut avoir le courage de l’affirmer qu’en Afrique, l’UA n’a pas encore les moyens adéquats pour booster et propulser, urgemment et rapidement, le processus d’intégration communautaire africaine : Les intérêts nationaux de chaque Pays Membre, sont encore plus forts et plus puissants que les enjeux et les défis régionaux et continentaux.
Selon moi, la primauté et les priorités des enjeux de l’émergence économique africaine, se situent à trois niveaux :
• Premièrement : Au niveau national de chaque pays africain ; Les projets, les chantiers et les priorités d’émergence économique nationale doivent être élaborés, listés, connus et exécutés dans la transparence et dans la bonne gouvernance.
• Deuxièmement : Au niveau des Organisations Communautaires Africaines, des cinq grandes zones géographiques africaines (Nord, Sud, Est, Ouest et Centre de l’Afrique) : Comme pour les bonnes performances de la CEDEAO en Afrique de l’Ouest, les zones, Afrique du Centre, de l’Est, du Nord et du Sud doivent également, devenir des espaces économiques intégrés de libres circulations des personnes africaines et de leurs marchandises commerciales.
Cette préoccupation devrait être une contrainte immédiatement exécutoire pour tous les Etats Africains.
L’Afrique noire a déjà pris trop de retard en termes de développement intégré, régional et continental, et l’émergence économique africaine ne saurait être indéfiniment sacrifiée, par des intérêts nationalistes de puissants « Micro-Etats Africains et de leurs Dirigeants politiques… »
• Troisièmement : Au niveau continental africain, l’Union Africaine(UA) doit avoir, urgemment et rapidement, les mêmes Pouvoirs et Attributs des Grandes Organisations Mondiales, telles que la Commission de l’Union Européenne.
La Commission de l’Union Africaine doit avoir, de plus grandes ambitions et visions panafricaines et intégrées, pour concevoir, coordonner et faire exécuter de grands travaux et de grands chantiers communautaires de l’émergence économique pour toute l’Afrique.
En un mot comme en mille mots : La population africaine qui compte 70% de Jeunes ne peut plus s’accommoder des lenteurs, des procédures institutionnelles et bureaucratiques, qui retardent, malheureusement et indéfiniment, Notre Destin Commun Africain.
• L’Afrique doit cesser d’être des juxtapositions de pays et d’Etats, puissants et hermétiquement fermés, posés les uns à cotés des autres !
• Oui et mille fois oui : Actuellement, l’Afrique ressemble plus à un ensemble de Conglomérats de micro-Etats puissants, nationalistes et fermés…
• Comme l’Union Européenne, comme la Chine ou comme l’Inde : L’Union Africaine doit, rapidement et urgemment, devenir une vraie institution forte et performante, un grand espace d’émergence et de développement économique de toute l’Afrique ;
N’est-ce pas cela la quintessence de l’éco-diplomatie africaine ?
• Pour l’émergence économique : Voici l’Afrique que Nous voulons : Une Afrique ouverte à l’intérieur pour tous les Africains et ouverte à l’extérieur sur le Monde.
• Pour l’émergence économique : Voici l’Afrique que Nous voulons : Une Afrique de libres circulations des personnes et des marchandises, pour tous les Africains ; Comme dans la CEDEAO, Zone Afrique de l’Ouest, un Espace exemplaire et modèle d’abolition des visas, des barrières commerciales et douanières.
• Pour l’émergence économique africaine : Nous voulons une Seule Afrique intégrée, avec trois niveaux d’Institutions économiques fortes : Au niveau national, au niveau régional des cinq grandes zones géographiques (Est, Ouest, Centre, Sud et Nord) et enfin au niveau continental avec l’Union Africaine qui doit être dirigée par un Leader Africain, Femme ou Homme, Charismatique, courageux et audacieux pour rapidement et urgemment, booster et propulser, l’émergence économique africaine.








Chapitre 11

En Afrique et actuellement : Qui sont les présidents, les dirigeants et les leaders courageux, audacieux et charismatiques comme Nelson MANDELA, Félix HOUPHOUET-BOIGNY et Autres,
Pour délivrer et développer notre Continent ?

Pour conduire et réussir l’émergence économique africaine, l’Afrique a besoin de nombreux changements nouveaux, d’hommes et de femmes de grandes visions, de grandes capacités et de grandes compétences avérées.
Comme en 1960, dans les temps anciens, des années des indépendances des pays africains, en 2016 et pour vaincre les défis économiques africains de notre époque, l’Afrique a besoin du charisme de ses meilleurs fils et filles :
-L’Afrique a besoin de libérateurs, de Dirigeants et de Leaders pour vaincre les défis de la misère, de la pauvreté, du chômage des jeunes, du développement et de l’émergence économique.
-Qui sont-ils et ou sont-ils, les Présidents, les Dirigeants et les Leaders politiques panafricanistes, courageux, audacieux et charismatiques de notre temps ?
- Comme Félix HOUPHOUET-BOIGNY ?
-Comme KWAME N’KRUMA ?
-Comme Nelson MANDELA ?
-Comme Léopold S. SENGHOR ?
• Pour conduire le processus d’émergence économique continentale, l’Afrique et les Africains ont besoin de vrais Sauveurs et de vrais Visionnaires comme les « Pères-fondateurs et les illustres Héros » sus visés.
• Bien sur que cette petite liste indicative, n’est ni limitative et ni exhaustive.
• En 2016 et pour l’émergence économique : L’Afrique a urgemment besoin de « Guides, de Disciples et d’Adeptes » pour le développement économique continental, car les chantiers et les travaux d’émergence économique, ne sauraient se limiter, ni au niveau de chaque pays africain, et ni au niveau des zones géographiques, régionales africaines.
• En un mot comme en mille mots et schématiquement :
L’émergence économique africaine doit se concevoir, se construire et s’exécuter, simultanément et urgemment, à trois niveaux :
-Au niveau national pour chaque pays africain ;
-Au niveau régional pour chacune des cinq zones géographiques africaines ;
-Au niveau continental pour toute l’Afrique et pour tous les Africains.
Selon moi, pour devenir rapidement une puissance économique mondiale, l’Afrique doit être unie et intégrée dans tous les domaines ; l’Afrique doit refuser sa configuration actuelle, composée de juxtapositions de territoires nationalistes, et de conglomérats de petits pays hermétiquement fermés, fiers et orgueilleux, qui luttent, chacun à son propre niveau et individuellement, pour atteindre l’émergence économique…
Cette sorte de concurrence déloyale entre les pays africains, aux mêmes ambitions et aux mêmes intérêts, constitue certes, des bases et des fondements ponctuels de l’émergence économique ;
Mais en même temps que, se construisent les travaux et les chantiers de cette phase nécessaire, ponctuelle et préliminaire dans les Etats africains : Simultanément et rapidement, l’Afrique et les Africains ont besoin, véritablement et également, de Leadership et de Bonne Gouvernance, pour réaliser les grands travaux, projets et chantiers, dans les cinq grandes régions géographiques africaines ; mais également et évidemment, il faudra démarrer les réalisations de grands chantiers, travaux et projets à caractère continental.
Pour l’émergence économique : Nous voulons une Afrique qui doit devenir, rapidement et urgemment, une Grande Puissance Continentale, comme l’Union Européenne, comme la Chine et comme l’Inde.
L’Afrique et les Africains doivent se réveiller et sortir de leur coma profond…
Pour un milliard et deux cents millions d’Africains :
• L’Afrique et les Africains : N’ont-ils pas le droit d’avoir leur propre et unique monnaie ?
• N’ont-ils pas le droit de circuler, librement dans tous les pays africains, ici et maintenant, sans visas et sans barrières ?
• Pourquoi l’Union Africaine, nos Dirigeants et nos Leaders, ne sont-ils pas audacieux, courageux, visionnaires et charismatiques, pour agir vite et prendre les décisions adéquates pour booster et propulser le développement économique de l’Afrique ?
• Pourquoi ne pas agir maintenant, pour libérer, pour délivrer et pour développer l’Afrique, au lieu de programmer, les actes, les actions, les décisions et les agendas, de l’Union Africaine, aux années lointaines : 2050, 2060 et à 2100, etc. ?
• L’Afrique a urgemment, ici et maintenant, besoin de nouveaux visionnaires pour son émergence économique qui ne saurait être différée…
• A qui profitent les retards de l’Afrique ?