topblog Ivoire blogs

10/06/2013

Mon Livre "COTE D'IVOIRE, Bulletin de Notes d'une Dictature Avortée."



COTE D’IVOIRE :

Bulletin de Notes
D’une Dictature avortée
(Recueil de Chroniques)


Djohn TANOH- NIAMKE











Avertissement :
Ce Livre est un essai politique, au ton volontairement pimenté et très engagé, en faveur de la Renaissance de l’Houphouétisme en COTE D’IVOIRE, en Afrique et dans le Monde : En effet, fidèle à la forme journalistique de mon écriture appelée « Diplomatie Sans Frontières » dont la devise est de dire la Vérité, rien que la Vérité qui rougit les yeux, sans jamais les casser,
Moi, Djohn TANOH-NIAMKE, « donne mon témoignage et mes leçons » de la guerre postélectorale ivoirienne, avec un ton pastoral et sermon al, comme la Prédication d’un Prêtre, d’un Évêque, d’un Imam, d’un Grand Maitre, ou de tout autre Grand Guide Spirituel.
En effet et dans ma modeste vie : La Sagesse divine et la Sainte Bible m’ont essentiellement enseigné « Deux Grandes Leçons à retenir » à savoir que :
1. La Parole et l’Ecriture sont des armes, des épées à double tranchants, plus puissantes et tranchantes que les bombes atomiques, les chars, les fusils ou les canons…
2. « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu…Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. »
(Passage à lire et à méditer dans la Bible : Evangile selon Saint Jean, Chapitre 1).
Très Bonne lecture, à toutes et à tous.
L’Auteur, Djohn TANOH-NIAMKE.


Sommaire :
Dédicace au vaillant peuple de COTE D’IVOIRE
Deuxième Dédicace
Avant –propos
Préface de l’Auteur
Introduction : Lettre ouverte de l’écrivain ivoirien Tiburce KOFFI à Son Ami Laurent GBAGBO…
Chapitre 1 : La fin de l’imposture de Laurent GBAGBO
Chapitre 2 : « Boribana » pour Laurent GBAGBO
Chapitre 3 : Les raisons de la crise postélectorale ivoirienne
Chapitre 4 : COTE D’IVOIRE, la responsabilité de l’Onu et des grandes puissances est engagée
Chapitre 5 : COTE D’IVOIRE, bulletin de notes d’une dictature avortée
Chapitre 6 : Les vraies raisons de la défaite de Laurent GBAGBO
Chapitre 7 : Mes meilleurs vœux de bonne démocratie
Chapitre 8 : COTE D’IVOIRE, j’ai fait un rêve…
Chapitre 9 : Lettre ouverte adressée aux Membres du Gouvernement illégal et illégitime de Laurent GBAGBO.
Chapitre 10 : L’échec des démon-crates, des manger-crates et des voyou-crates
Chapitre 11 : Deux camps s’affrontent en COTE D’IVOIRE…
Chapitre 12 : GBAGBO emporté par l’assaut final militaire
Chapitre 13 : « FOGNON le vent » contre Laurent GBAGBO
Chapitre 14 : La déchéance et les faillites de GBAGBO
Chapitre 15 : Afrique, la fin des enfantillages idéologiques, politiques et économiques.
Chapitre 16 : COTE D’IVOIRE, la « Diplomatie Sans Frontières » d’Hamed BAKAYOKO.
Chapitre 17 : La Diplomatie Sans Frontières de Madame Hillary CLINTON.
Chapitre 18 : La Francophonie, la Sagesse divine et les incongruités des imbéciles.
Chapitre 19 : La cinquième mort du Président HOUPHOUET-BOIGNY n’aura pas lieu.
Chapitre 20 : FOLOGO et les Houphouétistes de gauche doivent revenir au RHDP.
















Dédicace
Au vaillant Peuple de COTE D’IVOIRE
Peuple de COTE D’IVOIRE : Notre Assaut Final appelé « Révolution Orange » doit continuer pour chasser rapidement le Dictateur GBAGBO et tous ses adeptes illuminés comme les membres d’une secte diaboliques.
Peuple de COTE D’IVOIRE : Aide-toi et le ciel t’aidera…Panel des Chefs d’Etats Africains mandatés par l’Union Africaine, ou pas panel, aide extérieure ou pas aide extérieure, continuons nos actions et nos combats multiformes, car les victoires sont toujours au bout des efforts…
Djohn TANOH- NIAMKE















Deuxième Dédicace à Monsieur AKA Salomon
A mon Ami et Grand-Frère AKA Salomon en particulier, et à tous les mécènes de la Culture en général :
Sachez que de même que, quelques grains de riz, de mil ou de mais, semés dans de bonnes terres et pendant les bonnes saisons, deviennent d’abondantes et multitudes nourritures pour les animaux de toutes les espèces, y compris les humains…
Sachez qu’ainsi seront-ils les fruits de vos semences financières, matérielles et morales, en faveur des œuvres culturelles en général, et au bénéfice de mes propres et modestes contributions intellectuelles en particulier.
Mille bravos, mille félicitations et mille remerciements, d’avoir participé financièrement et moralement, largement et activement, aux frais d’édition et de publication de mon présent essai politique intitulé « COTE D’IVOIRE, Bulletin de Notes d’une Dictature avortée… »









AVANT PROPOS
La Révolution Orange est en marche ! Plusieurs communes du pays sont en ébullition et la fièvre est loin de tomber malgré la répression sauvage perpétrée par les forces de défenses loyales à Laurent Gbagbo, le président sortant. Trois jours de révolte populaire et on comptabilise dix-neuf (19) morts et des dizaines de blessés. Des morts de trop, serions-nous tentés de dire ? Cette colère des ivoiriens contre l’ancien régime, vient corser l’addition de la situation sociale rendue difficile par l’asphyxie financière. Douze banques ont baissé rideau en l’espace d’une semaine. La population à bout de souffle, n’a d’autre solution que l’insurrection.
Les ivoiriens sont en train de pousser inexorablement Laurent Gbagbo vers la porte de sortie.
A la résidence présidentielle de Cocody où est retranché l’ancien Président, ce n’est plus la sérénité malgré les quelques moments de plaisirs que les locataires de ce lieu s’offrent. L’ex-Président Laurent Gbagbo est en difficulté et a le dos au mur. Ses jours au Palais présidentiel sont comptés.
Qui pourra donc sauver le ‘‘Soldat Gbagbo’’ ?
« Ne vous-y trompez pas, nous sommes dans une situation de non retour ou la seule alternative sera le départ de Gbagbo », avance un diplomate africain proche du panel des chefs de l’Etat de l’UA. Un avis partagé par l’ex- patron de la Banque Mondiale Serge Michael Loft qui souligne : «… Avec la fermeture des banque et le trafic bloqué dans les ports Laurent Gbagbo à le dort au mûr. Il lui sera difficile de s’en sortir ».
Les chefs d’Etats qui composent ce panel, sont depuis lundi sur les bords de la lagune Ebrié pour faire connaître leurs décisions ‘‘ contraignantes’’.
Les propositions du panel :
Là, il n’y aura aucun miracle à espérer pour Laurent Gbagbo. Blaise Compaoré, Jacob Zuma, Jikaka Kiwete, Mohamed Ould Abdel Aziz, Idriss Dedy Itno après leur conclave de dimanche à Nouakchott, se sont accordés : L’élection du président Alassane Ouattara est réaffirmée.
Quant à Laurent Gbagbo, plusieurs scénarii sont avancés par les émissaires de l’UA pour lui assurer une sortie on ne peut plus honorable.
Le statut d’ancien chef d’Etat et une possibilité d’amnistie. Mais Laurent Gbagbo aura-t-il la dose d’humilité nécessaire et de la sagesse pour se soumettre à ces propositions contraignantes ? Rien n’est sûr, mais en tout état de cause, l’ex-président n’a pas le choix, l’étau se resserre sur lui et ses marges de manœuvres pour se maintenir longtemps sur le fauteuil présidentiel qu’il a perdu dans les urnes sont minces.

La force de la révolution et de la fonction dans l’armée :
La révolution ivoirienne à l’instar de celle du ‘’Jasmin’’ en Tunisie et celle de la place Tahari en Egypte, commence à faire ses effets.
Certes, la révolution Orange a connu un début timide, mais 72 heures après, la mayonnaise semble avoir pris. Elle n’échappe pas à la répression, mais elle ne faiblit pas pour autant : Chaque jour qui passe, la fièvre s’empare des différentes villes. Après Abobo, Treichville, Koumassi, les communes Yamoussoukro, Daloa, Odienné, Abengourou sont entrées en scène.
Si dans les premières localités suscitées les répressions furent violentes du fait des miliciens de Gbagbo, dans les autres communes, la révolte des populations contre l’ancien régime de Gbagbo a été encadrée par les forces de défenses et de sécurité. Ce qui laisse à croire que les lignes ont véritablement bougé dans l’armée ivoirienne.
A la suite du ralliement du grand stratège de l’armée, le Capitaine Allah au camp du Président élu Alassane Ouattara, ce sont plusieurs unités des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) qui se prépareraient à rejoindre la légalité : Une information que le Premier ministre Guillaume Soro n’a pas manqué de révéler lors de sa rencontre le week-end dernier avec les autorités administratives et coutumières de la région de la Vallée de Bandama. « Il y a encore les 63% des Forces Armées Nationales de COTE D’IVOIRE (Fanci) qui nous appellent… ».Outre cela, c’est la rue qui pourra à coup sûr faire partir l’ex-Président Laurent Gbagbo, comme ses homologues Ben Ali et Hosni Moubarak.
Les signes de cette chute se font de plus en plus perceptibles.
Derniers instants d’un régime : Combien de temps reste t-il au camp Gbagbo a passer au pouvoir ?
Bien malin celui qui répondra à cette interrogation… L’allure des évènements donne de croire que Laurent GBAGBO, le Machiavel des Lagunes est aux abois.
La révolte populaire ajoutée à l’asphyxie financière, le cocktail est plein pour faire partir Laurent Gbagbo… Et les ivoiriens entendent maintenir la pression jusqu’au départ de Gbagbo…Et cette révolte populaire payera. Les jours s’annoncent donc sombres pour l’ancien locataire du Palais présidentiel d’Abidjan, qui d’un moment à l’autre, va dire adieu à ses bureaux feutrés du Plateau.
Auteur : BAKASSIEN (Source = Article publié dans le Journal ivoirien « le Mandat » du 23/02/2011)




PREFACE DE L’AUTEUR

Aujourd’hui, en 2011, l’Afrique compte déjà plus d’un milliard d’habitants. Les études et projections les plus sérieuses nous enseignent qu’en l’an 2050, c'est-à-dire dans seulement trente neuf(39) petites années, les limites de la population africaine, oscilleront entre un milliard huit cents millions(1.800.000.000) et deux milliards (2.000.000.000) d’hommes et de femmes qui seront heureusement, pour la plus part, des personnes très bien éclairées aux sens propres comme aux sens figurés :
Quelles merveilles et quelles richesses potentielles, entre autres choses, en termes économiques de production et de consommation !
Selon moi, à cette future et proche date, nous aurons une idée très claire du « top dix des pays africains développés », sur la cinquantaine des états africains.
J’ai la foi et l’intime conviction que mon beau pays, la république de COTE D’IVOIRE, pays actuellement en crise depuis une très longue dizaine d'années, pris en otage par des « Fous du Pouvoir » et qui est actuellement la risée mondiale, peut valablement figurer dans cette liste des nations-locomotives africaines du « top dix africain de 2050 ».
C’est pour cette noble cause que je me bats, depuis plus de dix ans, contre les imbéciles et les fous du pouvoir :
Tel est, également, l’un des sens, entre autres choses, de mon ardeur, de mon assiduité et de mon engagement zélé, à publier de nombreuses contributions, essais, chroniques, livres et autres œuvres culturelles, en vue de la sensibilisation des ivoiriens, des africains, des leaders et des gestionnaires africains, pour des prises de conscience rapides, aux sujets des seuls et vrais enjeux de notre époque, de notre avenir et de notre destin communs : La liberté, la paix, la démocratie, la bonne gouvernance et le développement économique :
En un mot comme en mille, toutes mes publications sont presque, des cris de mon cœur qui saigne, face aux crises intempestives, incongrues, saugrenues et imbéciles qui retardent stérilement, malheureusement et mortellement, la COTE D’IVOIRE et l’Afrique....
Face à la naïveté, à l’insouciance, à l’ignorance, à la dictature, aux milices, aux nationalismes, aux africanismes, aux patriotismes extrémistes et exacerbés, aux manipulations, aux mensonges et aux slogans politiques stériles, aux rébellions et aux coups d’état imbéciles, etc., (la liste est encore très longue…) :
Moi, j’ai choisi de combattre ces maux avec mes mots :
Avec ma plume et ma voix,
Avec mes paroles et mon écriture très engagée et pimentée !
Là ou, les uns ont pris des fusils et des épées,
Là ou, les autres ont pris des chars et des missiles!
• Après mes précédents essais, parmi lesquels :
« COTE D’IVOIRE, la guerre des imbéciles »,
« COTE D’IVOIRE, Cahier d’un retour à la Case-Départ »,
• Après mes nombreuses contributions et chroniques, sur internet, dans des journaux et revues :
Ce livre-ci : « COTE D’IVOIRE, Bulletin de notes d’une dictature avortée», est également un vrai cri de mon cœur qui saigne et une invitation adressée d’une manière générale à l’AFRIQUE, et particulièrement à la COTE D’IVOIRE, aux ivoiriens et aux ivoiriennes, en vue de cesser d’être des instruments stériles et imbéciles, du très grand retard et du sous-développement de la COTE D’IVOIRE et de l’AFRIQUE.
« Le Monde évolue rapidement et change, seuls les imbéciles ne changent pas ! »
Ne dit-on pas que les répétitions sont pédagogiques ?
Enfin, selon moi, tout Pays, tout Etat, tous les régimes économiques et politiques africains, liberticides, dictatoriaux et stériles (comme Celui de Laurent GBAGBO, pendant ces dix dernières années en COTE D’IVOIRE), qui n’apportent pas de partages de richesses, la prospérité économique et le développement, à tout le peuple dans son ensemble :
Ces régimes-là, dis-je, sont des régimes des fous du Pouvoir….Vivement leur fin et leur adieu !
Places à de nouveaux leaders, gestionnaires et compétences, afin que, maintenant et au travail,
Pour qu’en l’an 2050, l’Afrique soit développée et que la COTE D’IVOIRE soit un Pays émergent, riche, prospère et développé…
La vie, n’est-elle pas, une succession de saisons et de générations ? Pourquoi s’accrocher au Pouvoir suprême ivoirien ou ailleurs en AFRIQUE, si c’est pour semer des déchets toxiques, des escadrons de la mort, de la corruption, de la dictature, de la misère, de la pauvreté, de la haine, de la xénophobie, des milices et des patriotismes extrémistes, sanguinaires, violents et stériles ?
Selon moi, tout Pouvoir Suprême qui produit de tels actes nocifs, honteux, humiliants, égoïstes et imbéciles, doit être chassé, sans ménagement, par le peuple !
Après plus de cinquante(50) ans d’indépendances africaines :
C’est malhonnête, diabolique et suicidaire de continuer d’accuser les ex-colonisateurs et des complots extérieurs...
Les nouveaux colonisateurs, ne sont-ils pas tous ces africains, fous du pouvoir, dictateurs et voleurs, qu’il nous faut, nous débarrasser très rapidement pour pouvoir prospérer et nous développer ?
La Vérité s’appelle Dieu et elle rougit seulement les yeux, sans jamais les casser…
L’Auteur : Djohn TANOH NIAMKE












INTRODUCTION

Lettre ouverte de l’écrivain ivoirien, Tiburce KOFFI, à son Ami le Président Laurent GBAGBO…
Une lettre ouverte à ton attention, mon cher Laurent. Et je suis certain, aujourd'hui, que ce ne sera pas la dernière; car la dernière aura pour thème principal le commentaire du bilan de ton règne ou plus précisément la fin de régime. Ton règne : ces crimes de tous ordres (économique, éthique, environnemental, politique et surtout humain) qui l'auront marqué. Ton règne ; cette régence affreuse et traumatisante. C'est donc ce commentaire-là que je me ferai le plaisir de faire.
Pour l'heure, je t'écris aujourd'hui cette lettre pour t'informer de ce que tes Services de renseignements (ou ce qu'il en reste) n'ont pu te dire auparavant et que tu as dû savoir depuis, par la presse: mon départ ou plutôt ma fuite de la Côte d'Ivoire. Tu comprends que je ne pouvais tout de même pas pousser l'outrecuidance jusqu'à aller te dire ''au revoir'' en partant, ni même à te donner un coup de fil ''amical''! Et je devine, d'ici, combien tu dois être furieux contre les tueurs que tu as engagés pour ''en finir avec moi'' ; furieux pour m'avoir ''permis'' de quitter le pays. Mais qu'est-ce que tu crois, mon cher Laurent, même les assassins les plus endurcis ont parfois des moments de doute, de remise en cause de leur sale besogne.
On ne tue pas avec la même indifférence qu'on afficherait pour un obscur manifestant d'Abobo, un écrivain, un artiste connu et reconnu des siens.
Eh oui, Laurent, je compte aussi des ''soutiens'' de taille au pays, et même au sein de ton armée de criminels! Quelques-uns d'entre eux sont même restés des fans; ils m'ont informé du péril et, grâce aux soutiens de tous, j'ai pu sortir du pays.
Ne compte pas sur moi pour te dire leurs noms ! Tout de même, Laurent !
Mon ami Venance, tu as dû l'apprendre aussi, m'a précédé dans la fuite, dès la première alarme - lui aussi a failli se faire enlever par le CECOS. Moi, je n'avais pas voulu céder à la panique, et j'avais voulu rester sur place, pour combattre ton régime d'assassins et de criminels sans honneur. Fuir le pays, échapper à la bave de ta milice assassine, me mettre à l'abri, sauver ma peau, cela peut se concevoir. Mais comment partir, seul, et laisser au pays les miens - mes frères et sœurs, mon père malade, mes amis (es), tous ces êtres chers qui vivent au quotidien la fournaise de ton régime de terreur?
La fuite a toujours un goût amer : Le goût de la panique, de la peur, de la lâcheté surtout.
Non, il m'était impossible de partir ; impossible, malgré la pression alentour, malgré les alertes (de certains flics ''gentils'' parmi les Renseignements généraux).
Depuis quelques temps, il me fut impossible de dormir deux fois de suite au même endroit, sans être tiré de mon sommeil par une alerte :
« Tiburce, sors vite du quartier ; des gens suspects sont en train d'entourer les lieux. »
Combien de fois n'avais-je pas dû m'éclipser de tel endroit devenu dangereux ?
Finalement, je me suis résolu à quitter le pays, Laurent, malgré moi, parce que, comme disent les Baoulé : « A sassa houn ti man srê » - La prudence n'est pas de la peur…
Alors je suis parti de chez moi, de mon pays, une nuit de début d'harmattan. J'ai écouté pour une dernière fois le chant des grillons dessous la fenêtre de ma chambre - un réflexe de poète.
J'ai regardé le quartier, les maquis alentour, les silhouettes de quelques habitants qui ne savent pas la tragédie quotidienne que je vis, les rues sales et puantes de la cité; j'ai écouté, distrait, le bruit assourdissant de la musique d'un mauvais tube zouglou, et toutes ces pestilences sonores qui disent la déchéance d'un peuple, mon peuple ; un peuple hier encore si civilisé, si respecté en Afrique; un peuple devenu invivable, impossible et désespéré par l'action nocive d'un brigand politique nommé Gbagbo Laurent.
[Te le dire clairement]
Non, Laurent, finie, bel et bien l'élégance des mots, avec toi. Et je m'en vais te le dire crûment: Regarde-toi, Laurent, regarde ce que tu es devenu: Un pauvre roitelet nègre pris au piège du vertige du trône; un homme qui n'est plus un homme, mais une bête politique guidée par son instinct (celui de la conservation du pouvoir par la force) et aussi par de sombres individus accrochés aux privilèges (financiers) que tu leur as accordés, en récompense de leur servilité bestiale.
J'ai dit « Laurent, regarde ce que tu es devenu ». Mais peut-être que je me trompe (encore) sur ton compte (comme je me suis souvent trompé dans ma vie, à propos de mes amitiés) ; car je comprends, aujourd'hui, qu'en fait, tu n'es pas ‘‘devenu’’. Tu te révèles. Enfin !
Tu te découvres ou plutôt je te découvre.

Mon ami Alex Kipré m'a souvent dit : « Tiburce, les gens se trompent. Ni l'argent ni le pouvoir ne transforment réellement l'homme. Ils ne font que révéler l'homme ».
Et mon ami d'ajouter : « Gbagbo est comme ça, il était comme ça et il a toujours été comme ça avant même d'arriver au pouvoir ; c'est toi, Tiburce, qui ne s'en était pas aperçu ; et tu viens maintenant de le découvrir. Voilà ton problème avec Gbagbo ».
Un autre jour, il m'a dit ceci: « Moi, je ne suis pas déçu de Gbagbo, parce que je n'attendais rien de lui; je savais qu'il ne pouvait pas diriger un pays, surtout un pays comme la Côte d'Ivoire ». Tiens, Laurent, Alex Kipré m'a raconté une anecdote que j'avais trouvée amusante en son temps, mais qui m'éclaire aujourd'hui sur ta véritable nature:
Quelque part dans un village, ou dans un quartier d'Abidjan ou de Gagnoa (qu'importe le lieu), un match de football auquel tu participais.
Ton équipe a été battue en finale. Au moment de la remise de la coupe, surprenant tout le monde (public et joueurs), tu t'es emparé du trophée et tu as pris la fuite avec le gain du match ! ». Sidérant !
Vois donc, Laurent, comme te poursuis ton passé ; ce passé sombre, ténébreux, brouillon et agité. Un passé sans élégance éducationnelle, sans repère éthique, sans esprit ''fair play''.

Quand, ce soir du 03 décembre, tu as refusé de reconnaître la victoire méritée de M. Ouattara, ce n'est pas l'ex-chef d'Etat (que tu étais désormais devenu) qui agissait; c'est cette enfance trouble et troublée qui avait resurgi du fond de ton histoire farouche et tragique d'enfant de la rue, d'enfant mal-aimé; cette histoire que tu tenais tant à réécrire, à modifier, en donnant une autre trajectoire à ton destin.
Alors, tu décidas de ''devenir quelqu'un''.
Devenir quelqu'un ! Ce n'est pas un délit, c'est même une qualité. Mais quel type d'homme devenir? Poète, sportif, savant, commerçant ?
Il y existe tant et tant de métiers, Laurent.
Mais tu décidas, très tôt (tu m'as dit que tu étais alors en classe de 4è), de devenir Président de la République !
Alors, tu fis de la politique un métier !
Président de la République ! Ce fut ton rêve ultime, ton fantasme, ton obsession ; et cela, depuis l'adolescence.
Quand tu devins chef de l'Etat à 55 ans, ce fut, pour toi, la concrétisation d'un long rêve, la sortie d'un long tunnel !

T'en souviens-tu, Laurent, tu as dit un jour au Maître (Bernard Zadi), que tu voulais entrer dans l'Histoire.
Te rappelles-tu aussi la réponse, sage et intelligente que le Maître t'avait donnée?
Je te la rappelle :
« L'essentiel n'est pas d'entrer dans l'Histoire, Laurent, mais de savoir par quelle porte on y entre, et par laquelle on en sortira ».
Il y a de cela deux ans, j'ai lu un discours ahurissant d'Abdouramane Sangaré (un autre de tes serviteurs) te faisant des louanges inouïes. Dans ce discours de griot mal inspiré d'un autre âge, il disait que la guerre était l'acte suprême par lequel les hommes affirmaient leur valeur, leur grandeur; et que, de ce point de vue, tu étais désormais entré dans l'Histoire, car tu étais un homme de grande de valeur pour avoir fait la guerre!
Inouï!!!
Entrer dans l'Histoire! Très bien Laurent.
Mais était-il nécessaire d'y entrer en faisant tant d'histoires à ce peuple qui ne demandait qu'à vivre sagement?
Tu as réussi, Laurent. Chapeau, Maître de l'Apocalypse !
Entrer dans l'Histoire ! Oui, Laurent, tu peux à présent te vanter d'y être vraiment entré.
Mais, et encore une fois, la question cruciale du Maître: Par quelle porte y es-tu entré ? Tu en sais la réponse: Par la porte de l'intrigue, du complot, de la violence verbale et physique, du mensonge, de la roublardise, de la traîtrise, du crime, du sang, et, comble de l'horreur, de la guerre!
Et ce n'est pas fini, Laurent; ce n'est pas fini, car la grande question demeure: Comment finiras-tu? Comment finira cette grave tourmente que tu as jetée sur notre peuple naguère si taquin, si paisible, si fantaisiste, si généreux en discipline et en sagesse ?
Tu as perverti la jeunesse, tu as réussi à abrutir la couche la plus prometteuse de toute société qui veut se donner de réelles ambitions d'émergence et d'affirmation de soi.
Tu as troqué le grand rêve ''houphouétien'' de la construction d'une nation forte et productive, pour l'affirmation de ton étoile personnelle, égoïste et mesquine.
Tu as décidé de supprimer de ta vie tout ce qui, de près ou de loin, correspond à l'éthique ou rappelle l'éthique. Mais dis-moi, Laurent: Comment fais-tu pour encore continuer de vivre avec toutes ces immondices puantes sur les pages rouge-sang de ton affreuse biographie? Comment peut-on vivre avec tant de sang sur les mains? Comment peut-on rire, tenir des discours à la télévision, et à longueur de journées, après avoir fait supprimer des vies humaines? N'entends-tu pas les cris de détresse des suppliciés d'Abobo, d'Anyama, de Koumassi, de Vridi, les nuits de crimes insalubres et insupportables? Comment fais-tu pour vivre, quand tu sais la vie que ta milice a volée aux autres ? Ces autres dont le seul crime a été de ne pas penser comme toi, de ne pas voir la vie comme tu la vois?
Mais surtout, comment as-tu pu tolérer que tes criminels aient décidé de me tuer, moi, l'ami?
Oui, Laurent, l'ami. C'est toi qui a dit à ce peuple, et en direct de la télé, que je suis ton ami.
Mais redis-le moi donc: Comment peut-on commanditer l'assassinat d'un ami ? Tu es un Bété, Laurent, un Bété; et je sais, moi, pour avoir été accueilli, élevé, formé et structuré par des Bété, ce qu'est l'amitié chez ce peuple si gentil: Une valeur sacrée, la plus grande des valeurs, même. Comment donc as-tu fait pour te laisser aveugler par le pouvoir, au point de cracher sur cette valeur suprême que les Bété ont toujours su cultiver à travers le Temps ?
Tu as tenté de faire assassiner le Professeur Maurice Guikahuié, un cardiologue, l'homme qui soigne le cœur des hommes, le cœur par lequel la vie est possible.
Tu as fait assassiner le médecin Dakoury, coupable à tes yeux, d'avoir soigné des rebelles dès les premières heures de cette rébellion qui n'a pas encore fini de nous révéler ses secrets d'alcôve.
Tu as tenté de faire tuer Marcel Zadi Kessy. Quelle aide cet homme si généreux et si aimable ne t'avait-il pas pourtant apportée dans ta période de galère, où, fauché comme un chômeur endurci, tu portais des chemises sales, débraillé comme tu l'étais?
Laurent, que signifie cette ingratitude, cette grave altération de ta mémoire si fragile, si mesquine?
Ingratitude, ingratitude, fuite de la mémoire.
Maudit soit celui qui tue ou fait tuer le Médecin ! Maudit, mille et trente fois maudit soit celui qui cherche à faire tuer l'artiste.
[Peur sur la cité]
Peur, peur et peur sur la cité, Laurent.
Froid aussi. Nous avons froid. La Côte d'Ivoire a froid. Nos lunes sont froides, nos soleils ont froid. J'ai, moi aussi froid, dans cet hiver parisien où, méchamment grippé, je n'arrive même pas à dormir.
Ah! Laurent, toi-plus-que-peste et lèpre de Kogodékro le village des ''kokoyés'' (lépreux) de Côte d'Ivoire.
Laurent, pourquoi tuer ne te fait-il pas peur ? Pourquoi ôtes-tu la vie aux autres, cette vie qui ne t'appartient pas et que tu supprimes avec tant de facilité, comme un écrivain supprimerait de son texte un encombrant point-virgule?
Ecrivain, et surtout auteur dramatique (tragédien plus précisément), il m'arrive même de pleurer, au cours de mes nuits d'écriture, lorsque je mène à la mort un de mes héros entêtés!
Comment fais-tu, toi, pour TUER de vraies vies, tuer des êtres humains, et parvenir encore à rire, à manger, à copuler surtout avec tes mille et une amantes de la lagune ébrié ?
Cette lagune puante, morte, sale et malpropre, de cette saleté qui a pourri le cœur de ton régime et de tes milices au cœur mauvais comme « ko n'dou samlan » - un savon noir contenant de la potasse?
Laurent, comment fais-tu pour encore caresser le corps d'une femme, quand tu as fini de faire tuer les enfants de ton pays?
Ah, Laurent, vois comme tu m'affliges !
Et je me sens humilié (à cause de l'amitié que j'avais pour toi) chaque jour que la presse me renvoie les échos morbides des crimes de tes milices sauvages et cruelles.

La devise de ce beau pays d'hier est: Union, discipline, travail! Tu nous as désunis, tu nous as rendus indisciplinés et fainéants.
Ton règne n'est plus, désormais, qu'un sombre exercice de la violence, une agitation permanente du spectre de la terreur et de la mort.
Mort. Mort et morts….
Ces morts qui parsèment ton parcours.
Le silence est mort, le jour est mort, la tranquillité est morte, la lagune, cette lagune ébrié est, elle aussi, morte.
La mort de cette lagune est tout un symbole, Laurent: L'eau est le siège de la vie. C'est toute une population diverse et diversifiée qui vivait dans cette lagune: crocodiles, poissons, grenouilles et crapauds, alevins, serpents d'eau, etc. ; en somme, la VIE.
Tu as tué aussi cette lagune, Laurent. Même la lagune, tu l'as tuée.
Combien de crimes te faudrait-il signer pour éteindre cette tornade de feu et de passions qui t'habite et te ruine, fils de Mama-le-hameau-anonyme d'hier ?
Quoi ? Laurent ? Tu as lu tous ces livres (que j'ai lus), tous ces poèmes que tu as écrits (j'en ai écrits aussi), tu as pratiqué la musique (comme moi - et je continue de la pratiquer), tu as lu la Bible, tu es un chrétien (comme je le fus), tu as pratiqué le sport (je continue d'en faire), tu as aimé toutes ces femmes (on partage ce même ''vice'' délicieux), tu as fait toutes ces choses-là, pour te retrouver comme cela, aujourd'hui ? Conspué à travers le Monde, désavoué, disqualifié ! Ridicule! Mais regarde-toi donc, Laurent, dans une glace, et découvre l'immensité de l'horreur que tu as semée dans la cité.
[La danse maléfique de Simone]
Je continue de te le dire : « Regarde-toi dans une glace, Laurent ». Choisis un moment particulier, de préférence, tard dans la nuit.
La nuit où tout, les êtres et les choses, donnent du répit à leurs âmes et leurs corps fatigués de la pesanteur du quotidien. Regarde-toi, Laurent, et vois ce qu'est devenu ce pays sous ton règne:
La radio, la télévision, Fraternité Matin, tous ces médias d'Etat que tu as soumis au dictat de ton obscure passion: Le pouvoir!
« J'y suis, j'y reste », as-tu dit récemment dans un numéro de « Jeune Afrique ».
Le slogan de ta campagne était: « On gagne ou on gagne ».
Le message était clair: pas d'alternative, je conserverai le pouvoir. Laurent, tu nous avais pourtant dit : « Donnez-moi le pouvoir afin que je vous le rende ».
Hier, nous t'avons donné le pouvoir. Aujourd'hui, dix ans après, nous avons décidé de te le reprendre pour le confier à une autre personne. Le pouvoir ne t'appartient pas. Pourquoi refuses-tu de partir ?

Laurent, tu sais très bien que ''ton'' Yao-Ndré ne peut pas choisir le Président de notre République à notre place; tu sais très bien qu'il n'a pas le droit d'effacer nos voix pour te ''décréter'' Président de la République; tu sais très bien que tu as perdu cette présidentielle que tu ne pouvais, de toute façon, pas gagner….
Ce n'est qu'une question de bon sens: Tu ne peux pas espérer remporter une consultation électorale de cette envergure en ne comptant que sur la défection (en ta faveur) des militants de tes adversaires !!!
C'est insensé comme calcul, Laurent. Comme piètres sont tes Conseillers ! Laurent, je te le dis, j'ai mené campagne pour Ouattara à Marcory, Zone 4, Koumassi et dans le pays baoulé.
Ce pays baoulé, parlons-en.
Comment as-tu fait pour croire un seul instant que les Baoulé allaient te donner leurs voix, toi qui n'as fait que pourfendre ce groupe ethnique tout au long de ton ministère d'opposant clandestin où tu répandais le venin de ta haine contre eux?
Les Baoulé, ce groupe ethnique que tu avais toujours estimé coupable des ''fautes'' d'Houphouët le baoulé ?
Comment as-tu fait pour croire que ces Baoulé-là allaient te donner leur suffrage, toi qui as offensé Houphouët, humilié Bédié et Banny, trois figures politiques, trois symboles de la grandeur de ce peuple ?
Houphouët n'a jamais été aimé dans le guébié, Laurent, et tu sais pourquoi: Chaque groupe humain a une culture de la mémoire collective.
Et elle est rancunière, cette mémoire…
Dommage que le professeur d'Histoire que tu es, n'aies pu comprendre cette donne si simple.
Et tous ces conseillers baoulé qui te mentaient, te trompaient, parce que tu payes bien les illusions que l'on te vend. Et tous ces conseillers originaires du Nord qui ont abusé de toi, parce que tu as de l'argent - cette immense fortune volée sur les fonds du Trésor public ivoirien. Cette fortune que tu distribues aux ''petits'' blancs (Guy Laberti et consorts) et même aux ''vieux'' blancs (Vergès, Roland Dumas et consorts) qui viennent te ''blaguer'', parce qu'ils savent que, comme tout mauvais nègre, tu n'aimes que tous ceux-là qui te promettent le pouvoir et protègent ton règne sanglant.

Laurent, j'ai vu sur le Net, Simone - ton âme damnée -, se livrer, comme une sorcière les nuits de cabale, à une insolite danse. Eh oui, elle a dansé, Simone au cœur de mâle farouche.
Et j'ai vu ses mains fortes et robustes; et j'ai vu son sourire (ou plutôt le rictus qui lui sert de sourire); mais j'ai surtout vu ses dents. Blanches, très blanches qu'elles sont, ces dents. Et la couleur de ces dents faisait un contraste frappant avec le teint noir mât de sa peau. Et elle dansait, Simone de Moosou; elle dansait, ivre de pouvoir usurpé.

Danse de la mort et du sang des crucifiés d'Abobo-la-misère!
Elle danse, Simone!
Danse impudique
Danse maléfique
Elle danse, danse, danse !!!
Les sorciers ont avalé nos jours de quiétude
Et elle danse, Simone-la-femme-vaudou, plus redoutable que serpent de Bouna!
Les criminels ont piégé nos rues sales d'Abidjan
Et elle danse, Simone-la-femme-buffle des contes mauvais
Quelque part, à Abobo, une famille pleure la mort de Sidi
Quelque part, à Anyama, une autre pleure la mort de Kwaku
Le pays est encerclé par la mort
Mon pays est traumatisé par le spectre de la mort
La mort qui plane, la mort qui murmure
Et elle danse, danse, Simone-la-terreur!
La danse-fauve et rapace des voleurs d'âme
Elle danse, Simone, de joie perfide et canaille
Elle danse la danse du démon !...

Ah, peuple mien, qu'es-tu devenu ? Qui nous délivrera de ce mal, de cette terreur soudaine et rampante qui nous a si mal trans-formés, si pervertis? Qui nous délivrera de Gbagbo-la-foudre ?
Laurent, je te le dis: si après avoir lu cette lettre ouverte (et je sais que tu me lis), tu permets (encore) à tes gens en armes de tirer sur un enfant, un seul enfant de ce pays, c'est que tu n'es plus un être humain:
Tu es devenu un débris d'Homme, un résidu d'ETRE. Et, sache-le, mon cri de fureur te poursuivra jusques aux mille coins du Monde. Tiens-le toi pour dit, Laurent. Tiens-le toi pour dit. Les écrivains ne parlent pas à la légère.
Paris, le 31 janvier 2011, Tiburce Koffi, Ecrivain.














Chapitre 1
La fin de l’imposture de Laurent GBAGBO
Et de sa minorité présidentielle.
Selon mon analyse de la situation actuelle en république de COTE D’IVOIRE, nous sommes, véritablement, dans les temps de la fin du régime de l’imposture de Laurent GBAGBO et de sa minorité présidentielle :
De gré ou de force, mort ou vivant, le président de la république sortant, Laurent GBAGBO, quittera le pouvoir ivoirien en ce mois de décembre 2010 (ou très prochainement), dans le sang, la violence, la confusion et la calamité, comme il est arrivé en octobre 2000, en enjambant les corps inertes d’une centaine de morts jonchant, par-ci, par-là, les rues d’Abidjan: Telle semble être l’option définitive que son camp minoritaire et lui-même auraient choisie.
C’est dommage pour la démocratie ivoirienne qui était si bien partie !
En effet, de nos jours, aucun pays, si prospère soit-il, ne peut fonctionner avec deux présidents de la république, deux premiers ministres, deux gouvernements comme la situation actuelle de blocage ivoirien, volontairement orchestrée par Laurent GBAGBO, qui a été largement défait dans les urnes électorales, et qui voudrait usurper le pouvoir suprême par la force et dans la dictature militaro civile, pour se maintenir injustement à la tête de ce pays, la république de COTE D’IVOIRE : C’est un mauvais cas et exemple de démocratie qui ne saurait prospérer, à cause du hold-up électoral de Laurent GBAGBO et de son camp, qui battus honteusement à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, par Alassane Dramane OUATTARA, refusent de céder et de quitter le pouvoir suprême ivoirien, refusant de respecter les règles de la démocratie, en voulant forcer leur destin pour installer une dictature militaro civile en COTE D’IVOIRE :
Pire, joignant leurs actes à leurs intentions et paroles, ils ont rapidement et précipitamment, et dans la défiance mondiale des appels d’OBAMA, SARKOZY, etc., mis en place des institutions illégales parallèles, pour empêcher OUTTARA, le président démocratiquement élu d’exercer les prérogatives du pouvoir suprême, dues à son rang de nouveau Chef d’Etat ivoirien.
Après deux semaines d’attente, de confusion, de négociation de réflexions, et sans aucune solution concrète,
Le Président élu, Monsieur OUATTARA et les siens ont décidé, enfin, de « répondre aux insensés selon leur folie », en décidant de récupérer, par tous les moyens y compris militaires, l’effectivité et la totalité du pouvoir suprême ivoirien que Laurent GBAGBO voudrait leur arracher, confisquer frauduleusement, par la terreur des milices patriotiques et militaires.
En un mot comme en mille, par les fautes et responsabilité de Laurent GBAGBO et des siens, le Président ivoirien démocratiquement élu, devrait utiliser, certainement contre son gré, « la force face à la force », pour pouvoir installer l’effectivité de son pouvoir suprême.
Le Président Alassane Dramane OUATTARA, mis devant le fait accompli, n’a pas d’autres choix que d’utiliser les Forces Militaires :Selon moi, directement ou indirectement : l’ONU, les USA, la France, toutes les Grandes Puissances, l’Union Africaine, la CEDEAO, tous les Pays Africains et Organisations internationales, qui ont déjà salué, reconnu et appuyé la victoire démocratique de Dramane OUATTARA, devraient également s’engager militairement, d’une manière ou d’une autre, pour rétablir l’ordre et dégager les adeptes de la dictature, de la roublardise et de la ruse en COTE D’IVOIRE :
En effet, après tant d’efforts et d’engagements, il serait incongru, saugrenu et presque imbécile, de faire marches- arrière, au niveau international, en laissant la dictature militaro- civile s’installer dans la terreur en COTE D’IVOIRE…
Les ivoiriens sont déjà avertis et prêts qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser les œufs :Ils savent également que la démocratie et le développement ont un prix fort qu’il leur faut absolument payer…
Les ivoiriens sont également connaisseurs que, de nos jours, grâce à la mondialisation, la terre est un grand village planétaire qui n’a plus besoin de dictature :
Et que, par ces temps nouveaux de bonnes gouvernances institutionnelles, financières et économiques mondiales, Laurent GBAGBO et les siens risquent très gros, en se mettant à dos : Barack OBAMA, Nicolas SARKOZY, l’ONU, l’Union Africaine, la CEDEAO, et presque tous les Pays du Monde…
Le Président de la République élu, Alassane Dramane OUATTARA, gagnera certainement cette bataille, car il a déjà des moyens militaires énormes sur place, grâce aux Forces Nouvelles(FN) de son Premier Ministre SORO et aux ralliements de la plupart des Officiers et Soldats des Forces de Défense et Sécurité ivoiriennes qui se font dans le secret et dans le silence…
D’une manière générale, et partout dans le Monde, au lieu de s’entretuer bêtement entre eux, pour des causes perdues d’avance, les Officiers, les Soldats et les Militaires sont très solidaires entre eux, pour comprendre, chasser et combattre leurs ennemis communs, les imposteurs et leurs dictateurs…
Ne pas le savoir et compter sur eux, pour se maintenir injustement et frauduleusement au Pouvoir Suprême, c’est faire preuve d’imbécilité !
En conclusion, je dirais qu’actuellement en COTE D’IVOIRE, et dans les prochains jours, avant la fin de décembre 2010, des heures chaudes s’annoncent Par césarienne ou par voie basse, la paix, la démocratie et le développement sont déjà en route et vont être accouchés, avec l’élection présidentielle d’Alassane Dramane OUATTARA.
Ce dernier et les siens devraient hausser et durcir leurs tons, positions et actes, y compris militaires, en vue de récupérer rapidement leur Pouvoir Suprême en usurpation par Laurent GBAGBO et son camp minoritaire :
-Ils ont le soutien et la caution des Ivoiriens et du monde entier…
-De toutes les façons, il n’y a qu’une seule place de président de la république de COTE D’IVOIRE que « le plus fort » occupera !
Légitiment et légalement, Alassane Dramane OUATTARRA, est le nouveau Président de la République de COTE D’IVOIRE.
Tous les ivoiriens, qui ne sont pas bêtes, y compris les militaires en sont déjà conscients et avertis :
Il ne reste qu’une poignée d’adeptes (militaires et civils) de Laurent GBAGBO, des apprentis sorciers, adeptes de bals des ténèbres de la mort, de la dictature, des patriotismes et socialismes violents :Le Président OUATTARA doit impérativement, rapidement continuer à mettre les pressions, y compris militaires, sur ces vautours pour récupérer rapidement son Pouvoir suprême, et mettre définitivement fin à l’imposture de Laurent GBAGBO qui a déjà trompé, une partie du peuple ivoirien trop longtemps, mais qui ne pourra plus jamais tromper toute la COTE D’IVOIRE et le Monde entier, tout le temps….

Chapitre 2
Boribana (fin de course) pour Laurent GBAGBO, le mauvais boulanger politique de COTE D’IVOIRE.
Une des caractéristiques de mon engagement culturel sur internet, c’est d’apporter de nombreuses et variées richesses littéraires et linguistiques, surtout, ivoiriennes et africaines, au rendez-vous de la francophonie, de la francophilie et du nouveau partenariat Afrique-France :
Selon moi, quand nous, qui aimons la France et sa langue, le français qui est aussi notre propre langue, n’en déplaise aux intellectuels et militants extrémistes de tous bords, de tous acabits et de tous poils, sur tous les continents,
Quand nous nous retrouvons, dis-je : Il faut impérativement que chaque citoyen de l’espace francophone et francophile, apporte les richesses culturelles de son propre pays…
Au fait, qui vous a dit que la politique n’était pas, aussi, un fait, un acte culturel et intellectuel ?
Vous vous posez la question, déjà, de savoir ou je vais vous embarquer encore aujourd’hui?
Ah ! J’entends déjà des injures de mes ennemis et de mes adversaires : « Ce TANOH NIAMKE, ce commis et petit fonctionnaire ivoirien, cet autodidacte intellectuel engagé et de premier ordre… ! »
Que mes ennemis et adversaires s’occupent de cultiver « leurs champs d’oignons… »
Car moi, bien sur que, je vous embarque en COTE D’IVOIRE, dans mon propre pays, le seul pays au monde, actuellement
Avec deux Présidents de la république, deux premiers ministres, deux gouvernements parallèles, diamétralement opposés et perpendiculaires à la tangente du Cercle Universel de la Paix, de la Démocratie, du Développement et de la Bonne Gouvernance !
Dans ce Pays mien : Un Nouveau Président de la République est élu démocratiquement et mondialement reconnu, Alassane Dramane OUATTARA mais Laurent GBAGBO, le mauvais boulanger et président sorti par les urnes électorales, préfère mourir au pouvoir suprême que de reconnaitre sa défaite !
Quel vertige et quelle cruauté ! Vanité des Vanités, tout est Vanité !
Ouf ! Qui vous a dit que les ivoiriens de la rue et des marchés populaires n’étaient pas des démocrates, des intellectuels et des personnes cultivées ?
Qui vous a dit également, qu’après dix ans de ruses, de duperies, de roublardises et de tromperies, les ivoiriens n’étaient pas capables de distinguer un démocrate et d’un dictateur tropicalisé et mauvais boulanger, manipulant à souhait et à volonté les hommes, la constitution ivoirienne et les actes constitutionnels ?
En effet, ce mardi 21 décembre 2010 à 20heures à Abidjan, à quatre jours de Noel, fête de l’annonciation, de la visitation et de la nativité de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, des bizarreries dégoutantes et politiques se passent à la télévision nationale de COTE D’IVOIRE, prise en otage militaire et milicien : C’est encore et toujours le Culte de Laurent GBAGBO, car en COTE D’IVOIRE, c’est un faux dieu !
Un faux Christ, que dis-je, un faux prophète politique des ténèbres, à la langue mielleuse et boulanger politique de Mama son village natal, qui après plusieurs dizaines d’années de ruses, de roublardises et de sales boulangeries, est devenu un boulanger politique national et international, qui veut maintenant, en découdre avec l’ONU, OBAMA et SARKOZY !
Quelle témérité ! Quelle gageure ! Quel défi insoluble !
GBAGBO a déjà « joué bidé» et perdu d’avance!
GBAGBO est déjà mort dans le film western !
A part s’accrocher au Pouvoir comme un apani (chauve-souris) des Baoulé, forcément dans le mensonge et la défiance mondiale à son Pouvoir Suprême, déjà perdu d’avance dans les urnes électorales, du vote présidentiel ivoirien du 28 novembre 2010 :
Qu’est-ce-que Laurent GBAGBO, vieilli et pitoyable ce jour-là, à la télévision, peut-il encore nous confectionner comme boulangerie notoire de mauvaise réputation mondiale ?
Pauvre COTE D’IVOIRE : Quelle humiliation mondiale !
Conclusion : Là ou le monde entier s’attendait à une sortie honorable d’ancien président de la république de COTE D’IVOIRE, en disant au moins une fois la vérité sur sa défaite, faire ses valises et dire au revoir au monde entier dans le respect, la courtoisie et l’élégance : Diantre que non, Laurent GBAGBO qui serait né avec le pouvoir suprême ivoirien sur son cordon ombilical, nargue Barack OBAMA, Nicolas SARKOZY, le Vaillant Peuple Ivoirien, l’ONU, l’Union Africaine, la CEDEAO, la Communauté Internationale et ses Adversaires Politiques ivoiriens !
Il affirme, mensongèrement, qu’il a gagné l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, et qu’il demeure toujours le président de la république de COTE D’IVOIRE....
Apitoôh !!! (Expression de dégouts en Agni)
Qu’est-ce que la COTE D’IVOIRE a pu faire comme péchés pour mériter de telles malédictions ?
De toutes les façons, moi et très amicalement, je vous aurais déjà prévenu, qu’il y a longtemps que Bori Bana pour Laurent GBAGBO, depuis le 28 novembre 2010: Depuis ce jour-là, dis-je, et jusqu’aujourd’hui, en cette dernière semaine de l’année 2010 : Après deux cents(200) pauvres et innocentes personnes froidement mortes, assassinées par ses milices droguées et ses chiens de guerre ;
Après plus de mille(1000) blessés, Laurent GBAGBO et son Camp minoritaire, continuent de jouer « les cabris morts qui n’ont plus peur de couteaux » et qui veulent tout bruler, y compris leur propre vie et la COTE D’IVOIRE et les Ivoiriens…
Heureusement que très bientôt, par la puissance et l’amour du Dieu de Vérité, de Paix et de Justice, qui déteste et hait les mensonges, les ruses, les roublardises et les œuvres maléfiques du Diable, le Malin : Nous jouerons le requiem et nous prononcerons les oraisons funèbres des faux prophètes des ténèbres et des bals des vautours de la COTE D’IVOIRE.
Alors commenceront les Temps Nouveaux de Paix, de Démocratie et de Développement économique dont l’accouchement s’est fait pas césarienne...
Amen ! Et Joyeux Noel à toutes et à tous.








Chapitre 3
La crise postélectorale est due à l’irresponsabilité des faux avocats et des prophètes du diable.
L’histoire retiendra, très longtemps et en mal, le nom de monsieur Paul YAO N’dré, Président du Conseil Constitutionnel de la République de COTE D’IVOIRE qui, en manipulant et en refusant de dire le Droit, a dangereusement exposé la COTE D’IVOIRE au génocide et à la guerre civile :
En effet, selon moi, c’est le premier faux prophète et faux avocat du « diable Laurent GBAGBO », qui par son irresponsabilité, par son militantisme alimentaire au Front Populaire ivoirien(FPI), sa couardise et sa haute trahison, a jeté l’opprobre, l’humiliation, la confusion, la violence et la mort en COTE D’IVOIRE :
Le bilan provisoire de la crise, au moment de la rédaction de cette chronique est de 200 personnes tuées bêtement et 1000 Blessés graves…
En effet, tous les vrais et éminents juristes constitutionnalistes, nationaux ou internationaux, sont unanimes pour reconnaitre et affirmer que, l’arrêt du Conseil Constitutionnel ivoirien, présidé par le Sieur YAO N’dré, proclamant vainqueur de l’élection présidentielle ivoirienne, le Président sortant et battu Laurent GBAGBO, cet arrêt-là, dis-je, est une dangereuse et génocidaire décision qui est contraire au Droit Ivoirien.
Humblement et modestement, dans une de mes précédentes Chroniques, j’avais relevé les flagrants délits de manipulations juridiques du Code électoral ivoirien.
Je suis très heureux et comblé de lire, et de relire, la Déclaration Officielle (du 21 décembre 2010) de notre grand maitre et savant constitutionnaliste Ivoirien, à savoir le Professeur Francis WODIE qui est également le Président du Parti Ivoirien des Travailleurs(PIT).
Cet éminent juriste de très bonne renommée et d’excellente réputation, rejoint mes analyses : Il affirme courageusement que la Décision de Paul Yao N’dré et du Conseil Constitutionnel, est contraire au Droit ivoirien…
En un mot comme en mille et sans rentrer dans les détails techniques et juridiques, j’affirme que :
D’une part, c’est la Commission Electorale Indépendante(CEI) qui est habilitée à proclamer les seuls résultats du Vote :
Elle a bel et bien fait son travail en proclamant un vainqueur, à savoir Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, élu Président de la République de COTE D’IVOIRE, avec plus de 54% des suffrages exprimés.
D’autre part, on ne peut pas se baser sur les mensonges et le hold-up électoral du Conseil Constitutionnel et de son Président Paul YAO N’dré, pour cautionner et affirmer que Laurent GBAGBO a été élu président de la République de COTE D’IVOIRE, avec plus de 51% des votants !
C’est du faux, c’est du mensonge et c’est archi-faux !
Le Conseil Constitutionnel et son Président Paul YAO N’dré, sont les premiers faux avocats et faux prophètes « du diable Laurent GBAGBO » qui ont voulu brûler la COTE D’IVOIRE :
Ce n’est ni l’ONU, ni l’Union Africaine, ni la CEDEAO, ni l’Union Européenne, ni la France, ni les USA, ni le Président élu Alassane Dramane OUATTARA et ni les Opposants Politiques,
Qui sont responsables de l’actuelle crise postélectorale et de ses dangereuses conséquences de mort, de violence et de génocide en COTE D’IVOIRE :
Paul YAO N’dré, Laurent GBAGBO et leur minorité présidentielle sont les seuls et vrais responsables de la crise postélectorale ivoirienne :
EN 2010, cinquante(50) ans après les indépendances, la COTE D’IVOIRE et l’AFRIQUE, qui comptent plus d’un Milliard d’habitants, ne peuvent plus être trompés ni manipulés, par de ténébreux adeptes du fascisme, de la dictature socialiste, patriotique et militaro civile !
Qu’ils cessent de nous prendre pour des idiots et des imbéciles, en accusant, toujours la France et les Grandes Puissances, pour couvrir leurs crimes et autres délits, y compris le hold-up électoral du 28 novembre 2010, mondialement su, vu et reconnu !
Selon moi, la sagesse, l’humilité et la dignité d’un Ancien Président de la République, valent mieux qu’un Président de la République sortant et battu, tricheur, voleur, menteur, belliqueux, violent, guerrier, suivi par une horde de militaires, de miliciens, de chiens de guerre, nationaux et étrangers, prêts à tuer des milliers de femmes et d’hommes, rien que pour confisquer le Pouvoir au profit d’un Seul individu et d’une minorité courtisane et partisane…
Heureusement que la Cour Pénale Internationale(CPI) et son Procureur ont déjà averti….
Voici la toute première vérité que les ivoiriens, les ivoiriennes et le Monde entier devraient savoir et retenir longtemps, pour la transmettre et enseigner, de génération en générations, car la liberté, la paix et la démocratie, doivent se gagner avec de vraies valeurs humaines, morales et spirituelles, et non avec des armes, des méthodes et des stratégies diaboliques, meurtrières et destructrices, comme savent si bien les utiliser, Laurent GBAGBO, Paul YAO N’dré, tous ceux et celles qui défendent leurs causes mensongères et diaboliques :
Justement et je terminerai mon propos, en mettant en garde, les soit disant Amis, Soutiens Extérieurs de Laurent GBAGBO et des Siens, qui viennent, en COTE D’IVOIRE, prendre part aux festins des bals de vautours, de faux avocats, de faux prophètes du diable. A titres d’exemples : Par voie de presse, j’ai lu que l’Angola, la Guinée Bissau et la Gambie, soutiendraient Laurent GBAGBO…J’attire seulement votre attention, car je parle au conditionnel…
Très respectueusement, je prie les plus Hautes Autorités de ces Pays amis et frères, de ne point cautionner l’installation de la dictature du mal, du vol et de l’imposture, ni en COTE D’IVOIRE, ni ailleurs !
A toutes les Personnalités physiques ou morales, de tous les Continents, aux prétendus faux avocats et faux prophètes du diable, je vous demande, également, de faire attention car en soutenant les faussetés et les forfaitures de Laurent GBAGBO et Consorts, Vous risquez de souiller, vous-mêmes, votre réputation et votre honneur : Evidemment, si vous en avez encore qui vous restent : A titres exemples, je citerai seulement deux personnalités, parmi tant d’autres soutiens de Laurent GBAGBO et les siens:
-Un certain Monsieur Probst, de nationalité française, prétendu militant de l’UMP, qui soutiendrait Laurent GBAGBO, par ses déclarations et contributions de presse !
- Un autre Monsieur, le nommé Mike Espy dit Alfonso Michael, de nationalité américaine, homme presque de mauvaise réputation semblerait-il, avocat de profession, ancien Secrétaire d’Etat à l’agriculture sous le mandat du président Bill Clinton, paraitrait-il : Ces deux personnalités doivent retenir et savoir que. Leurs déclarations, leurs missions, leurs soutiens et leurs cautions à Laurent GBAGBO, peuvent énormément et considérablement, leur porter de fâcheux préjudices : Je le dis et je le répète : Vous les avocats du diable, vos actions vont vous nuire, dans le très peu de crédit, de notoriété et de considérations qui vous restent, si évidemment, vous en avez encore, en soutenant l’installation monstrueuse de telles dictatures, en COTE D’IVOIRE et Ailleurs !

Chapitre 4
COTE D’IVOIRE, la crédibilité et la responsabilité de l’ONU et des Grandes Puissances sont engagées
Au Tribunal de l’Histoire.
Depuis bientôt huit ans, l’ONU, appuyée par les Grandes Puissances et par toute la Communauté Internationale, a un mandat impératif, pour veiller sur le processus du retour de la paix et de la démocratie en République de COTE D’IVOIRE.
Pour remplir cette noble mission, une importante et impressionnante délégation de l’ONU (appelée ONUCI) composée de près de dix mille(10.000) personnes séjournent en permanence dans ce pays, avec à sa tête un Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU qui a rang et prérogatives de Haut Commissaire, selon les termes des Accords de Pretoria.
Après de durs labeurs, d’innombrables efforts et de colossaux moyens déployés (plus de cinq milliards de dollars US, soient 2.500 milliards de francs CFA, d’après des sources non officielles), l’ONU, toujours appuyée par les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, a pu superviser, dans la transparence, dans la justice et dans la vérité, les élections électorales présidentielles ivoiriennes, qui se sont déroulées, respectivement le 31 octobre 2010 pour le premier tour,
Et le 28 novembre 2010 pour le second tour.
Voici schématiquement ci-dessous les enjeux auxquels l’ONU, appuyée par les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, devrait rapidement résoudre, faute de quoi la paix et la démocratie seraient assassinées en COTE D’IVOIRE, au profit d’un régime de terreur, de la dictature de la minorité socialiste, militaro civile que Laurent GBAGBO et les Siens tentent d’installer en COTE D’IVOIRE :
En effet, Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, le Président de la République, démocratiquement élu, avec 54,1% des Votants (chiffre officiel, communiqué par la CEI et certifié par l’ONU), le Président élu et les Membres de son Gouvernement, sont empêchés d’exercer les prérogatives du Pouvoir Suprême par le Président sortant et perdant, Monsieur Laurent GBAGBO (qui refuse de quitter le Palais Présidentiel), aidé, dans la violence et dans la force, par ses militants, ses milices et ses mercenaires qui sèment la mort, la violence, la terreur et la haine…Quelle honte pour la COTE D’IVOIRE et pour l’Afrique !
De mon point de vue et selon mon analyse, l’ONU, l’Union Africaine, la CEDEO, les USA, la France, toutes les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, ne devraient pas tomber dans les jeux de Laurent GBAGBO et de son Camp
Car ils veulent gagner du temps pour préparer leurs génocides et l’installation de leur Pouvoir Suprême de dictature et de terreur !
En effet et je rejoins les ardentes préoccupations de Son Excellence Monsieur YOUSSOUF BAMBA, Ambassadeur de COTE D’IVOIRE auprès de l’ONU, pour dire qu’il y a, effectivement, planification et préparation de génocides par Laurent GBAGBO, Blé Goudé et Consorts: j’affirme et J’insiste pour que l’ONU, appuyée par les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, agisse très vite, pour déloger, manu militari, Laurent GBAGBO et la centaine de personnes génocidaires, qui occupent illégalement, les institutions de la République de COTE D’IVOIRE.
En un mot comme en mille, la COTE D’IVOIRE et le Monde entier ont déjà donné mandat à l’ONU pour veiller au retour de la paix, de la démocratie et du développement dans ledit Pays, et l’ONU ne devrait ni trahir, ni reculer et ni se tromper ou tromper: Face aux blocages et difficultés actuels volontairement orchestrés par Laurent GBAGBO et son camp minoritaire, l’ONU, l’Union Africaine, la CEDEAO, les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, ne devraient pas reculer, ni hésiter, ni fuir leurs devoirs et leurs responsabilités de chasser du Pouvoir Suprême usurpé et confisqué, rapidement et militairement, Laurent GBAGBO et sa minorité de prédateurs : il s’agit de les chasser, rapidement, eux tous ensemble…
Faute de quoi et en leur donnant trop de temps par la diplomatie à laquelle ils n’accordent aucun crédit, ces génocidaires des temps nouveaux risquent de provoquer d’autres crises aigues et conflits violents aux conséquences très graves pour la COTE D’IVOIRE et pour toute l’Afrique de l’Ouest…
En Conclusion et selon moi, Laurent GBAGBO et ses adeptes se moquent de la COTE D’IVOIRE, de l’ONU, de l’Union Africaine, de la CEDEAO, de l’Union Européenne, des Grandes Puissances et de la Communauté Internationale : ils sont uniquement intéressés et préoccupés par leurs propres intérêts matériels, leurs propres logiques de dictature et de génocide…
A titres d’exemples, ils sont déjà prêts à créer leur propre monnaie et leur propre banque centrale, pour déstabiliser toute la zone ouest-africaine de l’UEMOA, alors que, depuis toujours, la COTE D’IVOIRE a un devoir de solidarité régionale vis-à-vis de tous les pays de ladite région.
Je pourrai multiplier à l’infini, les exemples qui montrent et démontrent que l’heure est très grave et urgente en COTE D’IVOIRE :L’ONU, l’Union Africaine, la CEDEAO, l’Union Européenne, les USA, la France, les Grandes Puissances et la Communauté Internationale, devraient rapidement conjuguer, coordonner leurs efforts en vue de mettre fin et hors d’état de nuire, Laurent GBAGBO et ses illuminés qui ne pensent qu’à eux seuls en brûlant, sacrifiant la COTE D’IVOIRE et la zone UEMOA.
En COTE D’IVOIRE, la crédibilité et la responsabilité de l’ONU, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, de la CEDEO, des USA, de la France et des Grandes Puissances sont engagées au Tribunal de l’Histoire.
La Démocratie et la Paix en COTE D’IVOIRE ne devraient pas être assassinées ni sacrifiées…

















Chapitre 5

COTE D’IVOIRE, bulletin de notes d’une dictature socialiste, populaire et patriotique avortée.
Ici bas, sur la planète Terre et surtout dans ces temps actuels de la mondialisation : Tout est noté, évalué, écrit et consigné afin que, personne ne vive dans l’ignorance, et que, de génération en génération, les humains puissent connaître leur Histoire…
Naguère havre de paix, de prospérité et d’hospitalité, sous les règnes respectifs des Présidents Félix HOUPHOUET-BOIGNY (1960 à 1993) et de son digne successeur Henri KONAN BEDIE (1994 à 1999), la République de COTE D’IVOIRE est rentrée, malheureusement, dans les nations à risques, instables et à coups d’Etat. Quelle honte et quelle échéance !
Depuis décembre 1999 : Les héritiers du Sage, «Du Vieux et du Bélier » de Yamoussoukro, Félix HOUPHOUET-BOIGNY et des Militaires dudit pays, ont été divisés, manipulés et instrumentalisés, par d’obscurs opposants politiques, pseudo-socialistes, fascistes et nationalistes, qui ont pris leurs rêves, d’installation d’une dictature patriotique, pour de la réalité !
A force d’envier le pouvoir suprême, les règnes d’HOUPHOUET-BOIGNY et de KONAN- BEDIE,
et après avoir chassé la junte militaire par une révolte et une insurrection populaire : Laurent GBAGBO et ses amis de la politique de la Refondation socialiste et patriotique, ont régné sur la COTE D’IVOIRE, pendant dix longues, calamiteuses et tragiques années ( octobre 2000 à octobre 2010), marquées par le règne des milices patriotiques, des escadrons de la mort, des sectes évangéliques obscures et illuminées, des détournements massifs en plusieurs milliards de francs CFA, de toutes les richesses nationales, des assassinats et autres charniers sanguinaires !
Heureusement pour le vaillant peuple de COTE D’IVOIRE que la vie est faite de successions de saisons, de règnes et de générations : Laurent GBAGBO et sa minorité socialiste et patriotique viennent d’échouer lamentablement à l’élection présidentielle supervisée par l’ONU et organisée le 28 novembre 2010.
Laurent GBAGBO et les siens, au lieu de tirer humblement, sagement et dignement les leçons de leur défaite électorale, en vue de bénéficier de l’indulgence des ivoiriens et de la Communauté internationale,
Ils s’accrochent, dictatorialement, au Pouvoir Suprême ivoirien, insolemment et avec une défiance notoire, en refusant de reconnaître la victoire écrasante d’Alassane Dramane OUATTARA, nouveau Président de la République Elu :
L’ONU, l’Union Européenne, l’Union Africaine, la Francophonie, les Grandes Puissances Mondiales (USA, France, Allemagne, Royaume-Uni, etc.), toutes et tous, continuent d’inviter Laurent GBAGBO et les siens, à la raison, à la paix, à la démocratie et au développement économique…
Aux dernières nouvelles, ils rechercheraient la négociation en vue d’un partage du Pouvoir Suprême ivoirien ! C’est trop tard…
Evidemment et heureusement, que Dramane OUATTARA refuse et résiste, très bien, connaissant, lui-même mieux que quiconque, les ruses, les roublardises, les méthodes fascistes et dictatoriales de Laurent GBAGBO, OUATTARA veut exercer, Seul, son règne présidentiel sans duperies, ni roublardises, et ni tricheries !
Selon moi, par césarienne ou par voie normale, l’accouchement de la démocratie, de la paix et du développement de la République de COTE D’IVOIRE,
Aura lieu, avec ou sans Laurent GBAGBO et sa minorité présidentielle : Nul ne peut forcer, indéfiniment, son propre destin et défier, orgueilleusement, Barack OBAMA, Nicolas SARKOZY, les Organisations Internationales, les Grandes Puissances et la Communauté Internationale.
- Les Temps d’installation des dictatures tropicalisées, socialistes et patriotiques sont périmés et dépassés !
- Laurent GBAGBO ne pourra plus forcer son propre destin, compromettre l’avenir de tous les ivoiriens, prendre en otage tout un Peuple et le Monde entier, par un hold-up électoral !
-La fin de la récréation de Laurent GBAGBO et des Siens, que dis-je, le terme de leur patriotisme, de leur nationalisme tonitruant, exubérant, intempestif, incongru, saugrenu et presque imbécile, est arrivé :
Ce n’est qu’une question d’heures et de jours, car les fruits sont déjà très mûrs, et il ne reste que les temps de la cueillette !
La guerre des prédateurs du cacao et du pétrole, n’aura pas lieu en COTE D’IVOIRE…
La dictature socialiste et patriotique de Laurent GBAGBO, mourra, très rapidement, de sa belle mort !
Au fait, sur qui Laurent GBAGBO et les siens comptent-t-ils, pour défier le Monde entier ?
Ah la mort, quand tu nous appelle…Heureusement pour Laurent GBAGBO et les Siens, qu’il leur reste, encore, quelques heures ou quelques
Jours de réflexions…Sinon, chers frères et sœurs de la Refondation, vous pourriez compter sur moi, très amicalement, pour prononcer, vos oraisons funèbres et celles de votre Refondation fasciste, socialiste et patriotique avortée…
De toutes les façons, de gré ou de force, en COTE D’IVOIRE :
-Il y a eu les Temps anciens de l’avant 28 novembre 2010.
-Et il y aura les Temps nouveaux de l’après 28 novembre 2010…« La Vérité rougit seulement les yeux, sans jamais les casser.. », tels sont le concept et le label de mon écriture ou de ma « Diplomatie Sans Frontières… »
Chapitre 6
COTE D’IVOIRE, les vraies raisons de la défaite
De Laurent GBAGBO.
En 2010, l’Afrique compte plus d’un milliard d’habitants, qui ne sont plus, toutes et tous, pour la plus part, des imbéciles, des ignorants ou des idiots : Cinquante ans après les indépendances, des Chefs d’Etat et d’autres dictateurs paresseux, n’ayant aucun bilan économique, continuent, honteusement et faussement, d’endoctriner et de se réfugier dans « les théories des éternels complots extérieurs et internationaux. »
En République de COTE D’IVOIRE, Monsieur Laurent GBAGBO, le Président de la République sortant et battu à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, est l’exemple et le prototype desdits Chefs d’Etat dictateurs et plaisantins qui retardent le développement de l’Afrique !
C’est dommage pour eux car les africains évoluent rapidement, sauf eux-seuls !
En effet, les africaines et les africains ont déjà, toutes et tous, compris les jeux hideux des dirigeants politiques qui, pour justifier leurs carences notoires, perdent leurs temps pour développer des théories du colonialisme, de l’anticolonialisme, des rhétoriques activistes et impérialistes, etc...En un mot comme en mille, l’Afrique a déjà compris que les discours patriotiques, les idéologies nationalistes et africanistes, ne sont que des endoctrinements, des verbes creux et trompeurs qui n’apportent jamais le développement économique : ni les emplois des jeunes, ni les constructions des infrastructures et ni les vraies connaissances des techniques et technologies des sciences numériques !
Cinquante ans après les indépendances, l’Afrique n’a plu besoin de guerres de libération, ni de patriotisme violent, ni de résistance face aux visées impérialistes des vautours de l’extérieur : L’Afrique a essentiellement et impérativement besoin de la paix, de la démocratie et de la bonne gouvernance, pour se construire et se développer très rapidement.
Les discours et les théories sont uniquement utiles et bons pour l’enseignement scolaire et universitaire !
Par contre le développement économique est une affaire de visions, de pragmatisme et de mise en pratique des valeurs et des connaissances.
Malheureusement pour l’Afrique en général et pour la COTE D’IVOIRE en particulier, certains dictateurs continuent de prendre « les vessies pour des lanternes ! »
Sauf ces dictateurs africains, toutes les africaines et tous les africains ont déjà compris que, la vie politique d’une nation doit être rythmée par le travail, les emplois, la formation, la santé, le téléphone, l’eau potable, l’électricité, l’internet, la paix, la liberté, la démocratie, la justice et surtout par la construction et le développement économique.
Les temps des fausses théories et des discours accusant les ex-colonisateurs et l’extérieur de comploteurs, sont périmés et dépassés :En COTE D’IVOIRE, et justement depuis les dix ans de règne du Président Laurent GBAGBO, son Pouvoir suprême a perdu ce long temps des ivoiriens, à promouvoir une culture de la paresse, de la médiocrité, du verbe creux, des théories du patriotisme violent et de la xénophobie, qui n’ont jamais apporté, rien de concret, sauf la violence, la misère et la pauvreté : Sous le règne de Laurent GBAGBO, dix millions d’ivoiriens sur les vingt millions de populations, sont devenus très pauvres et misérables, pendant que seulement quelques centaines d’individus de son régime totalitaire et de ses courtisans, vivent dans l’opulence, la richesse orgueilleuse et ostentatoire !
Voici, entre autres raisons, le sens de la défaite cuisante que le Peuple Souverain de COTE D’IVOIRE a infligé à Laurent GBAGBO et à ses adeptes insolents de la dictature patriotique, populiste et socialiste !
Chers amis lecteurs, avez-vous appris et compris quelque chose au sujet de l’histoire récente de la COTE D’IVOIRE ?
En conclusion, il y a lieu de retenir qu’en COTE D’IVOIRE, la crise militaro civile ne saurait être un alibi pour justifier, ni le bilan négatif de Laurent GBAGBO, ni ses velléités de confiscation du Pouvoir Suprême perdu dans les urnes électorales : En dix ans de règne, Laurent GBAGBO n’a jamais été capable de rassurer, ni le peuple ivoirien, ni les partenaires dudit pays, ni d’apporter la paix, la liberté, la démocratie, la bonne gouvernance et le développement économique à la COTE D’IVOIRE.
Ce long temps de règne a été essentiellement consacré aux pillages des richesses et des ressources, à la mal gouvernance, à l’instrumentalisation de l’armée et des militaires, des églises évangéliques, de la jeunesse patriotique et des milices, au développement de la culture de la violence, de la médiocrité, de la tricherie, aux discours et aux théories des complots internationaux…
Dans la vraie sagesse, la dignité et l’humilité, Laurent GBAGBO et les siens, devraient tirer les leçons de leur défaite électorale, au lieu de vouloir, prétentieusement, s’engager dans des voies sans issues de la guerre, eux-seuls contre tout le monde entier…Cette guerre-là est perdue d’avance…
Laurent GBAGBO qui a déjà trompé, une partie du peuple ivoirien trop longtemps, mais qui ne pourra plus jamais tromper toute la COTE D’IVOIRE et le monde entier, tout le temps, doit arrêter, ici et maintenant ses œuvres néfastes et nocives.

Chapitre 7

Mes meilleurs vœux de très bonne démocratie, de paix, de bonne gouvernance et de développement économique à la COTE D’IVOIRE et à l’Afrique.
En décembre 2010, l’Afrique vient de dépasser le seuil d’un milliard d’habitants qui, Dieu merci, ne sont pas, toutes et tous, pour la plus part, des imbéciles, des idiots et des ignorants…
D’après les prévisions les plus sérieuses, en l’an 2050, le Monde entier comptera neuf(9) milliards d’hommes et de femmes, parmi lesquels les africaines et africains seront, au moins, en nombre total d’un milliard huit cents millions (1.800.000.000) d’habitants.
Selon moi, à cette future date, c'est-à-dire dans seulement moins de 40 ans, si l’Afrique se met véritablement au travail, au moins dix(10) sur la cinquantaine des Etats Africains, seront des pays développés et émergents :
Je n’ai pas besoin de vous citer, ni lister ces états africains « du top 10 » des futurs Pays développés d’Afrique, mais je suis très convaincu que mon pays, la République de COTE D’IVOIRE, a certainement tous les atouts et toutes les capacités pour figurer parmi ces Nations qui doivent faire honneur à l’Afrique :
Tels sont les sens de mon dévouement, de mon combat culturel et de ma détermination politique à faire comprendre à la COTE D’IVOIRE et à l’Afrique que, notre heure de gloire est proche, à condition de nous mettre , nous-mêmes, sérieusement au travail, dans la démocratie, dans la paix, dans la bonne gouvernance et dans le développement économique…
Et justement, pour parler de la démocratie, le vaillant peuple de COTE D’IVOIRE vient de donner un bel exemple au monde entier, respectivement les 31 octobre et 28 novembre 2010, en se déplaçant massivement dans les 20.000 bureaux de votes pour l’élection présidentielle sensée mettre fin à une dizaine d’années de crise militaro civile…
Cette élection présidentielle-là, universellement suivie, supervisée et certifiée par l’ONU, s’est soldée par l’élection sans tache ni ride, de monsieur Alassane Dramane OUATTARA, l’unique et ancien Premier Ministre de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, l’un des dignes houphouétistes, après Henri KONAN BEDIE…
Malheureusement pour la COTE D’IVOIRE et pour l’Afrique, quelques derniers Chefs d’Etats, rétrogrades, autocrates et dictateurs, parmi lesquels le Président ivoirien sortant et battu, Monsieur Laurent GBAGBO, prennent leurs rêves pour de la réalité, et surtout « les vessies pour des lanternes ! »
Pauvres dictateurs africains !
Les ivoiriennes, les ivoiriens, les africaines et les africains, avancent, toutes et tous, très rapidement à l’ère et à l’heure de la mondialisation, des satellites, d’internet, de la liberté, de l’indépendance, de la démocratie, de la paix, de la bonne gouvernance et du développement économique. En effet :
Quelle est l’utilité d’un Président de la République, de son Pouvoir suprême et des membres de son régime, qui après dix ans de règne, ont pillé toutes les richesses du Pays, semé la violence, la mort, la misère, la pauvreté et l’humiliation, alors que la COTE D’IVOIRE est toujours demeurée riche et prospère, premier producteur mondial de cacao ?
Le Président Barack OBAMA des USA, n’a-t-il pas déjà averti que l’Afrique n’a plus besoin de dirigeants forts, mais uniquement et essentiellement de nations africaines puissantes et développées ?
C’est dommage pour la COTE D’IVOIRE et pour l’Afrique que Laurent GBAGBO et son clan minoritaire, mauvais perdants, veulent nous faire reculer dans les ténèbres abyssales de la dictature militaro civile, nationaliste, africaniste, patriotiquement violente et assassine !
Heureusement que l’ONU, l’Union Européenne, l’Union Africaine, la CEDEAO, les USA, la France, toutes les Grandes Puissances, la Communauté Internationale, les ONG et la Société Civile ivoiriennes, ont vaillamment joué leurs rôles respectifs, en dénonçant « cet assassinat et ce parricide de la démocratie ivoirienne », par Laurent GBAGBO et ses adeptes, qui sont devenus les « nouveaux rebelles » de la COTE D’IVOIRE, alors que le processus électoral mettant fin à dix ans de crise militaro civile, s’est très bien déroulé sous l’égide et la supervision de l’ONU.
En conclusion, je donne pleinement raison au Président élu de la République de COTE D’IVOIRE, Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA qui a décidé de mettre fin à la récréation de Laurent GBAGBO et consort…
Les hors- la- Loi et les « cancers de la démocratie », de la liberté, de la paix, de la bonne gouvernance, du développement économique de la COTE D’IVOIRE et de l’Afrique, doivent être « soignés et traités » sans pitié ni ménagement !
A titre d’exemple : En 1970 et toujours en COTE D’IVOIRE, Feu le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, Apôtre de la Paix devant l’Eternel, a frappé dans la région de GAGNOA, sans complaisance et sans ménagement un illuminé sécessionniste, cafouilleur notoire et impénitent, et ses adeptes !
Toujours, en COTE D’IVOIRE, et actuellement : La balle et le Pouvoir suprême sont exclusivement dans les mains, dans le camp du Président Alassane Dramane OUATTARA qui doit rapidement agir, car la meilleure défense c’est l’attaque, dit-on…Si j’étais le Président de la République de COTE D’IVOIRE, à la place du Président OUATTARA, j’aurais déjà rapidement agi…comme Félix HOUPHOUET-BOIGNY, sans attendre la CEDEAO, l’Union Africaine et l’ONU, qui ont déjà donné leur caution diplomatique, politique et morale pour frapper très fort !
L’idéologie houphouétienne est essentiellement basée sur le dialogue et la paix, mais surtout, c’est également, l’art de savoir manier « les bâtons et les carottes face aux imbéciles qui retardent notre avenir et notre destin commun… »
Un vrai Houphouétiste, n’est-il pas un vrai Bélier, qui sait cogner, quand il le faut, comme le Père Fondateur Félix HOUPHOUET-BOIGNY ?
De gré ou de force la dictature socialiste et militaro civile de Laurent GBAGBO n’aura pas lieu en COTE D’IVOIRE car les résultats du vote des ivoiriens du 28 novembre 2010 sont déjà consignés dans les annales mondiales de la Démocratie Africaine et de l’ONU.
N’en déplaisent, à tous ces aigris et nouveaux riches qui ont très peur de perdre leurs privilèges courtisans et leurs jouissances matérielles…
Tout le reste n’est que diversion, endoctrinement, subversion, détails, mauvaise foi…et surtout une question de temps et de surprises !
Monsieur le Président de la République de COTE D’IVOIRE, Alassane Dramane OUATTARA, à vous de « jouer la musique » et de nous donner le rythme, car la COTE D’IVOIRE, l’Afrique et le Monde entier vous regardent, et ils veulent savoir si vous êtes réellement un « Vrai Houphouétiste » qui sait se défendre tout seul, sans éternellement compter sur les autres ni attendre des aides extérieures…
De toutes les façons, par accouchement normal ou par voie césarienne, la paix, la liberté, la démocratie, la bonne gouvernance et le développement économique de la COTE D’IVOIRE et de l’Afrique, doivent rapidement avoir lieu…
Ceux et celles qui, en COTE D’IVOIRE et en Afrique, pensent et croient que la Politique est un jeu ou une procession facile d’enfants de chœur dans une église, en auront très bientôt pour leurs propres frais !
Je souhaite une très bonne année 2011, de paix, de liberté, de démocratie, de bonne gouvernance et de développement économique, à la COTE D’IVOIRE et à l’Afrique, qui de gré ou de force, doivent se développer. Très Bonne Année 2011, de bénédictions divines et matérielles, à vous toutes et tous, Chers amis lecteurs.











Chapitre 8

COTE D’IVOIRE, j’ai fait un rêve…
Voici exactement quarante cinq (45) jours que mon beau pays, la république de COTE D’IVOIRE, naguère, nation africaine moderne et modèle, un havre de paix, de bonheur et d’hospitalité, est devenu un banal pays, pris en otage par une dictature naissante, après dix(10) années de crise soldée par des élections présidentielles supervisées et certifiées par l’ONU.
La COTE D’IVOIRE, actuellement, fait la honte et la risée mondiale, par la faute d’une poignée de ses indignes fils et filles, des soit disant politiciens et démocrates(qui refusent de se soumettre aux résultats du vote électoral), de véritables apprentis sorciers qui ne prospèrent que dans le sang humain, de faux prophètes et des illuminés des temps nouveaux (aux sens propres comme aux sens figurés) intéressés par leurs propres intérêts matériels et égoïstes, et qui prétendent, faussement aimer ce pays en voulant livrer une autre guerre imbécile d’indépendance, de libération et de délivrance…
Heureusement que DIEU n’a pas encore dit son dernier mot…
A l’exemple de l’extraordinaire et subite révolution des jasmins, opérée par la jeunesse et le vaillant peuple tunisien, ce vendredi glorieux et historique du 14 janvier 2011, j’ai fait un rêve que très bientôt : « Un jour nouveau de changements radicaux, de gloire et de prospérité s’annoncera pour la COTE D’IVOIRE… » Pour comprendre ledit songe au sujet de mon pays, permettez-moi, chers lecteurs, de vous faire un résumé et un bref rappel historique des temps glorieux, des temps de drame et de la tragédie ivoirienne.
1- Les Temps glorieux de la première République de COTE D’IVOIRE : La période du 07 aout 1960 (date de l’indépendance) au 24 décembre 1999(date du coup d’état militaire) peut, selon moi, s’appeler les temps glorieux de la première République de COTE D’IVOIRE.
En effet, il s’agit des règnes, respectivement des Présidents Félix HOUPHOUET-BOIGNY (père fondateur et cerveau politique de premier ordre) et de son digne successeur Henri KONAN BEDIE.
Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, trois grands défis et miracles ont été principalement réalisés au cours de cette première République :
• Premièrement, il s’agit de la cohésion sociale nationale : La COTE D’IVOIRE compte plus de soixante(60) ethnies qu’il fallait savamment et intelligemment « brasser et mettre ensemble pour former une nation paisible.»
En plus, il fallait faire en sorte qu’il y ait une coexistence pacifique avec les nombreuses autres tribus étrangères venues des pays africains voisins ou lointains.
Ce pari a vaillamment et bravement rapporté par Félix HOUPHOUET-BOIGNY et nos Pères et Mères.
• Deuxièmement, se basant sur les atouts de la terre, de l’agriculture, de l’agro-industrie et du capitalisme d’état, de nombreuses plantations de cacao, de café, de palmiers à huile, d’hévéa, de canne à sucre, de coton, de coco, etc.,
Ont été développées pour rapidement hisser la COTE D’IVOIRE aux rangs de premier producteur mondial du cacao, troisième producteur mondial du café et parmi les plus grands producteurs africains pour les autres cultures : Deuxième défi, miracle et pari, remportés par le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY et les vaillants membres de ses différentes équipes.
• Enfin troisième prouesse de cette première république, l’accent et la priorité ont été également, rapidement mis sur l’éducation nationale, la formation professionnelle, universitaire et les recherches scientifiques.
En mot comme en mille, et sans rentrer dans les détails, voici schématisé le bilan de Félix HOUPHOUET-BOIGNY et d’Henri KONAN BEDIE : A savoir et à noter que les sillons et les bases solides d’une nation modèle, moderne, prospère et hospitalier, ont été tracés et crées…
En principe, le reste n’était qu’une question, presque de jeux, de suivies, de planification et de développement, par des femmes et des hommes de bonne moralité, compétents et de vrais patriotes au sens noble du terme (je ne parle pas de ces vandales alimentaires, pseudo-patriotes, pseudo- socialistes, populistes instrumentalisés.)
Diantre ! Cela ne fut pas le cas…
2-La Deuxième République de COTE D’IVOIRE ou le règne de la Junte militaire (du 24 décembre 1999 au 26 octobre 2000).
Pour comprendre cette page honteuse et sombre de la COTE D’IVOIRE, il s’avère d’une impérieuse importance, une nécessité d’observer, d’analyser la fin de règne de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, sa succession par Henri KONAN BEDIE, la guerre de ses héritiers politiques et surtout les rôles nocifs, néfastes de Laurent GBAGBO et de ses amis opposants politiques…
Sans rentrer dans les détails, voici les principaux acteurs politiques ivoiriens qui avaient la gestion de notre destinée nationale, après la mort du Père Fondateur, le Bélier, le Vieux Sage Félix HOUPHOUET-BOIGNY :
-Monsieur Henri KONAN BEDIE, dauphin constitutionnel et Président de la République,
-Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, Premier Ministre et « Coordinateur Economique National » chargé de veiller sur le miracle ivoirien…Monsieur OUATTARA apparait comme une sorte de carte joker sortie en 1989 par le Président HOUPHOUET-BOIGNY…
-Monsieur le Ministre d’Etat Laurent DONA FOLOGO, Secrétaire Général du parti démocratique de COTE D’IVOIRE (PDCI-RDA),
-Monsieur le Général Robert GUEI, Chef d’Etat-major.
Voici le « quarté gagnant » sur lequel avait misé Feu le Président Félix HOUHOUET-BOIGNY, pour continuer son œuvre de démocratie, de paix, d’hospitalité et de développement économique de la COTE D’IVOIRE….
J’ai fait un très beau rêve que très bientôt, tous les houphouétistes enterreront leurs haches de guerre afin de se rassembler et s’entendre pour développer leur seul pays commun, la République de COTE D’IVOIRE…







Chapitre 9

Ma lettre ouverte aux Membres du Gouvernement illégal et illégitime de Laurent GBAGBO.
Son excellence monsieur Félix HOUPHOUET-BOIGNY, premier président de la république de COTE D’IVOIRE, « cerveau politique de premier ordre » disait souvent que ceux et celles qui passaient tout leur précieux temps à ne rien faire, que de le critiquer ou le dénigrer, ceux-ci et celles-ci étaient des médiocres qui salissaient leurs propres bouches…
Feu BALLA KEITA, son illustre, charismatique et bouillant ministre de l’éducation nationale, chargé entre autres choses, de la mobilisation et de l’idéologie de l’houphouétisme, affirmait, souvent, quant à lui que « les chiens ne changent jamais leurs manières de s’asseoir et qu’ils ont beau aboyer, la caravane du bonheur du vaillant peuple de COTE D’IVOIRE, se construira et passera certainement… »
De 2005 à 2012 : voici exactement presque huit(08) ans que je suis très assidu, dévoué et très présent sur plusieurs réseaux d’internet (je détiens plus d’une vingtaine de sites) en vue de jouer les rôles d’éveilleur de consciences (comme les pasteurs, évêques et imams), des Africaines, des Africains en général, des ivoiriennes et des ivoiriens en particulier :
Dans mes contributions, chroniques, Œuvres littéraires et culturelles aux tons pimentés, engagés et volontairement osés : Je me considère et je me définis comme une sorte de président virtuel de la République de COTE D’IVOIRE ou de n’importe quel autre pays d’AFRIQUE !
D’ailleurs je considérais, également, comme un candidat virtuel à l’élection présidentielle passée et dans mon pays, contre monsieur Laurent GBAGBO, le président sortant et battu.
Que de menaces de radiation professionnelle et de mort !
Que d’injures graves, d’inimitiés, de haine et de jalousie, imbéciles, gratuites, assassines, incongrues et saugrenues !
Ayant moi-même été ou fréquenté à « l’école de la vie de Félix HOUPHOUET-BOIGNY », j’ai laissé les médiocres, les chiens, les gueux, les jaloux et haineux jouer leurs funèbres et macabres partitions, sans jamais leur indiquer mes chemins et objectifs visés !
D’ailleurs pour l’éclosion de ses propres talents, aucune personne n’a besoin de consulter ou de demander la permission de qui que ce soit, fut-il le Président de la République de son propre Pays !
Selon moi, pour accomplir une telle mission, l’onction et la grâce divines sont nécessaires, indispensables et suffisantes.
LA sagesse africaine nous enseigne que « les grands chasseurs de lions et de fauves dangereux n’indiquent jamais, ni leurs jours de départ à la chasse, ni leurs chemins et ni les dates de leur retour... »
Trèves de paraboles, de proverbes et d’allégories, rentrons dans le vif de mon propos actuel :-Excellence Monsieur Laurent GBAGBO, ancien Président de la République de COTE D’IVOIRE, grand maitre et chef de files des adeptes du Gouvernement illégitime et illégal de COTE D’IVOIRE,
-Excellence Monsieur le Premier Ministre du Gouvernement illégal et illégitime de COTE D’IVOIRE,-Excellences Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement illégitime et illégal de COTE D’IVOIRE,
-Très Honorables Membres du Front Populaire Ivoirien(FPI) et de « Sa Majorité Présidentielle »,-Mesdames et Messieurs les Généraux, Officiers, Sous-officiers et Soldats, défenseurs et inconditionnels des causes perdues d’avance du Président Laurent GBAGBO,
-Chers Frères et Sœurs, jeunes et adultes, patriotes, miliciens, étudiants, chômeurs, etc.,
Ivoiriennes et Ivoiriens, vous toutes et tous, en vos différents grades, fonctions et qualités : Dans cette présente chronique, je vous parle, fraternellement, de tout mon cœur rempli d’amour pour vous, toutes et tous, en espérant pouvoir vous convaincre de bien vouloir procéder à une valeureuse, rapide et radicale inflexion de vos choix politiques suicidaires, pour vous-mêmes, vos enfants, vos époux et épouses, vos familles et pour tout le pays entier, consistant, à vouloir vous accrocher et maintenir, vaille que vaille, de force et militairement, au Pouvoir suprême Ivoirien déjà perdu dans les urnes électorales, contre le gré du monde entier :Je fais appel, encore une fois, à votre sens élevé, dévoué et équilibré de la sagesse, de l’honneur, de la dignité et du vrai patriotisme mesuré en vue de céder, rapidement et sans condition, le Pouvoir Suprême au Président de la République élu, Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA.
Je vous prie et je vous supplie de ne point détruire la COTE D’IVOIRE et l’avenir de nos enfants, à cause de vos intérêts égoïstes, personnels, pécuniaires, claniques, politiques et tribalistes : En effet, la vérité rougit seulement les yeux sans jamais les casser ; vous-seuls ne pourrez jamais gagner cette guerre prochaine à laquelle vous vous préparez, contre la CEDEAO, l’ONU et le Monde Entier :Je vous invite, humblement et modestement, à tirer les leçons de votre échec cuisant et de votre défaite honteuse, au lieu de chercher et de rechercher à plonger la COTE D’IVOIRE dans les abimes des ténèbres de la bêtise humaine des dictatures sanguinaires, sans cœur et ni foi.
Je vous rappelle, d’une part et à toutes fins utiles, que le mandat présidentiel ivoirien est de seulement cinq(5) ans et que vous pourriez valablement revenir au pouvoir suprême aux prochaines élections, à conditions bien sûr d’être vivants ! Or avec la guerre, on ne sait jamais :J’attire votre haute attention, d’autre part que, cinquante(50) après son indépendance, la COTE D’IVOIRE n’a pas besoin, à sa tête, d’un Président, pseudo patriote, nationaliste et africaniste (comme Patrice LUMUMBA), ayant déjà passé dix(10) ans à semer ou à laisser prospérer : la mort, la violence, la terreur, la misère, la pauvreté, les déchets toxiques, les détournements massifs en milliards de francs CFA et les chômages chroniques : Tel est le vrai et le principal sens du cuisant blâme que le vaillant peuple ivoirien vient de vous infliger lourdement et honteusement.
Actuellement, les ivoiriennes et les ivoiriens aspirent à l’épanouissement, au développement économique rapide, dans la paix, la liberté, la démocratie et dans la bonne gouvernance : Ne pas le comprendre c’est être imbécile !
Justement et en conclusion, je vous prie de bien vouloir noter qu’avec la mondialisation, le Monde est devenu un Village planétaire qui évolue, très rapidement, y compris tous les pays africains : seuls les imbéciles et les ignorants ne changent pas ou n’évoluent pas :Enfin, dans la vie, chacun et chacune de nous, si grand ou si petit, soit-il, peut tomber, échouer, perdre ou commettre de pires erreurs…Cela n’est ni mortel ni suicidaire, car c’est la voie normale pour l’acquisition de l’expérience et de la sagesse. Mais il est imbécile, incongru et saugrenu de tomber volontairement dans les profondeurs des ténèbres de la guerre, de la mort, de la violence et de la terreur, s’enfoncer et enfoncer tout un pays comme la COTE D’IVOIRE, sans prise de conscience de la lumière et de la vérité :Que Dieu vous bénisse abondamment, qu’il vous ouvre les yeux, les oreilles et les cœurs afin que l’orgueil, la violence et la cupidité fassent place à la paix, à l’amour et à la réconciliation. En tous cas, réfléchissez, ressaisissez-vous et réagissez vite, avant qu’il ne soit trop tard…Très Fraternellement.
Chapitre 10

Chronique culturel : L’échec « des démon-crates, des manger-crates et des vouyou-crates. »
La République de COTE D’IVOIRE, mon beau pays balafré, malmené et pris en otage par « des démon-crates, des manger-crates et des vouyou-crates », a été le sujet médiatique et principal du récent sommet des Chefs d’Etat de l’Union Africaine réunie à son siège d’Ethiopie les 29, 30 et 31 janvier 2011.
Une fois n’est pas coutume, en lieu et place d’un compte rendu diplomatique ou politique, permettez-moi, chers amis lecteurs et internautes, dans cette chronique, de vous livrer mon compte rendu culturel dudit sommet :
C’est pour mieux vous démontrer que l’Afrique, notre fière et prospère Afrique, est encore prise en otage, dans le mensonge et l’ignorance, par certains souverains, chefs de gouvernements et présidents de la république !
Voici le cas pratique de ce flagrant délit :
En République de COTE D’IVOIRE : L’ONU, la CEDEAO et la même Union Africaine, ont déjà (au mois de décembre 2010) reconnu et consigné par écrit, la victoire du Président de la République élu, Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, résultats certifiés par l’ONU qui est « le Grand Ensemble et la plus grande organisation mondiale » regroupant tous les pays et nations du Monde, y compris ceux de la CEDEAO et de l’Union Africaine :
Un mot comme en mille, pour parler comme les scientifiques et les mathématiciens : la CEDEAO est un sous-ensemble de l’Union Africaine qui, elle-même, est un sous –ensemble de l’ONU.
Intelligemment et logiquement, depuis le début, l’ONU, l’UA et la CEDEAO sont d’accord sur les mêmes sujets et les mêmes résultats des élections ivoiriennes du 28 novembre 2010 :
-A-t-on besoin, encore, de perdre le précieux temps des ivoiriens et des africains, en rallongeant d’un mois les morts, les violences, les pillages et les souffrances de la COTE D’IVOIRE ?
-A-t-on besoin de créer un panel de cinq Chefs d’Etat pour venir « caresser le dictateur » Laurent GBAGBO et ses Adeptes illuminés ?
-N’eut-il pas été sage, rationnel, pertinent, juste, démocratique et honnête d’adopter directement une résolution africaine demandant à l’Onu de chasser, immédiatement, par tous les moyens et sans complaisance, le président battu Laurent GBAGBO et ses usurpateurs de son gouvernement illégal et illégitime ?
-Certains Chefs d’Etat Africains qui retardent ou s’opposent au règlement rapide du cas Laurent GBAGBO, ne sont-ils pas, eux-mêmes et également, « des démon-crates, des manger-crates et des vouyou-crates ? »
-La Paix, la liberté, la démocratie et le développement économique de l’Afrique, ne sont-ils pas pris en otages par ces soit disant « Souverains africanistes, nationalistes, dictateurs, amis et frères de Laurent GBAGBO qu’ils veulent, à tous les prix, sauver ou imposer contre le gré de la COTE D’IVOIRE, de la CEDEAO, de l’Union Africaine et de l’ONU?
Je laisse à chacun et à chacune de vous, chers amis lecteurs et internautes, de comprendre et de découvrir que le sous-développement et les retards de l’Afrique, sont essentiellement des Affaires Culturelles et de Leadership !
Enfin, pour ceux et celles qui ne le sauraient pas encore, sachez qu’aux rendez-vous de la francophonie, des francophones et des francophiles, chacun ou chacune de nous, vient avec son propre français et les richesses culturelles de son propre pays :
-Les démon-crates sont des démons et des montres (qui nous gouvernent malheureusement), et qui empêchent l’exercice véritable de l’unique et universelle démocratie qui ne saurait se tropicaliser ou s’africaniser dans des compromis, des compromissions et des concussions des républiques bananières, bana-bana et wouya-wouya d’Afrique !
-Les manger-crates sont tous ces leaders et gestionnaires qui sont plus préoccupés par les besoins de leurs propres ventres, par les richesses matérielles à voler ou à détourner, et qui sont trempés jusqu’au cou, dans les méandres des corruptions, des détournements massifs, et des autres actes de mal gouvernance, retardant et assassinant, gravement, le développement économique de nos pays !
-Les vouyou-crates sont des voyous, partout et surtout, aux sommets de nos Nations et Etats, tordant et manipulant, à leurs guises, grés et avantages personnels, les Administrations, Constitutions, Institutions Nationales et Etatiques !
En conclusion et pour le développement de l’Afrique, l’Union Africaine gagnerait à rentrer dans la Grande Histoire mondiale et universelle, au lieu de prospérer dans les bassesses des petites combines et histoires nauséabondes, en entretenant et en ménageant les règnes et susceptibilités de souverains, chefs d’Etat et de Gouvernements de la sphère de la démon-cratie, de la manger-cratie et de la vouyou-cratie !
Au fait, quels sont les mutations, changements et bilans de l’Union Africaine(UA) par rapport à la défunte Organisation de l’Unité Africaine(OUA) ?
Avait-on besoin de changer de sigle et de nom, pour reculer, se maintenir et prospérer dans les mêmes bureaucraties et combines ?
Le retard du développement économique de l’Afrique est essentiellement lié aux leadership et gestions étatiques : c’est une affaire culturelle et non diplomatique, et ni politique !
N’est-ce pas que la vérité rougit seulement les yeux sans les casser ?
Tels sont les concepts de ma diplomatie sans frontières, de mon écriture directe et de ma littérature engagées pour la véritable, rapide et efficace croissance de l’Afrique qui aura presque deux(02) milliards d’habitants en l’an 2050, c'est-à-dire dans seulement moins de quarante(40) ans !
En perdant le précieux temps de l’Afrique pour défendre les causes perdues d’avance des dictateurs, en tordant le cou à la démocratie, à la liberté, à la paix et à la bonne gouvernance, l’Union Africaine et lesdits Chefs d’Etat démon-crates, manger-crates et vouyou-crates, ne retardent-ils pas, incongrument de manière saugrenue et imbécile, le développement rapide et la croissance des Pays Africains ?












Chapitre 11

Deux camps qui s’affrontent en COTE D’IVOIRE…
Je le redis et je le confirme qu'en COTE D'IVOIRE, il y a actuellement deux camps qui s’affrontent:
Premièrement, le camp de Laurent GBAGBO : Ceux et celles qui sont adeptes de la mort, de la médiocrité, du mensonge, des déchets toxiques, des escadrons de la mort, des pillages, des chômages chroniques…Qui ont perdu les élections et qui veulent installer la terreur et la dictature.
Deuxièmement, le camp d’Alassane Dramane OUATTARA, composé de : Ceux et celles qui sont des Houphouétistes de la paix, qui rêvent et veulent reconstruire notre pays, selon les visions et les enseignements du Président HOUPHOUET-BOIGNY, à savoir, faire de la COTE D’IVOIRE, un pays et un peuple hospitaliers et ouverts…Construire une Nation solidaire et fraternelle avec l'UEMOA, le Conseil de l'Entente et la CEDEAO....
En dix ans de règne du Président Laurent GBAGBO, il faut avoir le courage de le dire: GBAGBO et ses adeptes ont échoué....Et le Peuple ivoirien les a sanctionnés....
Ils ont perdu les élections et doivent dégager....
En conclusion: L'un de mes combats, c'est que la vie est une succession de générations et de saisons....
En COTE D'IVOIRE, je le répète : Ceux et celles qui ont échoué ou qui ont déjà géré le Pays, doivent céder leurs places respectives à de nouvelles générations, plus compétentes et talentueuses. Ce combat-là est également une lutte patriotique noble.....Mieux que ces chiens de guerre qui lancent des roquettes et des armes lourdes sur d’innocentes personnes aux mains nues,
les assassinant, froidement et inhumainement!
Je préfère que tous les symboles et les bâtiments de la haine, de la xénophobie et du tribalisme brulent ou soient incendiés…Plus jamais des vies humaines calcinées ! Oui : Jamais, plus jamais, qu'aucun ivoirien n'accepte des tueries en direct des populations, par des milices, mercenaires et militaires xénophobes et tribalistes! Brulons tout, sauf nos vies humaines!
Les bâtiments et matériels, nous pouvons les reconstruire, mais jamais, nous ne reverrons plus en vie, nos frères et sœurs calcinés et brulés vifs....
OUI jamais, nos Frères et sœurs assassinés, cruellement et froidement, nous ne les reverrons plus jamais!!!
Et le Tribunal de Dieu et Celui des Hommes, nous attendent, pour le Jugement dernier....













Chapitre 12
GBAGBO emporté par « l’opération assaut final militaire pour la restauration de la paix et de la démocratie… »
La Grande Histoire mondiale retiendra, très longtemps, la parenthèse sanguinaire, humiliante et honteuse que constitue le règne chaotique du Président Laurent GBAGBO, quatrième Chef d’Etat de la République de COTE D’IVOIRE.
En effet et pour un rappel sommaire :
Depuis le retour du multipartisme politique en 1990 dans ce Pays, un certain professeur agrégé d’histoire, Monsieur Laurent GBAGBO et son épouse Madame Simone EHIVET, également universitaire de même métier que son époux, ce couple infernal de syndicalistes reconvertis à la politique, n’a cessé de troubler l’ordre public, la paix et la démocratie, le sommeil des ivoiriens et particulièrement, la sérénité du Père Fondateur de la COTE D’IVOIRE moderne et modèle, à savoir le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY…Laurent et Simone GBAGBO, ce sont, comme, deux éléphants dans une galerie de porcelaine…
Après le décès du « Vieux Sage et Bélier de Yamoussoukro », le reste n’était qu’un jeu d’enfants pour ces deux syndicalistes et politiciens sus visés, ( en instrumentalisant les héritiers d’Houphouët-Boigny et son héritage), avec les concours et les participations actives, de leurs adeptes illuminés des fronts patriotiques, populistes, populaires, composés d’universitaires, d’intellectuels, de syndicalistes, d’étudiants, de chômeurs, de miliciens, de chiens de guerre, toutes et tous, des extrémistes, des tribalistes, des xénophobes et des adeptes du dieu argent, du matérialisme et des jouissances charnelles : Avec eux, c’est la politique des nègres, c'est-à-dire : « Manger, boire, se rassasier, roter, jouir et dormir…Sans aucun développement économique ! »,
Sans aucune matérialisation, ni réalisation de la vision économique… Je vous épargne les détails de leurs nombreuses intrigues politiques pour la conquête et l’exercice du Pouvoir Suprême ivoirien, pour vous faire, seulement en une seule phrase, le bilan condensé de leur règne de dix années:
D’octobre 2000 jusqu’à ce jour fatidique du 28 novembre 2010 , date du second tour de l’élection présidentielle qui l’a chassé du Pouvoir qu’il usurpe encore (soient dix longues années de règne), Laurent GBAGBO et les siens, après avoir géré plus de vingt mille(20.000)milliards de francs CFA, n’ont aucun bilan économique et social à présenter au vaillant peuple de COTE D’IVOIRE : tout ce magot a été dilapidé, pillé, volé et distribué entre eux, leurs parents, amis et courtisans, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Pays !
Voici la principale raison de la défaite et de l’échec de Laurent GBAGBO et des siens qui, au lieu de tirer humblement, sagement, dignement, les leçons de cette cuisante et honteuse calamité politico-économico-sociale, usent et agissent par la force, pour l’installation d’une dictature, d’un régime de hold-up électoral, de terreur, de violence et de mort….Et voici exactement quatre mois (décembre 2010, Janvier, Février et Mars 2011) que Laurent GBAGBO et les Siens, honteusement battus, refusent de céder pacifiquement le Pouvoir Suprême au Valeureux Vainqueur, Alassane Dramane OUATTARA et à ses Alliés Houphouétistes .
En un mot comme en mille, depuis quatre mois, la COTE D’IVOIRE et ses Habitants sont les Otages de GBAGBO et de ses Adeptes illuminés qui ont décidé de « nationaliser, ivoiriser et tropicaliser la démocratie ! » Quelle utopie…
Diantre ! Sur qui, ou sur quoi, GBAGBO et les Siens, comptent-ils, pour défier la COTE D’IVOIRE, l’AFRIQUE et le Monde entier, y compris OBAMA et SARKOZY ?
La patience ayant des limites, GBAGBO et les Siens qui ont déjà outrepassé et abusé de celle du Monde entier, en auront, très bientôt, pour leurs propres frais, avec « l’opération assaut final militaire pour la restauration de la Paix et de la démocratie… » Qui a déjà démarré…
Que la CEDEAO, l’Union Africaine, l’ONU et toutes les Grandes Puissances qui ont déjà reconnu et approuvé l’élection présidentielle d’Alassane Dramane OUATTARA, soutiennent « l’opération assaut final militaire pour la restauration de la Paix et de la démocratie » en COTE D’IVOIRE qui a débuté depuis le 28 mars 2011…
Et Que Personne ne nous parle, encore, de dialogue, de négociation et de diplomatie pour rallonger les morts et les souffrances de nos Parents…
D’ailleurs GBAGBO et les Siens ne comprennent et ne respectent que la violence et les Actions Militaires…
Selon moi, en République de COTE D’IVOIRE, le Règne du Président Alassane Dramane OUATTARA, qui a commencé depuis son écrasante victoire électorale du 28 novembre 2010, marquera la fin de « l’ancien cycle des dinosaures de la politique ivoirienne… » :
Pour parler comme les scientifiques, je dirai que le Président Alassane Dramane OUATTARA est la limite entre l’ancienne et la nouvelle COTE D’IVOIRE…
En effet, avec Lui, auprès de Lui et après Lui, de nouvelles générations d’ivoiriens et d’ivoiriennes, sont prêtes pour relever les défis économiques, politiques et les changements des temps modernes actuels et futurs…
Enfin : Il est imbécile, pour la COTE D’IVOIRE, d’être le premier producteur mondial du cacao, un pays riche, prospère et béni, et d’avoir malheureusement des politiciens égoïstes, dictateurs et sanguinaires, qui retardent, indéfiniment, notre Destin National, notre Développement économique et notre entrée dans le concert des Nations émergentes…
Vivement, la fin de cette crise postélectorale incongrue, saugrenue et imbécile…
Vive « l’opération assaut final militaire pour la restauration de la Paix et de la démocratie » qui a décidé de venger le peuple ivoirien traumatisé par des politiciens dictateurs, assoiffés d’argent et de sang humain….
-Vive les Forces Républicaines de COTE D’IVOIRE,
-Bravo et Félicitations à tous nos Gendarmes, Policiers, Marins et Militaires, de tous les grades, qui ont véritablement compris que, la démocratie et la paix, sont des préalables au développement économique de toutes les Nations, y compris la COTE D’IVOIRE qui ne saurait indéfiniment, être prise en otage par GBAGBO et les Siens…












Chapitre 13
L’assaut final de « Fognon » le vent contre GBAGBO, les Vautours des ténèbres et de la mort.
Selon ma foi, les morts ne meurent jamais car seul le corps, cette enveloppe corruptible, pourrit et meurt. L’âme et l’esprit sont éternels et retourneront dans l’éternité, au jour de la résurrection :
Le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, « cerveau politique de premier ordre », qui n’est donc pas mort spirituellement parlant, est certainement très heureux et fier de la victoire écrasante d’Alassane Dramane OUATTARA (son unique Premier Ministre), à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, qui fait de lui, le cinquième Président de la République de COTE D’IVOIRE.
En effet, qu’on le veuille ou non, et quelle que soit la durée de son règne présidentiel, le monde entier, à l’exclusion d’une petite poignée d’adeptes des bals de vautours et de nostalgiques de dictatures, a déjà félicité et reconnu Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA comme étant bel et bien le vainqueur du scrutin présidentiel ivoirien.
Depuis le 10 mars 2011, l’Union Africaine a déjà clos le débat par la publication des décisions contraignantes du Panel des Chefs d’Etat, adoptées et validées par son Conseil de Sécurité et de Paix. Parmi ces mesures, je note et je cite une seule :
Le Président sortant ivoirien, Son Excellence Monsieur Laurent GBAGBO, est invité dans les deux semaines, c’est-à-dire jusqu’au 24 mars 2011 à quitter le Palais présidentiel, en vue de permettre rapidement l’installation et l’investiture solennelles de son Successeur…
D’une part : Malheureusement, jusqu’à ce jour 16 mars 2011, date de la rédaction de cette tribune libre, Monsieur Laurent GBAGBO et ses Adeptes semblent, insolemment et orgueilleusement, ignorer et rejeter lesdites mesures contraignantes africaines qui mettent définitivement fin à la phase diplomatique et pacifique de la crise ivoirienne…
D’autre part : Heureusement que très sagement, avec un ton respectueux, apaisé et une ouverture politique, le Président élu, Monsieur OUATTARA, tout en adoptant et acceptant les délibérations de l’Union Africaine, il a affirmé avec courage et fermeté que le débat est clos au sujet de la crise postélectorale ivoirienne.
Modestement et à titre personnel : J’adhère et je soutiens Monsieur le Président de la République OUATTARA, car nos braves populations ivoiriennes, exténuées, appauvries, traumatisées, déstabilisées et déboussolés par cette autre crise incongrue, saugrenue et imbécile, elles méritent, très rapidement, le respect, le repos, la paix, la dignité, la liberté et la sécurité, en vue de vaquer à leurs devoirs, occupations et travaux…
En un mot comme en mille, le vaillant Peuple ivoirien ne peut plus accepter d’être pris en otage par des Politiciens Boulangers, de mauvaise réputation, sans foi et ni loi…
C’est ainsi donc et connaissant les roublardises, les ruses de GBAGBO, de ses Fronts populaires et patriotiques, de ses Miliciens et Chiens de Guerre, sanguinaires, extrémistes, etc,
Qu’il faut saluer, féliciter et encourager, la détermination du « Commando invisible » composé de toutes celles et de tous ceux qui soutiennent la démocratie en COTE D’IVOIRE :
En effet, toute la COTE D’IVOIRE et le Monde entier savent que GBAGBO a perdu les élections mais qu’il ne voudra jamais quitter le Pouvoir Suprême dans la Paix :
Face à cette détermination machiavélique de la minorité des extrémistes, la majorité du vaillant peuple ivoirien est obligée de se battre, de gré ou de force, pour que, vaille que vaille, la démocratie, la paix, la liberté, la bonne gouvernance et le développement économique de la COTE D’IVOIRE, puissent enfin avoir lieu, après cette très longue parenthèse honteuse du règne des souris de la refondation et des vautours des ténèbres et de la mort !
Très vivement, rapidement que triomphe l’assaut final de Fognon le vent, des Adeptes de la Paix et de la Démocratie,
Contre Laurent GBAGBO et son Clan d’illuminés pseudo-religieux, miliciens et patriotes extrémistes, populistes et sanguinaires…
Heureusement que Fognon et les siens sont presque, déjà aux portes du Palais Présidentiel….
Attention aux combinards de l’Union Africaine et de la Communauté internationale :
-Que plus personne ne mette sa bouche dans notre palabre et affaire, à cause de nos richesses à piller….
-Que ceux et celles qui ne sont pas des Adeptes et des Modèles de Paix et de Démocratie, restent chez eux, sans nous déranger :Que la Sagesse habite toutes et tous, comme le Président sud-africain Jacob ZUMA, pour inviter, très rapidement, le Président GBAGBO à quitter et céder le Palais Présidentiel à son Digne Successeur :Faute de quoi, dans les heures et jours qui viennent, Lui-même et ses Adeptes seront balayés et pulvérisés par Fognon le vent impétueux qui souffle très fort déjà, non loin du Palais présidentiel….Il n’y a plus de réunion, ni négociation, ni débat et ni médiation….Car le Peuple ivoirien n’en peut plus et n’en veut plus ! Toutes et Tous soutiennent déjà Fognon le Vent :Un Homme ou une Femme, prévenu, en vaut deux, dit l’adage…

Chapitre 14

La déchéance et la faillite de GBAGBO et des siens….
La victoire écrasante d’Alassane Dramane OUATTARA à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, et la maudite guerre de résistance postélectorale imposée, planifiée et voulue par Monsieur Laurent GBAGBO, le Président sortant et son Camp des extrémistes, honteusement battus, ces deux événements-là, marqueront encore très longtemps, pendant des siècles la grande Histoire de la République de COTE D’IVOIRE : En effet, les ivoiriennes, les ivoiriens, les africaines et africains et toutes les populations du Monde entier, sont, actuellement, des témoins oculaires ou virtuels de la déchéance et des faillites morales, politiques, économiques et financières de Laurent GBAGBO et de ses Adeptes illuminés : De quoi s’agit-il actuellement en COTE D’IVOIRE ?
Selon moi, schématiquement, la population ivoirienne, elle-même, est divisée en deux catégories ou deux camps, ayant participé activement, silencieusement ou tacitement, à la crise postélectorale grave, profonde, aigue, douloureuse et sanguinaire, actuelle :
1. Premièrement : Le Camp des Houphouétistes ou le RHDP.
2. Deuxièmement : Le camp de Laurent GBAGBO, des adeptes du socialisme populaires et des patriotes extrémistes.
Si on n’y prend pas garde, le règne du Président élu, Alassane Dramane OUATTARA, risque de se terminer, très rapidement à l’HOTEL du Golf à cause des hésitations des Houphouétistes !
En effet, après leur brillante et stratégique union sacrée autour du Candidat OUATTARA, qui a permis de le faire gagner, triomphalement, l’élection présidentielle du 28 Novembre 2010, les Leaders Houphouétistes du RHDP et leurs différents partis politiques, semblent manquer d’ardeur, de volonté, de détermination, de courage et de stratégies, pour chasser, rapidement, le Dictateur GBAGBO du Palais présidentiel :
Retranchés et installés confortablement à l’Hôtel du Golf (qui n’est pas une ville de ralliements), ils semblent être habités par la peur, le doute, la couardise, préférant laisser leurs sorts et le Destin National ivoirien, entre les mains de la CEDEAO, de l’Union Africaine, de l’ONU et des Grandes Puissances…
Connaissant le Président sortant battu, Sachant que le Président GBAGBO et ses Adeptes illuminés ne céderont jamais le Pouvoir, démocratiquement, si ce n’est qu’au prix de la force militaire interne, avec ou sans aide de l’Extérieur : Que font-ils, concrètement, pour chasser rapidement GBAGBO, afin de nous éviter la guerre civile déjà présente à nos portes ?
Je fais remarquer que, plus les jours passent, plus nous nous acheminons vers un véritable génocide atroce:
En un mot comme en mille, les Houphouétistes du RHDP et tous les Autres Houphouétistes qui ont fondé et construit la COTE D’IVOIRE, ne maitrisent-ils pas la Gendarmerie, la Police, l’Armée de terre, l’Armée de l’Air, la Marine Nationale, et toutes les Forces de Défenses Nationales ivoiriennes ?
-Si oui, pourquoi, le temps passe-t-il, sans qu’on ne voie rien de concret, pour chasser rapidement GBAGBO, poindre à l’horizon ?
Selon moi, le Président élu OUATTARA doit prendre, Lui-même et rapidement, ses Responsabilités pour chasser GBAGBO et mettre fin aux tueries et aux souffrances des populations. Faute de quoi, le Pouvoir risque de lui échapper, très vite…Et la Démocratie serait assassinée !
Le vaillant peuple de COTE D’IVOIRE qui l’a démocratiquement élu, à plus de 54% des Votants,
A déjà trop fait sa part de sacrifices nationaux…
Nous l’attendons et l’observons, toutes et tous….

















Chapitre 15

La fin des temps d’enfantillages idéologiques, politiques et économiques en Afrique.
Chers Amis Internautes et Lecteurs, de COTE D’IVOIRE, d’Afrique, d’ici en France ou d’Ailleurs :
Avant de rentrer dans le vif de mon propos, je vous donne certaines « de mes nouvelles » :
• Très humblement, je suis heureux et satisfait D’avoir modestement contribué au retour de la démocratie et de la Paix dans mon Pays, la République de COTE D’IVOIRE…
Il n’en déplaise aux nombreux jaloux et hiboux haineux, très nombreux et prêts à « me tuer et à me découper en petits morceaux » pour assouvir leur festin macabre, leur destin bestial et sanguinaire…
La Sagesse nous enseigne qu’il y a un temps pour parler et un autre temps pour se taire… :
• A mon humble niveau, voici exactement soixante jours (deux mois) que j’ai volontairement gardé le silence au sujet de mes écrits, de mes sites et blogs, de mes Chroniques, de mes Autres Activités culturelles et de mes Créations diverses…
Affairé et heureux que je suis, de suivre « les Bonnes Nouvelles de la COTE D’IVOIRE », et de savourer la victoire de mon Candidat, le Président Alassane Dramane OUATTARA, Celle de tous les Houphouétistes, Autres Adeptes et Apôtres de la Paix et du Développement….
Oui et Mille fois Oui : Moi, je me définis comme un Houphouétiste, Apôtre de la Paix, de la Vérité, de la Démocratie et du Développement de la COTE D’IVOIRE et de l’AFRIQUE…
Je parlerai, quand il le faut et je garderai le Silence quand il le faut également :
D’ailleurs, le Silence, n’est-il pas, aussi, une Noble Activité et un Exercice Spirituel ?
Mais surtout, ce récent temps de silence m’a permis de faire mon Bilan et de mieux réfléchir à mes futures Contributions positives(qui seront de plus en plus rares mais denses et profondes), pour contribuer aux retours de la paix, de la démocratie et du développement en COTE D’IVOIRE et en AFRIQUE…
• En un mot comme en mille, ni les menaces de mort, ni celles de radiation professionnelle, ni les nombreux faux complots diffamatoires des services achetés d’intelligences, de faux détectives, des polices corrompues (heureusement qu’il existe de loyaux policiers), des milices et des autres escadrons de la mort, etc…Ne pourront me tuer, ni tuer ou vaincre mes talents, mes missions d’éclaireur et d’éveilleur des Consciences ivoiriennes, africaines, d’ici ou d’ailleurs…
• En ma qualité de Leader d’opinion et d’Observateur avisé de la Politique en COTE D’IVOIRE, j’avais déjà, depuis belles lurettes, avisé et annoncé la victoire des Houphouétistes et la défaite du Président Laurent GBAGBO, qui a été chassé, comme prévu et prédit, du Pouvoir suprême, sans que le Ciel ne tombe sur la COTE D’IVOIRE et ni sur Ses Habitants !
• A présent, permettez-moi de traiter le thème sus visé de cette Tribune Libre, à savoir :
« La fin des temps d’enfantillages idéologiques, politiques et économiques en Afrique. »
Toujours pour prendre l’exemple de mon pays, de la COTE D’IVOIRE, et pour, ensuite, l’amplifier à l’échelle du Continent africain, j’affirme qu’avec la chute de Laurent GBAGBO :
Les Temps Anciens des Enfantillages idéologiques, politiques et économiques, sont dépassés et périmés, en COTE D’IVOIRE et en AFRIQUE… :
En effet, plus aucun Dictateur ivoirien ou Africain, ne pourra évoquer et se cacher, derrière des notions et motions machiavéliques, patriotiques, nationalistes et africanistes, presqu’imbéciles, incongrues et saugrenues : Pour s’éterniser au Pouvoir Suprême, en semant la terreur, la misère, la pauvreté, la mort, la violence, la culture de la paresse et de la médiocrité, les chômages chroniques, etc.…
En effet, en 2011, l’Afrique a déjà largement dépassé le seuil d’un milliard de populations qui ont évolué et changé de mentalités…
En l’an 2050, d’après les études et les projections les plus sérieuses, le Continent Africain oscillera, entre Un Milliard Huit Cent Millions-Et Deux Milliards d’Habitants !
Quel fabuleux Marché ! Quelles Merveilles et Richesses, en termes de Créateurs, d’Entrepreneurs, d’industriels, de Consommateurs, etc… !!!
Malheureusement pour l’Afrique, presque tous les Décideurs Africains semblent ignorer ces vrais enjeux présents et prochains :
En plus, les ivoiriens, les ivoiriennes, les Africains et les Africaines, engloutis par des soucis matériels journaliers, préfèrent vivre, au jour le jour, à la recherche de leurs pitances et de leurs conforts matériels individuels…
En un mot comme en mille, nous, Africains et Africaines, manquons de visions, de stratégies et de projections pour l’éclosion de nos Talents, pour le Travail et pour le Développement de l’Afrique :
Les Pays Africains, les Africains et Africaines semblent vivre dans l’indolence, l’ignorance, la passivité, le manque de connaissances et de « Lumières »….
Quelles Malédictions congénitales, pourrait-on ajouter ?
En 2011, des Africaines et des Africains continuent de vivre et de penser, comme en 1960, dans la paresse et dans l’oisiveté, dans la passiveté, dans les fatalités et sans aucune créativité ni combativité!
Trêve de Généralités et pour bien me faire comprendre, à ce propos et dans mon propos, je prendrai l’exemple précis de mon pays, la République de COTE D’IVOIRE qui, par miracle, vient d’éviter de justesse de sombrer dans les profondeurs abyssales des ténèbres des éternels enfantillages idéologiques, politiques et économiques ivoiriens et africains !
A présent et pour le futur, loin de nous la guerre et consacrons nos intelligences et énergies à l’essentiel…
De quoi s’agit-il dans cette Chronique ?
Bien sur que je veux parler du retard de la COTE D’IVOIRE et celui de l’Afrique qui marchent à pas de tortues sur la « route du développement. »
A titres d’exemples :
De 1960 à 1970 : De nombreux pays africains y compris la COTE D’IVOIRE avaient les mêmes niveaux de Développement économique que la République de Corée (Corée du Sud) et la plus part des « Dragons d’Asie. »
De 1970 à 2011, soient, seulement, quarante et une(41) petites années, la République de Corée est devenue « Une Très Grande Puissance Economique Mondiale », par le Travail….
Rien que le Travail de Ses Dirigeants et de Tout Son Peuple…
Que sont devenus nos Pays Africains sur la même période ?
Pour rappel, retenons que ce Pays, la Corée du Sud, a une petite superficie d’environs Cent Mille(100.000) kilomètres Carrés et il est peuplé d’environs Soixante Cinq Millions (65.000.000) d’Habitants !
Il y a un adage qui dit que « La Comparaison n’est pas la Raison » :
Cependant, après cinquante(50) ans d’indépendance, l’Afrique, Nous les Africains et Africaines devons, impérativement, nous réveiller de notre paresse et de notre sommeil, pour analyser et pour comparer nos Pays Africains avec les Dragons d’Asie ou avec Ceux des Autres Pays Emergents appelés les« BRICS », à savoir :
B=Brésil, R=Russie, I=Inde, C=Chine et CS= Corée du Sud.
J’invite chaque africain ou chaque africaine à faire cet exercice de comparaison de son propre pays d’origine, avec les « BRICS », depuis cinquante(50) ans d’indépendances africaines, de 1960 à 2010 au moins !
Mon Pays, la République de COTE D’IVOIRE, a une superficie de plus de 320.000 Kilomètres carrés pour une population d’environs 20.000.000 d’habitants seulement !
Pour comparaisons de la COTE D’IVOIRE avec la Corée du Sud (Environs 100.000 kilomètres carrés de superficie pour 65.000.000 d’habitants environs) :
Schématiquement et mathématiquement, j’ai l’habitude de dire et de rassurer mes compatriotes ivoiriens que, le patriotisme haineux et la xénophobie ne doivent pas exister chez nous car, notre pays est suffisamment riche et vaste :
Nous pouvons vivre à l’aise avec au moins Cent quatre vingt millions(180.000.000) d’habitants à conditions que la COTE D’IVOIRE et les ivoiriens se mettent véritablement au Travail…Rien que le Travail !
Je le répète : La République de COTE D’IVOIRE et l’AFRIQUE sont suffisamment vastes et riches :
Ce qui manque le plus dans notre Culture Africaine actuelle, ce sont la Discipline, le travail, la paix, la démocratie et la bonne gouvernance…
-Que les Bals des Vautours des ténèbres, de la médiocrité, de l’ivoirité, du patriotisme haineux et sanguinaire, des coups d’état, des rébellions… Cessent en COTE D’IVOIRE et en AFRIQUE !
-Que les discours creux et vaseux des Patriotes, des Africanistes, des Nationalistes, des Universitaires, des Intellectuels et Autres Elites Alimentaires prennent rapidement fin en COTE D’IVOIRE et en AFRIQUE!
-Que Chaque Africain ou Africaine travaille, rapidement, intensément et véritablement dans ses propres domaines de compétences et de qualifications…
-Que la Politique ne soit pas un alibi et un ascenseur social rapide d’enrichissements illicites pour des Eternels Prédateurs de toutes les espèces, de tous les poils et acabits !
-Que les Etudiants soient véritablement des Etudiants et que les Enseignants, les Universitaires soient de vrais Professeurs et des Maitres respectables et respectés.
En Conclusion, pour être plus direct et explicite, je dirai que la COTE D’IVOIRE et l’AFRIQUE doivent mettre fin à la parenthèse honteuse du règne des adeptes des temps anciens d’enfantillages idéologiques, politiques et économiques en Afrique, qui ne produisent que le sous-développement, des coups d’Etat, des patriotismes violents et haineux, des rébellions sanguinaires et des guerres atroces, avec leurs cortèges de morts, de souffrances, de misère, de pauvreté et de chômages chroniques.
En République de COTE D’IVOIRE, le nouveau Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, devrait rapidement, remettre en confiance et au travail, le vaillant peuple ivoirien traumatisé et choqué par tant d’années de cruautés commises par les uns et les autres, de tous les horizons…
Car n’oublions pas que, le dialogue, la réconciliation et la paix, en COTE D’IVOIRE et partout en AFRIQUE, doivent nécessairement et impérativement, être précédés par une phase de responsabilités reconnues et partagées, de vérités, de pénitences, de regrets et de demandes de pardon au Peuple, par les Auteurs, Co-auteurs, Complices et Acteurs de toutes ces Animosités et ces Atrocités, dignes des temps de la préhistoire !!!…
Pour que, plus jamais, en COTE D’IVOIRE et en AFRIQUE, « des Fous du Pouvoir, des Assoiffés du dieu Argent, des Faux Prophètes et des Idolâtres sanguinaires », ne tuent impunément des milliers d’hommes et de femmes, juste pour le Pouvoir Suprême d’un Pays !
Vanité des Vanités, tout est vanité sur la Terre !
La COTE D’IVOIRE et l’AFRIQUE doivent, rapidement, urgemment, nécessairement et impérativement, quitter dans les profondeurs abyssales des mensonges, des manipulations, des faux complots machiavéliques…
Et dans les Enfantillages idéologiques, politiques et économiques qui ne peuvent que produire la mort, la misère, les frustrations, les humiliations, la culture de la tricherie et de la médiocrité, les chômages chroniques, Le sous-développement, etc…
Sans jamais apporter le vrai bonheur, la paix et le développement….
Oh !!! Honte, Humiliations, Malédictions à tous ces ivoiriens, ivoiriennes, africaines et africains, qui refusent de reconnaitre, humblement, leurs fautes et responsabilités historiques, dans les récentes crises et guerres des temps nouveaux, honte, humiliations et malédictions à vous, toutes et tous, les véritables Adeptes des Enfantillages idéologiques, politiques et économiques de la COTE D’IVOIRE, de l’AFRIQUE,
D’ici ou d’Ailleurs…Qui nous plombent et nous retardent, presqu’éternellement!





Chapitre 16

Chronique politique : COTE D’IVOIRE, la diplomatie sans frontières d’Hamed Bakayoko.
Dans la nuit du mardi 12 juin 2012, j’ai suivi, avec beaucoup d’attention et d’intérêts sur la télévision ivoirienne, les effroyables informations au sujet des projets de déstabilisations et des tentatives de coups d’Etat en COTE D’IVOIRE, lesquelles révélations ont été faites en direct par Son Excellence Monsieur Hamed Bakayoko, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur du Gouvernement ivoirien.
Bravo et félicitations à Vous, Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de l’intérieur, d’avoir communiqué avec les ivoiriens et le monde entier, en pratiquant « la diplomatie sans frontières, à savoir en disant, sans faux fuyants, la vérité, rien que la vérité qui rougit les yeux sans jamais les casser, pour que les ivoiriens et les africains changent de mentalités… »
Fidèle à ma réputation de « petit apôtre et idéologue de l’Houphouétisme », je vous livre, ici dans cette chronique, mes impressions et mes commentaires sur cette autre sale affaire ivoirienne que j’appelle « la fin du crédo satanique des comploteurs et des faux prophètes. »
Mais avant de traiter ce sujet et en guise d’introduction, permettez-moi de donner mon point de vue sur « notre famille commune » à savoir le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix(RHDP) :
I- Le Rassemblement des Houphouétistes ne doit pas se tromper de combats :
En effet, depuis la publication de ma dernière chronique intitulée « Tous les Houphouétistes ont l’obligation de soutenir le Président OUATTARA », de nombreux politiciens ivoiriens m’ont fait parvenir, directement ou indirectement, leurs soutiens ou leurs désapprobations….
L’Houphouétisme étant basé sur le pragmatisme et sur la pédagogie, je réaffirme, ici et encore une fois, l’impérieuse nécessité et l’obligation pour tous les ivoiriens en général, et pour tous les Houphouétistes en particulier de soutenir le mandat présidentiel et le pouvoir suprême du Président OUATTARA :
En effet et selon moi, il serait imbécile, incongru et saugrenu, de faire croire que seuls les militants du Rassemblement des Républicains(RDR) ont porté le Président OUATTARA au Pouvoir Suprême ivoirien, et qu’ils seront les seuls, à rendre compte à la fin de son mandat présidentiel….
En un mot comme en mille et selon moi, ce sont tous les Houphouétistes qui règnent actuellement au Pouvoir Suprême ivoirien, sous la Brillante et Sage Autorité du Président OUATTARA…
Et nous sommes, ou nous serons, tous et toutes, comptables de son Bilan à la fin de son mandat présidentiel : Je dis bien, Nous, tous les militants de tous les partis politiques qui constituent le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix(RHDP).
Enfin et pour terminer ce chapitre, je me permets de vous faire noter que, selon moi, le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) n’a pas besoin de se transformer en un parti politique unique, pour pouvoir atteindre ses objectifs houphouétiens qui se résument aux principaux points suivants :
• Gagner toutes les élections ensemble,
• Gouverner la COTE D’IVOIRE ensemble,
• Développer la COTE D’IVOIRE ensemble,
• Vivre paisiblement ensemble, en fils et filles du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY.

A présent, revenons et traitons, ensemble, le thème de cette chronique, à savoir la diplomatie sans frontières du ministre d’Etat Hamed BAKAYOKO :
II- Nous sommes dans les derniers temps de la fin du crédo des comploteurs et des faux prophètes :
Sans revenir sur la brillante prestation télévisée du Ministre d’Etat Hamed BAKAYOKO, je réaffirme, très haut et très fort, que nous sommes dans les derniers temps des derniers coups d’Etat en COTE D’IVOIRE et en Afrique !
Diantre ! Et Mille fois diantre !
• Quand est-ce que les ivoiriens et les africains, prendront-ils conscience que le monde évolue rapidement et qu’il est devenu un village planétaire de développement ?
• Quand est-ce que ces comploteurs et ces faux prophètes, cesseront-ils leurs crédos sataniques et leurs litanies des démons des génocides, des coups d’Etat, des milices sanguinaires, des tribalismes et des patriotismes violents et exacerbés ?
• Pourquoi, comment et en quoi, la Parole Divine de la Bible, dans le livre du Prophète Esaie au chapitre soixante(60) qui parle de la restauration de Jérusalem, peut-elle servir d’alibi et de boussole pour réaliser un maudit et avorté coup d’Etat en COTE D’IVOIRE ?
• Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, le Dieu Tout-Puissant et trois fois Saints, l’Eternel des Armées : Lui qui est omniscient et omnipotent, ne sait-il pas ou n’a-t-il pas vu la récente guerre postélectorale ivoirienne avec ses 3.000 morts ?
• L’Eternel des Armées tant invoqué par les comploteurs, n’est-il pas aussi le Dieu d’amour, de paix et de prospérité ?
• En un mot comme en mille, quand est-ce que, les ivoiriens et les africains cesseront-ils les mélanges dangereux et les syncrétismes religieux sectaires qui servent de fonds de commerce et d’alibis sataniques ?
• En conclusion : Moi, j’ai l’assurance et la Foi que, Dieu Notre Père Céleste à Nous Tous et Toutes, y compris les fossoyeurs de la République, a déjà exaucé les prières de ses vrais adorateurs en leur apportant la fin de la guerre postélectorale et les temps nouveaux de la paix et de la restauration révélés dans « Esaie 60 ».
• Vivement que prennent définitivement fin, les crédos sataniques, les litanies des démons de la violence et de la guerre et la traite des faux prophètes, partout en COTE D’IVOIRE, en Afrique et dans le Monde entier. Amen !
• Dieu n’a-t-il pas déjà dit et enseigné que Son peuple périra par ignorance et par manque de connaissance ?
• Vanité des vanités, tout est vanité !
• Maudits soient jusqu’à mille générations, ceux et celles des ténèbres, qui s’attaqueront aux bénédictions des vrais oints de l’Eternel, y compris la COTE D’IVOIRE qui est déjà bénie jusqu’à mille générations. Amen !











Chapitre 17

Chronique diplomatique : COTE D’IVOIRE, la diplomatie sans frontières de Madame Hillary Clinton.
Son Excellence Madame Hillary Clinton, Secrétaire d’Etat (Ministre des Affaires Etrangères) des Etats- Unis D’Amérique(USA), vient, brillamment et solennellement, d’effectuer à Abidjan les 16 et 17 janvier 2012, une visite historique et riche en vision et en informations pour le présent et l’avenir de la République de COTE D’IVOIRE, moteur de croissance, locomotive et modèle de la région ouest-africaine.
De quoi s’agit-il ?
En effet et pour rappel, pendant la récente guerre postélectorale ayant causé la mort de trois mille personnes, il est de notoriété publique et nul n’ignore, ni en COTE D’IVOIRE et ni à l’Extérieur, les rôles importants, salvateurs et prépondérants joués par les USA, la France, l’ONU, l’Union Africaine et toute la Communauté internationale en vue de sauver la démocratie ivoirienne et d’éviter un génocide….
A présent, l’heure est venue, pour la COTE D’IVOIRE et Son Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, tout en conservant jalousement la souveraineté et l’indépendance nationales,
L’heure est venue dis-je, de passer aux actes en suivant et en appliquant soigneusement les recommandations et les propositions des USA, de la France, de l’Onu, de l’Union Africaine et de la Communauté internationale…
En effet, Madame Hillary Clinton semble être porteuse d’un message commun de nos principaux soutiens et partenaires ci-dessus visés, encourageant le Président OUATTARA à former un Gouvernement de Réconciliation Nationale en vue de consolider la paix, l’unité nationale et d’amorcer définitivement le développement économique de la COTE D’IVOIRE : D’après des sources diplomatiques, tel est ci-dessus le message condensé dont était porteuse Madame Hillary Clinton qui, en privé lors du « tête à tête avec le Président OUATTARA », a été adepte de la « Diplomatie Sans Frontières… » À savoir dire la vérité, rien que la vérité qui rougit les yeux sans jamais les casser : La COTE D’IVOIRE doit tourner et fermer définitivement les pages sombres de son Histoire que sont les guerres, les violences, les patriotismes xénophobes, les rébellions et les milices sanguinaires….
En un mot comme en mille, un nouveau Gouvernement de Réconciliation Nationale et de Développement Economique devrait se former en COTE D’IVOIRE…
En conclusion, il y a lieu de noter que des changements notables et des surprises, à tous les niveaux, sont attendus en COTE D’IVOIRE qui est résolument en route pour ce Gouvernement de Réconciliation Nationale et de Développement Economique, sous la bienveillante autorité de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA :
Que les caciques, les extrémistes, les barons paresseux et les adeptes de la politique politicienne vaine et stérile, de tous les bords politiques et autres acabits, soient écartés…
Et que le Président Alassane Dramane OUATTARA fasse la vraie promotion des ivoiriennes et ivoiriens, compétents, talentueux, patriotes modérés et dignes de servir la COTE D’IVOIRE : Les préalables, les intérêts égoïstes et particuliers n’ont pas leurs places : Ivoiriennes et Ivoiriens : Toutes et Tous, en route pour la Paix, la Réconciliation et le Développement économique de la COTE D’IVOIRE…

Chapitre 18

Chronique culturelle : La Francophonie, la Sagesse divine et les incongruités des imbéciles.
-Chers Amis internautes,
-Chers Lecteurs de mes Sites et Blogs,
-Chers Frères et Sœurs ivoiriens,
-Chers Amis et Partenaires de la République de COTE D’IVOIRE,
-Vous d’ici et d’ailleurs qui aimez ma « Diplomatie Sans Frontières », mes autres œuvres, activités extra-professionnelles et extra-diplomatiques :
En guise d’introduction à la présente contribution publique, permettez-moi de m’adonner à l’un de mes exercices favoris, à savoir les citations et l’analyse des discours et pensées houphouétiens :
A titre d’exemple de citation du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, retenons bien celle-ci : « …Tout change rapidement et le Monde évolue à une vitesse exponentielle : Seuls les imbéciles ne changent jamais… »
Feu le Ministre BALLA KEITA, un adepte inconditionnel, zélé et confirmé de l’Houphouétisme, Ancien Ministre de l’Education Nationale de COTE D’IVOIRE, affirmait souvent que : « Les chiens ne changent jamais leurs manières de s’assoir et qu’ils peuvent aboyer bruyamment mais la caravane du bonheur ivoirien triomphera et passera toujours… »
Oui, Chers Frères et Sœurs ivoiriens, le temps est venu et l’heure est arrivée de changer de mentalités et de tourner les pages noires et sombres de notre récente Histoire, de la guerre postélectorale et de son cortège macabre et funèbre de 3.000 Morts….
Que chacun et chacune reconnaissent leurs fautes, leurs responsabilités pour qu’ensemble, nous nous donnions les accolades et nous nous pardonnions les uns les autres…
Tels semblent être les conclusions du « Futur Forum ivoirien sur la Réconciliation Nationale » qui s’annonce incessamment à l’horizon du ciel ivoirien :
Selon moi, la réconciliation nationale, au lieu d’être des discours creux, boueux et vaseux de politiciens ivoiriens en fin de carrière, devrait être une véritable tribune populaire de confessions des responsabilités, des offenses et des péchés, des uns et des autres…
En vue de déboucher sur une profonde délivrance des âmes ivoiriennes mortifiées par tant de cruautés et d’animosités, manifestes et manifestées.
Oui, Chers Frères et Sœurs ivoiriens, il nous faut rapidement prendre conscience de nos incongruités, de nos imbécilités, de nos cruautés et de nos animosités en vue de changer nos manières et nos actes de nous comporter comme « des imbéciles et des chiens qui ne changent jamais leurs manières. »
A titre d’exemple concis et précis : La Sagesse humaine et la Sagesse divine commandent aux ivoiriens et aux ivoiriennes, d’accepter et de reconnaitre que nous sommes véritablement, depuis le 11 avril 2011 et en République de COTE D’IVOIRE, dans les temps de règne du Président Alassane Dramane OUATTARA et qu’il nous faut soutenir Son Règne et Son Pouvoir Suprême : Ne pas le faire ou le reconnaitre, c’est faire preuve d’incongruités des imbéciles !
Oui et mille fois oui : Les Présidents Félix HOUPHOUET-BOIGNY, Henri KONAN BEDIE, Robert GUEI et Laurent GBAGBO ont déjà, et bel et bien fini, leurs différents temps de Pouvoir Suprême et de Règne…
-Doit-on continuer à bruler la COTE D’IVOIRE et des ivoiriens à cause du Président Laurent GBAGBO ?
-Doit-on retarder, imbécilement, incongrument et saugrenument, l’émergence et le développement de la COTE D’IVOIRE à cause des sempiternelles batailles politiques d’une poignée de politiciens ivoiriens en fin de carrière et à la retraite ?
Ce que je dis et j’affirme, pour mon pays, est également valable pour beaucoup de Pays africains ou ne prospèrent que « des luttes et des batailles politiques, en lieu et place de l’émergence et du développement économiques. »
-Est-ce que les populations et les peuples d’Afrique se nourrissent, uniquement, de la démocratie et de la Politique ?
Tels me semblent être, le trait d’union et la transition pour parler du prochain « Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement des Pays Membres de la Francophonie », prévu en octobre 2012 au Congo en Terre fertile et prospère africaine…
Bravo et Félicitations à la France et à Son Président de la République, Son Excellence Monsieur François HOLLANDE qui ont fait le très bon choix d’honorer, ledit Sommet et toute l’Afrique, de leur présence et de leur participation effectives : Les pragmatismes politiques et diplomatiques ont triomphé des fantasmes, des vaines polémiques intellectuelles et politiques…
En conclusion de cette Chronique culturelle, je réaffirme que, de gré ou de force, la COTE D’IVOIRE et l’Afrique avanceront et se développeront, dans tous les domaines y compris sur les plans culturels, de l’éclosion des talents et des compétences :
• Au fait, quels diplômes et quelles écoles de diplomatie, ASALFO, le Brillant Artiste et Chanteur ivoirien du « Groupe Magic System », a –t-il eu ou fait, pour être mondialement nommé à l’UNESCO, comme AMBASSADEUR ?
• Oui et Mille fois oui : Humblement et modestement à mon niveau, au sens propre comme au sens figuré :
• Je suis bel et bien, au niveau de la Francophonie et des Etats Francophones, « un ASALFO, un Didier DROGBA et un ALPHA BLONDY » avec mes talents, mes compétences, mes œuvres culturelles, mes Chroniques pimentées et salées, y compris ma « Diplomatie Sans Frontières. »
• Autres exemples pour me faire bien comprendre en COTE D’IVOIRE : Quels diplômes WATTAO, CHERIF OUSMANE et les Autres CHEFS de Guerre ivoiriens ont-ils eus pour être des Officiers Supérieurs ? N’est-ce pas leur courage, leur bravoure et leur victoire remportée sur le terrain et le théâtre de la guerre postélectorale ivoirienne ?
• La Sagesse divine enseigne que c’est DIEU qui bénit et qui élève les Humbles et qui abaissent les orgueilleux…Alors cessons nos jalousies hideuses et ténébreuses…
• Qui vous a dit que les Nominations d’Ambassadeurs et des Généraux, étaient uniquement des Affaires de Hiérarchies Administratives, Militaires et de Diplomates de carrière ?
• Que les incongruités des jaloux, des hiboux et des imbéciles cessent en COTE D’IVOIRE, en AFRIQUE et Ailleurs…Car personne n’est dupe !
• Que les Loups cessent de se faire passer pour des Agneaux, car c’est DIEU SEUL qui élève et qui bénit, qui Il veut, ou Il veut et quand Il veut : Tout le reste n’est que vanités et orgueil !
• Que la Sagesse divine et la Sagesse humaine, visitent, inondent et habitent dans les cœurs respectifs, de tous ceux et de toutes celles, qui orgueilleusement « s’opposent à la Volonté divine et Présidentielle » en faveur de ma promotion et de ma nomination en qualité d’Ambassadeur. Amen















Chapitre 19
COTE D’IVOIRE, dissolution du Gouvernement : La cinquième mort d’HOUPHOUET-BOIGNY n’aura pas lieu…
La courageuse décision présidentielle de dissolution du Gouvernement ivoirien, officiellement annoncée le mercredi 14 novembre 2012, est selon moi, une exceptionnelle occasion crée par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA lui-même, pour rappeler à l’union sacrée, à l’ordre et à la discipline, la grande famille des Houphouétistes…De Quoi s’agit-il ?
En effet et selon moi, « la version officielle de l’incident parlementaire au sujet du projet de loi portant sur la famille et le mariage », n’est qu’un alibi et une balle, saisis par le Chef d’Etat, Chef de la majorité présidentielle et de la « coalition RHDP » au Pouvoir Suprême ivoirien :
Il est important de faire observer, de noter et de souligner qu’au sein du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et pour la Paix(RHDP) : Deux thèses diamétralement opposées et deux camps coriaces, s’opposent et s’affrontent, depuis la chute du Président Laurent GBAGBO.
• Premièrement : Il y a le camp des Houphouétistes ( dont je fais partie) qui pense et qui dit, haut et fort, qu’il faut soutenir et faire l’union sacrée, sincèrement et véritablement, autour du Président Alassane OUATTARA, pour un ou deux mandats présidentiels de « transition RHDP ou de coalition RHDP », après cette décennie sanglante soldée par une guerre de plus de trois mille (3.000) morts : Il reste entendu que des opposants pourraient rentrer dans les Gouvernements de cette Mouvance Présidentielle…
• Deuxièmement: Il y a le groupe des Houphouétistes qui affirment qu’en 2015, chaque parti politique du RHDP devrait « voler de ses propres ailes » en quittant « cette famille houphouétienne », pour présenter son propre candidat à l’élection présidentielle de cette future échéance…
En un mot comme en mille, après la chute du Président Laurent GBAGBO, les HOUPHOUETISTES, au lieu de s’entendre dans une saine et parfaite harmonie pour développer la COTE D’IVOIRE, les Houphouétistes dis-je, ont repris leurs « bals des vautours », leurs éternelles et sempiternelles guerres des héritiers d’HOUPHOUET-BOIGNY !
Et cette fâcheuse et honteuse querelle fratricide risque, encore une fois, d’entrainer « la cinquième mort du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY. »
Après cette longue et importante introduction, permettez-moi, de traiter le thème de cette « tribune libre », à savoir que : « La cinquième mort du Président HOUPHOUET-BOIGNY ne doit pas avoir lieu.. »
1. La première mort du Président HOUPHOUET-BOIGNY, le 07 décembre 1993 : Cette mort est normale et naturelle, car « le Bélier de Yamoussoukro, le Sage d’Afrique et le Cerveau Politique de Premier Ordre », Feu le Président HOUPHOUET-BOIGNY dis-je, après avoir dignement et humainement, rempli et accompli son temps de pèlerinage terrestre, est « retourné auprès de notre Créateur et notre Père Céleste. »
2. La Deuxième mort du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY a été ce maudit coup d’Etat du 24 décembre 1999 qui a chassé du Pouvoir Suprême le Président Henri KONAN-BEDIE, pour faire basculer la COTE D’IVOIRE dans le giron des Nations instables, incertaines, précaires et indisciplinées, adeptes des cafouillages, des pillages, des coups d’Etat, des rébellions, des milices et des patriotismes ivoiritaires et xénophobes !
3. La Troisième mort du Président HOUPHOUET-BOIGNY selon moi, s’est déroulée en octobre 2000, avec l’installation insurrectionnelle et populaire du Président Laurent GBAGBO au Pouvoir Suprême ivoirien :
Diantre ! les morts « n’étant jamais morts », Feu le Président HOUPHOUET-BOIGNY a dû se remuer, se révolter et pleurer dans sa tombe, de voir son coriace et charismatique opposant humilier ses œuvres et ses héritiers houphouétiens en les instrumentalisant et en les divisant pour mieux leur ravir « leur Trône ! »
4. La Quatrième mort du Président HOUPHOUET-BOIGNY a été, surement et douloureusement, la récente guerre postélectorale avec son cortège macabre de trois mille(3.000) morts, inutilement et bêtement tués et assassinés au Pays de l’Apôtre de la Paix, Feu le Président HOUPHOUET-BOIGNY ! Quels sacrilèges, profanations, humiliations et destructions de l’HOUPHOUETISME ! A peine n’a-t-on pas encore eu le temps de « cicatriser les cœurs et les plaies » des ivoiriens, que rebelote : Des ambitions égoïstes et personnelles refont surface, pour chercher à nous distraire et à nous faire retourner dans les éternelles et sempiternelles divisions, palabres, guerres imbéciles, incongrues et saugrenues des Héritiers du Président HOUPHOUET-BOIGNY : Trop, c’est trop ! C’est être imbécile que de toujours, penser et agir pour soi-même, sans jamais privilégier les intérêts nationaux, la cohésion sociale nationale et le développement économique de la République de COTE D’IVOIRE…
5. Enfin et en guise de conclusion : La Cinquième mort d’HOUPHOUET-BOIGNY pourrait être le retour actuel des animosités, des divisions et des palabres entre les deux grands partis houphouétiens, à savoir le PDCI-RDA du Président Henri KONAN-BEDIE et le RDR du Président Alassane Dramane OUATTARA :
Je le répète et je le confirme que, cette fâcheuse situation devrait, trouver des solutions heureuses, très rapidement, pour ne pas retomber et replonger notre Pays, dans le long cycle infernal des désordres, des violences, des milices, des rébellions et des patriotismes ivoiritaires et xénophobes, qui ont toujours profité au Président Laurent GBAGBO et au FPI, son parti politique.
Je souhaite, vivement, que l’union sacrée, la vraie unité houphouétienne et l’indispensable discipline se fassent impérativement, ici et maintenant, autour « du Nouveau Chef de la Majorité Présidentielle Houphouétienne », à savoir le Président la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, en vue de mener le Seul et Vrai Combat qui est le Développement économique de notre beau et prospère pays qui doit, définitivement sortir des tenailles et des entrailles des « Fossoyeurs de la République. »
La Cinquième Mort du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY n’aura pas lieu…






Chapitre 20
Chronique politique : COTE D’IVOIRE, Laurent DONA -FOLOGO et les Houphouétistes de gauche doivent revenir au RHDP.
Chers amis internautes,
Chers lecteurs de mes sites et blogs,
Chers frères et sœurs ivoiriens,
Chers amis et partenaires de la République de COTE D’IVOIRE.
Je vous remercie, très fraternellement et très sincèrement, pour l’intérêt et l’attention, plus en plus croissants, que vous accordez à ma « diplomatie sans frontières », cette tribune virtuelle de libre expression, que dis-je, cet espace francophone, francophile et puissant instrument bénévole de la francophonie, de la démocratie, de la paix et du développement de la COTE D’IVOIRE et de l’Afrique…
En effet, sans être communicateur ni journaliste de formation, j’ai appris et compris que la communication et le journalisme citoyens sur internet pouvaient être de solides canaux d’éducation et de changements des mentalités des ivoiriens et des africains :
C’est pourquoi, avec courage, compétences et talents, je « sacrifie ma vie » pour apporter mes modestes pierres à la construction et au développement de mon pays et de l’Afrique…N’en déplaisent aux apprentis sorciers et aux adeptes des puissances sataniques et ténébreuses !
Après ces précisions et ces concisions importantes et capitales, chers internautes et lecteurs, permettez-moi et en guise d’introduction à cette chronique, de rendre mes hommages à une défunte, madame Augustine Angaman dont la messe de requiem, célébrée à l’église catholique Saint Albert Le Grand, ce samedi 23 juin 2012, m’a donné l’inspiration intellectuelle de la rédaction de cette présente contribution politique de presse :
Pour ceux et celles qui ne le sauraient pas encore, je vous annonce ici, que la défunte sus visée est la propre sœur de monsieur Krémien Malan Eugène, ancien Directeur Général des Finances et du Budget ivoirien et actuel Président du Conseil Général d’Agnibilékrou. Elle est également l’épouse de monsieur Jean-Baptiste Angaman, Directeur de Cabinet du Président Laurent DONA-FOLOGO, Ancien Ministre d’Etat, Ancien Secrétaire Général du Parti démocratique de COTE D’IVOIRE (PDCI-RDA), Ancien Président du Conseil Economique et Social et Actuel Président du Rassemblement pour la paix(RPP), parti allié à l’Ancien Président de la République de COTE D’IVOIRE, Son Excellence Monsieur Laurent GBAGBO…
Avant de traiter le thème de cette tribune libre, encore une fois, je rends mes honneurs et mes hommages à l’âme et à la mémoire de Madame Augustine Angaman dont la messe de requiem sus visée, à laquelle j’ai participé, a été une occasion exceptionnelle de rencontrer ou de saluer, plusieurs personnalités politiques ivoiriennes parmi lesquelles le Président Laurent DONA-FOLOGO :
Cette messe de requiem d’Augustine Angaman était une sorte de la victoire de la fidélité à Dieu sur l’infidélité des Humains...
Avant de traiter le sujet de cette chronique politique :
Je prends, ici et maintenant, comme un prétexte et un sujet de devoir moral, les funérailles d’une belle-sœur, madame Augustine Angaman pour qu’ensemble, vous et moi, chers lecteurs et internautes de mes sites, nous réfléchissions au sujet de la fidélité ou de l’infidélité à Dieu Notre Père :
Oui, vous avez déjà compris que, selon moi, la vie sur la terre, en plus d’être un unique pèlerinage individuel, la vie dis-je, est également une expression de la manifestation de notre foi et de nos croyances.
En un mot comme en mille, la vie est une occasion de fidélité ou d’infidélité à Dieu et à Lui-Seul :
• Non, je ne parle pas de fidélité ou d’infidélité humaine, je parle, ici, des dimensions spirituelles de la fidélité ou de l’infidélité à Dieu.
• Non, je ne parle pas non plus d’adeptes, de membres, de fidèles et d’infidèles, des églises, des temples, des sectes et autres congrégations religieuses.
• Non et mille fois non, je ne parle pas ici, de fidélité ou d’infidélité conjugale, ni de celles des politiciens de tous les acabits et les poils…
• Oui et enfin, je parle de la victoire éternelle de la vie sur la mort. Je parle de la victoire de la fidélité de notre foi sur les doutes et les douleurs de notre vie terrestre…
Après cette longue introduction, chers amis internautes et lecteurs de mes blogs, permettez-moi de traiter notre thème de ce jour qui m’a été inspiré par la messe de requiem d’Augustine Angaman, ce samedi 23 juin 2012 en l’Eglise Saint Albert Le Grand, à savoir que le Président Laurent DONA-FOLOGO et les Houphouétistes de gauche doivent revenir au Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), la version ivoirienne de l’Union pour la Majorité ou la Mouvance Présidentielle, l’ensemble des partis ou organisations politiques qui soutiennent le Président de la République de COTE D’IVOIRE, Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA :
Dans le contexte actuel de la réconciliation nationale, de la remobilisation pour la renaissance de l’houphouétisme et du rassemblement de tous « les fils et filles » du Président Félix Houphouët-Boigny, j’affirme et je confirme que tous les Houphouétistes dispersés( à gauche, au centre et à droite) doivent, tous et toutes, sans préalables et ni aucune condition, se retrouver et se rassembler au sein du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et de la Paix : Tel me semble être l’un des principaux défis politiques que Son Excellence Monsieur le Président Alassane Dramane Ouattara et Son Ainé le Président Henri KONAN-BEDIE, devraient pouvoir relever en la mémoire et pour la mémoire du Président Félix Houphouet-Boigny.
En effet et selon moi, la réconciliation nationale ivoirienne devrait être multidimensionnelle et multisectorielle, dont l’un des principaux chemins passe par les retrouvailles et le rassemblement au sein du RHDP, de tous et de toutes, les Houphouétistes y compris le Président Laurent DONA-FOLOGO et les Autres Houphouétistes pro-GBAGBO.
Puisse Dieu Notre Père, l’omniscient et l’omnipotent, le Tout-Puissant, inspirer les décideurs politiques ivoiriens et bénir la COTE D’IVOIRE. Amen !








Les commentaires sont fermés.