topblog Ivoire blogs

02/12/2010

COTE D'IVOIRE: Les raisons de l'échec de Laurent GBAGBO

Présidentielle en Côte d`Ivoire//Laurent Gbagbo, Victime de sa propre politique
jeudi 2 décembre 2010


A
vant la certification des résultats des élections présidentielles largement remportées par notre bloc, le Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), permettez que notre comité explique à travers cette déclaration les raisons de la débâcle des refondateurs et de leurs affidés pompeusement appelés La Majorité Présidentielle (LMP). Aussi le comité scientifique pour la recherche de la candidature unique au sein du RHDP tient à féliciter le nouveau Président élu; Son Excellence Monsieur Alassane Dramane Ouattara pour surtout sa haute compréhension de l'esprit d'union.

La défaite du FPI de Laurent Gbagbo s'explique par diverses causes. Il faut remarquer que tout est parti des conditions de son accession à la magistrature suprême en 2000 après une élection calamiteuse avec 12% de l'électorat. Une fois au pouvoir, au lieu de travailler pour le bonheur des citoyens, Laurent Gbagbo et ses amis ont préféré s'enrichir sur le dos des citoyens. En témoigne la descente aux enfers des Ivoiriens avec surtout un panier de la ménagère devenu le sachet noir, le chômage éternel des jeunes s'ils ne gèrent pas les cabines cellulaires, la transformation des salons des retraités en koutoukoudrome, le marchandage des concours administratifs, les détournements massifs de denier public, la promotion de la médiocrité, la haute propension de la prostitution, etc. Cet objectif d'enrichissement illicite les a tellement aveuglés qu'ils se sont fait surprendre par une rébellion. Ailleurs, sous d'autres cieux, un Premier Ministre comme AFFI N'GUESSAN Pascal qui n'a pas su protéger son peuple des atrocités de la guerre (Zone Centre Nord Ouest et Zone Gouvernementale) serait passé à la guillotine. Sinon l'éthique morale lui recommanderait de ne plus s'immiscer dans le débat politique ou y prendre la parole.
-Au lendemain de l'insurrection armée qui s'est muée en rébellion par la suite, lorsque le digne fils de Houphouet Boigny, Monsieur Henri Konan Bédié a demandé à l'ex Président Laurent Gbagbo d'entamer un dialogue franc avec les insurgés, ce dernier a osé amené le pays dans une guerre sans merci qui se solda par des bombardements avec avions des populations des zones CNO. Une population qui voit des avions de guerre la survoler n'accordera jamais sa voix à un tel candidat. C'est ce qui a justifié l'arrivée en dernière position du candidat Gbagbo Laurent dans cette partie du pays. D'ailleurs pense-t-il que s'il avait fait décoller des MI- 24 et ordonner qu'ils larguent des missiles sur Yopougon et Marcory, aurait-il bénéficié du suffrage des ivoiriens habitant ces quartiers ? Que non! Les Ivoiriens ne sont pas idiots. Ils ont compris que l'évocation de la guerre-là où Laurent Gbagbo devait avoir un bilan à présenter constituait une moquerie. Ils ont tous assisté à une dégradation économique et sociale de leur condition de vie avec une croissance exponentielle des prix du carburant et des denrées alimentaires. Ils ont également assisté à la dégradation des relations entre notre pays et l'international. Avec un Président de la République qui insulte ses pairs africains (Aboulaye Wade, Omar Bongo, Blaise Compaoré ; etc…) ou européens (Chirac, Sarkozy, etc…) à longueur de journées là où le peuple attendait la résolution concrète de ses problèmes généralement d'ordre alimentaire. Cette manière de se maintenir au pouvoir en ne résolvant pas mais en déplaçant les problèmes des citoyens est la résultante des résultats du scrutin du 28 novembre dernier. A cela, il faut ajouter le débauchage des cadres des partis de l'opposition à coût de milliards au détriment des militants du FPI qui, eux, frustrés, ne rêvaient que d'une gestion efficace et efficiente des ressources publiques pour faire de la Côte d'Ivoire un pays développé. Le décret instituant le couvre-feu a fini par faire ressortir l'acharnement du clan Gbagbo à se maintenir au pouvoir au plus naïf des électeurs. Or, une élection sous couvre-feu se paie par des résultats sous couvre-feu. En clair, nul n'est étonné des résultats qu'a obtenus le FPI dans toutes les régions de la Côte d'Ivoire qui ne sont que la sanction du peuple à leur politique qui n'a d'ailleurs existé que dans l'esprit. Nous sommes également surpris que le FPI, n'ait pas compris que tous les jeunes qui les ont approchés pendant la campagne étaient allés chercher leur part du gâteau après 10 ans de souffrance ininterrompu.
C'est pour cela que GBAGBO Laurent doit respecter sa parole ; car il a affirmé en 2000 lors de son investiture : " Je veux montrer au monde entier que dans ce pays, on peut être au pouvoir, organiser les élections et les perdre ". L'heure est donc venue pour qu'il fasse valoir cette déclaration. Car, ceux qui s'agitent autour de lui ne le font pas par idéologie mais par un souci alimentaire. Ils n'aspirent qu'à conserver les hautes fonctions ou les sommes faramineuses qu'ils bénéficiaient de votre part. Aussi, vous en tant qu'historien, savez bien, mieux que quiconque, que l'on ne peut se mettre à dos et tout le temps son peuple.

C'est pour cela que nous invitons dès maintenant, le FPI qui change de nom selon l'heure, refondation, LMP, à accepter immédiatement le verdict des urnes pour qu'on passe à l'essentiel qui est le développement et la paix dans notre pays si cher à nous tous. Nous invitons le FPI et tous ses compagnons à libérer la Côte d'Ivoire afin qu'on passe à l'essentiel qui est le développement de la Côte d'Ivoire afin que nos jeunes trouvent de l'emploi pour s'épanouir. Il faut éviter en ce moment précis d'endeuiller encore des familles car il y a déjà trop de morts.

Le Président du Comité Scientifique
Kouassi Allomo Paulin
Ex Député de Bouaflé
Cel: 05159182
E-mail : unique_candidat@yahoo.fr Achetez tout le journal

Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés
Réalisation et hébergement : Weblogy





07:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.