topblog Ivoire blogs

22/08/2010

Chronique politique: COTE D'IVOIRE, le Règne du Général GUEI et de la Junte Militaire.

Chronique Politique :
COTE D’IVOIRE, le Règne du Général Robert GUEI et de la Junte Militaire.

Le 24 décembre 1999 est une des dates noires dans la glorieuse histoire de la République de Côte d'Ivoire.
En effet, ce pays de dialogue, de paix et de prospérité a basculé, en ce maudit jour, parmi les nations à coups d’État militaires ! Nous étions exactement à dix mois des élections présidentielles d’octobre 2000.
L’intrusion sur la scène politique du général
Robert Guei, présumé auteur et bénéficiaire de ce coup d'État, était une insulte à la mémoire de feu le
Président Félix Houphouët-Boigny :
En effet, ayant voulu balayer, dégommer et humilier le président Henri Konan Bédié en le chassant du pouvoir suprême, le général Guei et ses soldats ont brisé, détruit et désacralisé l’héritage Houphouëtien et le rêve d’une Nation prospère, de paix et de sécurité.
À l’heure de la démocratie et de la mondialisation, le temps des coups d’État est périmé, inadmissible et intolérable. La dernière dizaine de jours de ce mois de décembre de l’année 1999 était riche en rumeurs et en informations.
Le peuple ivoirien était préoccupé par les préparatifs des fêtes de cette fin d’année particulière qui le faisait entrer dans le nouveau millénaire…
Au plan politique, l’atmosphère était lourde, car certains des hauts dirigeants du rassemblement des
Républicains, le parti politique du docteur Alassane
Ouattara, étaient emprisonnés.
À la faveur d’un discours présidentiel, prononcé dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, les politiciens ivoiriens ont espéré que le président Henri Konan Bédié accordât sa grâce présidentielle à ces prisonniers de type particulier.
Ce fut en vain…
Certainement que ce refus, fut un catalyseur et un facteur déterminant dans le coup d’État qui se déroula quelques jours seulement après…
L’histoire nous le dira un jour…
Dans tous les cas, ce qui devait arriver se produisit. Effectivement, et le destin du peuple ivoirien changea. Les institutions de la République de Côte d'Ivoire furent dissoutes. Il fut mis en place un Conseil national de salubrité publique, une sorte de présidence collégiale de la République et uniquement composée de militaires. Un gouvernement militaro-civil, intégrant des membres de l’opposition s’installa également… Pendant dix longs mois, le peuple ivoirien fut pris en otage par ce régime d’exception.
Dès leur arrivée et dans l’euphorie, une sorte d’espoir, fut béatement accordé par certains Ivoiriens, en ces nouveaux soi-disant Messies porteurs de bons changements…
Petit à petit, leurs vraies intentions de confiscation du pouvoir d’État, furent découvertes…
Au lieu d’être l’arbitre du jeu démocratique et politique, le général Robert Guei et ses soldats sont devenus partie prenante à la course des élections présidentielles d’octobre 2000. De gré ou de force, les militaires des forces armées de Côte d’Ivoire ont ainsi géré ce pays, pendant dix longs et pénibles mois. Pendant cette période, le chef de la junte militaire, le général Robert Guei promettait de balayer la nation de toutes ses souillures.
Ironie du sort, dans sa volonté de tout mélanger pour conserver le pouvoir d’État, il perdait tout ce temps à balancer entre les conjonctions « et », « ou »…
Finalement, le général Robert Guei prit la résolution d’être candidat lui-même, aux élections présidentielles d’octobre 2000. Ayant rapidement ravi de force le pouvoir suprême, il pensait que la politique était un jeu d’enfants et comme une procession d’enfants de chœur…
En effet, le général balayeur fut lui-même, rapidement balayé…
À ces élections présidentielles (calamiteuses), après avoir pris soin d’éliminer plusieurs candidats parmi lesquels les candidatures de messieurs Henri
Konan Bédié et Alassane Dramane Ouattara, le général Guei est battu, dans la plus grande confusion, par monsieur Laurent Gbagbo : l’opposant charismatique, le leader socialiste et historique de la Côte d'Ivoire.
Apparemment, et selon plusieurs rumeurs, il y avait un accord tacite non respecté, conclu entre les candidats admis à la compétition présidentielle, en vue de laisser le pouvoir suprême entre les mains du général Robert Guei…
À malin, malin et demi, le général balayeur fut balayé par le très rusé politicien boulanger…
Conclusion :
Au moment ou la Commission Electorale Indépendante(CEI) et le Gouvernement de COTE D’IVOIRE semblent enfin décidés à organiser, le 31 Octobre 2010, les Elections Présidentielles pour mettre définitivement fin, à la Souffrance des pauvres Populations ivoiriennes et à la Crise militaro-civile, débutée le 18 Septembre 2002 :
Il est nécessairement urgent, indispensable et impérieux de faire des Rappels historiques, des Bilans et d’appeler l’attention de toutes et de tous, afin que plus aucune Personne ni un Démon, ne viennent encore troubler la relative et précaire Paix actuelle en COTE D’IVOIRE !
Que Toutes et Tous les Acteurs : Politiques, Militaires, Religieux, Elites intellectuelles, Patriotes, Ex-Rebelles, Société civile, jouent véritablement leurs Rôles respectifs, sans violence, sans effusion de sang, sans canons, fusils ou machettes…
A mon humble niveau, en tant qu’Ecrivain et Eveilleur des Consciences, comme un Prédicateur, avec courage et détermination, Je joue chaque semaine depuis bientôt trois ans, ma part de partitions, par mes Publications littéraires et mes autres Œuvres intellectuelles : pour la Recherche de la Paix et le Développement de Notre Beau Pays, la République de COTE D’IVOIRE et de l’AFRIQUE notre riche et prospère continent, qui ne nous restent qu’à développer, toutes et tous ensemble.
Que la Commission Electorale Indépendante organise des Elections honnêtes, justes et transparentes, pour que Toutes et Tous, acceptent dans la Paix, les Résultats des Urnes qui seront certainement agrées et certifiés par l’Organisation des Nations Unies(ONU).
Puisse Dieu bénir abondamment les Vrais Artisans et les Apôtres de la Paix et du Développement.
TANOH NIAMKE, Diplomate, Ecrivain,
Blogueur, Chroniqueur,
Prix du Meilleur Diplomate Africain Internaute.
Fondateur de Diplomatie Sans Frontières
Fondateur d’Ivoiriens Sans Frontières
www.tanoh.niamke.over-blog.net
http://leblogdetanohniamke.ivoire-blog.com
www.diplomatiesansfrontieres.blogspot.com
www.ivoirienssansfrontieres.over-blog.com









22:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.